75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Hellraiser
Hellraiser >

Critique du Roman : Hellraiser

Avis critique rédigé par Lucie M. le vendredi 8 décembre 2006 à 1057

Give me the box !

Franck est un homme avide de nouvelles sensations et pulsions charnelles. Au travers de ses errances bourlingueuses, il déniche une boîte laquée des plus mystérieuses dont un ami lui a parlé. Cette boîte a été construite par un maître artisan du nom de Lemarchand, un maître artisan plus connu pour ses boîtes de musique. Néanmoins, qu’est-ce que Franck trouvera-t-il en résolvant le puzzle qu’est en fait cette boîte étrange et surtout quelles portes lui seront ouvertes quand le mécanisme chantant s’ouvrira ?
Réalisé en 1987 par Clive Barker, Hellraiser le Pacte fut accueilli avec enthousiasme lors de sa sortie en salle. Film culte depuis lors, Hellraiser ne cesse de faire des émules et possède une licence inépuisable grâce à des personnages tels que les Cénobites et surtout Pinhead le leader de ceux-ci. On compte à ce jour 7 films à la suite de ce premier opus, des statuettes à l’effigie des Cénobites, des comics et un culte impressionnant c’est formé autour du charmant Pinhead considéré d’ailleurs comme un sexe-symbole au Japon. Depuis quelque temps la rumeur d’un éventuel remake du premier opus des Hellraiser circule un peu partout. Ce remake devrait voir le jour avec non pas Clive Barker à la réalisation, mais juste au scénario où il changerait quelque peu l’histoire originale en y incorporant plus d’éclaircissements sur ce charmant Pinhead ; bien que cela nous fut déjà montré dans le troisième opus.
Il nous aura fallu patienter 20 ans pour qu’enfin nous puissions lire en France le court roman Hellraiser écrit en 1986 par Clive Barker et cela grâce aux éditions Bragelonne. Bien évidemment, nous avons obligatoirement le film en tête quand nous nous apprêtons à lire le roman ; d'ailleurs, notre lecture se déroule ainsi avec des images du film qui circulent bien que nous nous imaginions tout autrement les personnages. Cette empreinte filmique ne peut disparaître puisqu’elle est ancrée dans notre inconscient. C’est un réflexe qui s’impose à nous et nous avons du mal à le faire disparaître. Toutefois, notre lecture n’en sera pas gênée et bien au contraire puisque le roman et le film sont exactement identiques. Enfin quelques petits détails différents comme les relations qui lient les personnages. Kirsty n’est pas la fille de Rory mais l’une de ses amies, mais cela ne change rien à l’histoire, mais simplement les relations intimes des personnages n'ont pas la même intensité. Nous remarquons également que les Cénobites ne sont pas encore ce qu’ils vont devenir dans le film et surtout Pinhead qui n’est pas nommé. Leurs personnalités et leurs apparences se sont bien évidemment étoffées au cours de l’élaboration du film où le visuel devrait être bien plus évocateur.
Nous suivrons donc le récit à travers la narration indirecte de Franck et des deux personnages féminin : d’un côté Julia, la belle-sœur de Franck, qui aidera celui-ci et à l’opposé Kirsty qui essayera par tous les moyens de déjouer les plans sanglants de ceux-ci. Tout tourne d’ailleurs autour de Franck ; un personnage ultime qui subit au tout début un sort pas très envieux quand il réussit à élucider l’énigme de la boîte laquée. Franck fait appel aux Cénobites, les théologiens de l’Ordre de l’Entaille qui lui réservent la découverte de plaisirs charnels inédits. Bien sûr Franck ne s’imagine pas du tout ce qui l’attend et à cause d’une blessure de Rory ; il essayera d’échapper aux Cénobites. Les personnages ont une drôle de relation. Un subtil mélange de non-dits, de relations troublantes qui vont les conduire vers l’horreur. Dans le film d’ailleurs leurs relations intimes sont poussées à l’extrême par Clive Barker, comme je le disais plus haut, puisque Kirsty n’est autre que la fille de Rory donc la belle-fille de Julia et la nièce de Franck. Une relation plus renforcée qui déclenche encore plus de trouble envers les spectateurs puisque les personnages étant de la même famille. Une ambiance encore plus malsaine que le roman.
Clive Barker possède un style littéraire où les phrases allégoriques se mêlent à des descriptions pleines de couleurs, de lumière et de sons. Une atmosphère palpable très bien retranscrite grâce à sa plume et particulièrement quand les Cénobites apparaissent. Ce sont à chaque fois des moments de trouble psychologique pour les personnages, pour les lecteurs et également pour le déroulement du récit. Une mise en pause horrifique, nous plongeant dans une turbulence malsaine puisque Clive Barker nous emmène vers une étude bien spéciale du plaisir charnel alliée au plaisir de la souffrance et des terminaisons nerveuses de la chaire humaine. Un sujet dirons nous assez délicat, mais qui fonctionne nous sommes accroché au récit, aux personnages et à la participation horrifique des Cénobites. Pourtant, ceux-ci ne sont pas effrayants dans le roman. Je me souviens très bien de ce que j’ai ressenti en regardant pour la première fois le film Hellraiser le Pacte et je n’en menais pas large. J’étais de tout cœur avec Kirsty et j’avais peur pour elle. Tandis que j’étais subjuguée par le personnage de Julia une femme prenant d'énormes risques pour un amour interdit. Un des personnages féminin du long métrage qui reste du même acabit dans le roman. Tentateur, Sournois et Fascinant comme l’œuvre Hellraiser.

La conclusion de

Hellraiser, le roman, peut enfin se caser dans les rayons de nos bibliothèques grâce aux éditions Bragelonne. Nous avions déjà le film de Clive Barker, les statuettes représentants les Cénobites les plus connus et je suis ravie d’avoir pu enfin lire le roman qui donna lieu à l’un des films d’horreur le plus culte des années fin 80. Hellraiser est à l’espérance de ce qu’un fan de Clive Barker – en tenant compte de ses films et ses autres écrits – pouvait attendre. Bon bien sûr je ne dirais pas que c’est une lecture saine pour un esprit sain, mais c’est un événement à prendre en compte puisque depuis 20 ans ce titre fut inédit en France.

Acheter Hellraiser en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hellraiser sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellraiser

En savoir plus sur l'oeuvre Hellraiser