75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Magie et Cristal
Magie et Cristal >

Critique du Roman : Magie et Cristal

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 26 août 2005 à 0819

Il était une fois dans l'est

Au début de Magie et Cristal, nous retrouvons Roland, Eddie, Susannah, Jake et Ote à bord de Blaine, le monorail fou lancé à pleine vitesse sur le Sentier du Rayon. Grâce à son esprit potache, Eddie Dean parvient à mettre à défaut la logique de l’ordinateur lors d’une partie de devinettes à l’enjeu mortel. Blaine ne supporte cet affront pas et se court-circuite, abandonnant les voyageurs dans une ville du Kansas, Topeka.
Mais ce Kansas n’est pas celui de Eddie, Susannah ou Jake. Dans ce monde, une mauvaise grippe a exterminé la population, et de nombreux détails le différencient de notre univers. En traversant la ville désertée, ils tombent sur une réplique de Charlie le tchou-tchou. Puis, ils aperçoivent l’Interstate 70, une autoroute qui longe une tramée, et ils décident de la suivre en direction de l’est. C’est à ce moment que Roland décide de raconter Son histoire.
On apprend, alors qu’il n’est encore âgé que de 14 ans, que son père l’a envoyé sur la côte est avec deux de ses amis, Alain et Cuthbert, afin de le mettre à l’abri de Walter. C’est là que Roland rencontre la belle Susan Delgado, dont il tombe amoureux. Mais une sorcière, Rhéa du Cöos, qui est jalouse de la beauté de la jeune fille, possède une boule de cristal, l’Arc-en-ciel rose, et elle découvre leur liaison. Après de nombreux déboires avec les envoyés de Farson (l’Homme de Bien), les trois jeunes pistoleros parviennent à regagner Gilead avec l’Arc-en-Ciel, mais Susan est capturée et elle finit sur le bûcher. De retour chez lui, Roland est à nouveau victime des machinations de Rhéa et, trompé par une illusion, il abat accidentellement sa mère.
Dans la dernière partie, on retrouve les voyageurs sur l’Interstate 70 lorsqu’ils parviennent devant une citadelle de verre verte. Dans un décorum délirant inspiré du Magicien d’Oz, les héros vont devoir affronter à nouveau l’Homme Tic-tac mais surtout un aspect du magicien aux multiples noms.
Magie et Cristal est un énorme pavé qui se trouve être le roman central de la saga. Sorte d’épisode charnière, il s’attarde pour une grande partie sur la jeunesse de Roland. Le roman commence cependant par la mise en avant du personnage d’Eddie qui parvient à battre en duel Blaine le mono.
Ensuite, après avoir détruit l’ordinateur du monorail avec des devinettes stupides (pourquoi le bébé est-il de l’autre coté de la route ?), on retrouve le ka-tet dans une ville du middle-west américain, Topeka. La lecture de cette partie renvoie directement au Fléau et Stephen King laisse clairement entendre que l’on se trouve dans la dimension ou se déroule son célèbre roman. Arrive alors le récit de Roland.
Si le début du roman est en tout point semblable au tome précédent (Terres Perdues), il en est tout autrement de la suite car Stephen King nous plonge en plein western. Oui, vous avez bien lu, tous les stéréotypes y sont ; les haciendas (on est plutôt dans un monde du style Nouveau-Mexique), les ranchos, le shérif corrompu et ses adjoints, le saloon, les putes et les hors-la-loi. Un sujet vraiment inattendu lorsque l’on connaît l’auteur et surtout lorsque l’on apprend que le fil conducteur est une histoire d’amour, d’amour maudit d’accord, mais une romance tout de même.
D’une lecture très agréable on se régale à découvrir l’histoire du premier ka-tet de Roland, une dramatique histoire romanesque à la Roméo et Juliette. Ce qui frappe, c’est la facilité avec laquelle l’auteur a réussit à fusionner les genres et on n’est pas surprit le moins du monde lorsqu’une señorita rend visite à une sorcière très ‘’fantasy’’, lorsque le shérif ouvre son frigo pour se servir un thé froid ou lorsqu’un rancho se sert de sa mitraillette. Si ça, ce n’est pas du talent ! Mais l’ambiance générale reste cependant celle d’un western, et il faut, c’est certains, aimer le style. Le fantastique est bien présent, mais il est plus sous-entendu qu’omniprésent et le chapitre sur le massacre des hors-la-loi dans la tramée (sorte de slime dévorant tout) aurait pu très bien être décrit comme une simple embuscade de mescaleros dans un Canyon.
La dernière partie du roman remet en cause Eddie, Susannah, Roland, Jake et Ote le bafou-bafouilleux. Ils se retrouveront face à une entité qui s’amuse à les égarer avec des illusions, et on apprend qu’elle est en fait présente dans de multiples dimensions et temps, sous différents noms (Farson, Marten, Fannin, Flagg, et bien d’autres). C’est un passage plus court mais très important, car c’est la première fois que le groupe de destinée au complet, le ka-tet, se retrouve face à leur ennemi. Le rapport de force est engagé et la première manche est remportée par les héros, teintant cet épilogue d’une forte couleur d’espoir.

La conclusion de

Magie est Cristal est un roman d’une lecture facile, bien rythmé, avec une belle histoire romanesque, mais aussi ses moments d’angoisse. Intéressant western uchronique, il est moins riche en informations, en suspense, en mystère, mais il arrive tout de même à porter son lot d’émotions. Stephen King s’est risqué à explorer des terrains inconnus de lui et il y est parvenu, sûrement parce qu’il est autant attaché au personnage de Roland que nous.

Que faut-il en retenir ?

  • Lecture facile et agréable
  • Stephen King qui s’essaye à la romance
  • La bonne synthèse de l’ensemble
  • Des personnages attachants

Que faut-il oublier ?

  • Un univers (western) qui peut ne pas plaire
  • Un ‘’Roméo et Juliette’’ somme toute assez peu original

Acheter Magie et Cristal en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Magie et Cristal sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La Tour Sombre

En savoir plus sur l'oeuvre La Tour Sombre