75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Terres perdues #3 [1992], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le lundi 17 avril 2006 à 06h59

Blain le mono

"C'était la troisième fois qu'elle tirait de vraies balles... et la première fois qu'elle utilisait l'étui que lui avait fabriqué Roland..."
Le prisonnier et la dame d'ombres ont été tirés de leur monde, et de leur "quand" par Roland de Gilead. L'héroïnomane Eddie et la schizophrène Detta/Odetta/Suzannah ont maintenant accepté leur condition de membre du groupe de pistoleros de Roland, encore que certaines réticences sont rémanentes, notamment pour Suzannah, à la personnalité reconstituée et encore fragile. Mais Roland est au plus mal, car le souvenir de la mort de Jack le hante...
Terre perdues est le roman de l'apprentissage et la formation définitive du ka-tet c'est aussi celui de la rédemption de Roland. C'est l'apprentissage de la vie de pistolero pour Eddie et Suzannah. Ils doivent maintenant combattre leurs démons intérieurs (Eddie l'héroïne et Suzannah sa schizophrénie) et à défaut, les mettre en sourdine, les apprivoiser pour se consacrer à la quête de Roland. Et pourtant le mystère s'épaissit, car les trois compagnons d'arme font chemin vers Lud, la cité morte. Le chemin est propice pour Eddie et Suzannah à l'apprentissage des rudiments du combat, toujours dans le même décor de western fantastique. Le tir revêt une importance cruciale:
"Je ne tue pas avec mon arme, celui qui tue avec son arme a oublié le visage de son père. Je tue avec mon coeur".
L'esprit ne fait plus qu'un avec le bras puis l'arme et enfin la balle qui va atteindre la cible. Il y a comme une théorie presque mystique dans cet exercice. Le but est d'ailleurs de rentrer dans une espèce de transe qui sublime les tireurs, dont l'esprit transcende ce corps pour atteindre la perfection, lors de confrontations. J'irais même jusqu'à dire que ces pistoleros s'apparentent à des samouraïs aux instruments de mort modernes, car toute une réflexion se dégage de chacun de leurs faits et gestes. Et c'est ce que côté qui fascine véritablement et donne cette intemporalité à l'histoire. D'autant plus que Roland devient en quelque sorte le gourou, le maître d'apprentissage des jeunes gens qui l'accompagnent. Et cet apprentissage se doit d'être le meilleur car Roland a déjà vécu ce moment en compagnie de ses amis d'enfance, pourtant de meilleurs pistoleros et que l'échec semble avoir été presque total.
On découvre un Roland tourmenté, faillible, alors que précédemment, il semblait fait de marbre, comme un roc soudé à la montagne face à la tempête déferlante. Roland serait il humain ? Eprouverait il quelque chose ? En l'occurence, oui. Et la raison de ce trouble est Jack, l'enfant qu'il a laissé tomber au sens propre et figuré... Ainsi donc, ce roman est l'occasion d'effleurer la personnalité et l'histoire de Roland, dont l'enfance sera dévoilée dans magie et cristal.
L'intérêt de ce roman est aussi ce background fantastique, cet environnement désolé, où le temps a laissé son empreinte indélébile. Désolation, ruine, les paysages que traversent les trois compagnons donnent presque la nausée jusqu'à Lud où Blaine le mono les attend... Les énigmes seront nombreuses, les pièges, les rencontres également. Ce troisième volet est tout simplement fascinant à lire.

La conclusion de à propos du Roman : Terres perdues #3 [1992]

Manu B.
95

Le trio composé de Roland, Eddie et Suzanne s'enfoncent dans les Terres Damnées. Ils vont faire d'heureuses rencontres comme de moins bonnes. Le ka-tet se forme enfin pour commencer le chemin vers la Tour Sombre.

Acheter le Roman Terres perdues en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Terres perdues sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Tour Sombre

  • Voir la critique de La Tour Sombre [2017] : Shining...
    45

    La Tour Sombre [2017] Avis sur le film par Vincent L.

    Shining... : Des romans de Stephen King, je ne connais que leur réputation flatteuse (a priori LE chef d'oeuvre de l'écrivain) et le résumé sur…
    Temps de lecture : 42 s

  • Voir la critique de La clé des vents : Coup de givre
    73

    La clé des vents Critique du roman par Nicolas L.

    Coup de givre : La clé des vents nous permet de retrouver avec plaisir l’envoutante atmosphère dégagée par cette œuvre monumentale qu’est le cycle…
    Temps de lecture : 4 mn 25

  • Voir la critique de Le chant de Susannah : La transition
    70

    Le chant de Susannah Critique du roman par Manu B.

    La transition : Avant dernier volet du cycle de la Tour Sombre, le chant de Susannah apparaît comme un livre transition, avant la grande déferlant…
    Temps de lecture : 2 mn 8

  • Voir la critique de Les Loups de la Calla : Le retour de Stephen King
    90

    Les Loups de la Calla Critique du roman par Manu B.

    Le retour de Stephen King : Les loups de la Calla sonnent le retour de Stephen King sur ce cycle, qu'il a eu du mal à poursuivre. Son accident, le déclic, a a…
    Temps de lecture : 3 mn 39

  • Voir la critique de Magie et Cristal : Magie et cristal
    90

    Magie et Cristal Critique du roman par Manu B.

    Magie et cristal : Magie et cristal est le roman clé car il nous dévoile les germes de la quête de Roland. Des racines douloureuses et merveilleuseme…
    Temps de lecture : 2 mn 28

  • Voir la critique de Les Trois cartes : Roland pioche ses trois jokers
    95

    Les Trois cartes Critique du roman par Manu B.

    Roland pioche ses trois jokers : Le ka-tet prend forme. Qu'il est difficile de parler de ce roman sans tout dévoiler... La Tour Sombre est un cycle qui vous pre…
    Temps de lecture : 3 mn 3

  • Voir la critique de Le Pistolero : L'aventure commence
    95

    Le Pistolero Critique du roman par Manu B.

    L'aventure commence : Le pistolero nous plonge dans le monde de Roland, où l'ambiance est désolée, où le but ultime du pistolero est dévoilé: la Tour So…
    Temps de lecture : 2 mn 31

  • Voir la critique de Le chant de Susannah : Comme-à-commala ou Stephen King, star de la chanson…
    100

    Le chant de Susannah Critique du roman par Nicolas L.

    Comme-à-commala ou Stephen King, star de la chanson… : Véritable exercice de style jubilatoire et dynamique, le Chant de Susannah, est à mon avis le meilleur opus des 6 premiers volume…
    Temps de lecture : 5 mn 34

  • Voir la critique de La Tour Sombre : Magnifique clôture de ce cycle d'anthologie
    95

    La Tour Sombre Critique du roman par Manu B.

    Magnifique clôture de ce cycle d'anthologie : Ce roman est le point d'aboutissement du cycle,voire d'une carrière d'un des plus grands auteurs de fantastique.
    Temps de lecture : 2 mn 27

  • Voir la critique de Les Loups de la Calla : Qui a peur des méchants Loups ?
    100

    Les Loups de la Calla Critique du roman par Nicolas L.

    Qui a peur des méchants Loups ? : Les Loups de Calla représente un tournant narratif de la saga, car Stephen King commence à apporter un bon nombre de réponses. Bie…
    Temps de lecture : 4 mn 6

  • Voir la critique de Magie et Cristal : Il était une fois dans l'est
    80

    Magie et Cristal Critique du roman par Nicolas L.

    Il était une fois dans l'est : Magie est Cristal est un roman d’une lecture facile, bien rythmé, avec une belle histoire romanesque, mais aussi ses moments d’ang…
    Temps de lecture : 4 mn 45

  • Voir la critique de Terres perdues : La vitesse de croisière de Blaine la Peine
    100

    Terres perdues Critique du roman par Nicolas L.

    La vitesse de croisière de Blaine la Peine : Terre Perdue est, à mon avis, le meilleur tome de cette excellente saga. Les personnages sont approfondis, on apprend énormément d…
    Temps de lecture : 5 mn 19

  • Voir la critique de Les Trois cartes : La mise en place de l'intrigue
    85

    Les Trois cartes Critique du roman par Nicolas L.

    La mise en place de l'intrigue : Evolution plus sophistiquée du premier tome, on devine que King commence à avoir une idée de la route à parcourir pour trouver la …
    Temps de lecture : 3 mn 55

  • Voir la critique de Le Pistolero : Une mise en bouche prometteuse
    80

    Le Pistolero Critique du roman par Nicolas L.

    Une mise en bouche prometteuse : Un premier volet un peu hermétique mais à la lecture indispensable si l'on veut mieux appréhender la psychologie de Roland de Gile…
    Temps de lecture : 3 mn 54