75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Zombie >

Critique du Film : Zombie

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 23 août 2005 à 14:58

1978, Roméro mord là ou ça fait mal !

Roméro, dix ans plus tard, revient sur le mythe des morts-vivants. Cette fois les morts sont déjà là, ils s’implantent et commencent à prendre le dessus un peu partout dans les villes et villages. Toujours sur la base de la nuit des morts-vivants, Roméro filme la survie d’un groupe de personnes en particulier. Cette fois les personnes, que le spectateur va suivre tout au long du film, vont tenter de s’enfuir de la grande ville pour essayer de survivre dans un endroit où il y aurait moins de Zombies. Mais voilà ils sont partout et le groupe décide d’essayer de survivre dans un centre commercial, car dans ce lieu ils pourront subvenir à leurs besoins.
Roméro arrive à renouveler la Nuit des morts-vivants en situant l’action sur plusieurs jours et dans un lieu encore inédit. De plus le réalisateur en profite pour glisser sa satire face aux besoins de l’homme et la façon dont nous réagissons face au monde de la consommation et des galeries marchandes. Des Zombies, il ne reste que les réflexes de nos habitudes, et c’est là où Roméro s’amuse à les attirer vers les grandes surfaces ; comme si l’homme, et cela même après sa mort, ne vivait plus que par la consommation ! Le réalisateur lui-même dans des interviews signale que : « … ça ne date pas d’aujourd’hui, le fantastique a toujours servi de parabole à l’expression de la critique sociale,… » . Le réalisateur aussi en profite pour rajouter beaucoup plus de gore, plus de violence primaire aussi comme si l’homme démuni de tout repère social, en perdrait de ses valeurs et en viendrait lui-même à l’état primaire (exemple dans la scène ou ils s’amusent à tirer les zombies comme nous jouerions à un jeu vidéo).
Il est à noter que Zombie de Roméro existe en 3 montages bien différents. Dario Argento, le célèbre réalisateur et maître du cinéma d’épouvante italien avait beaucoup aimé la nuit des morts-vivants, et c’est pourquoi il se trouve ici producteur du film ; s’il ne met pas trop de pression à George Roméro et le soutien même. C’est juste au niveau du montage qu’il va se créer des différences. Long au départ de 2h30, Roméro envoie une copie à Argento afin entre autre de produire la musique du film, musique que Roméro d’ailleurs utilisera que partiellement. Roméro remonte le film afin qu’il face 2h06 et peut enfin le distribuer en salle américaine. Mais pour L’Europe, Argento revoit la copie, reforme le montage et enlève quelque touche d’humour. Le film devient plus sérieux, plus rythmé (pourtant il ne perd que 7 minutes). Sur cette version Roméro dira lui-même : « Le résultat est très efficace, mais je considère qu’il a fait des erreurs. Notamment en ôtant presque tous les aspects humoristiques du film. Cela ne m’a ni surpris ni choqué dans la mesure ou cela faisait partie du marché que nous avions conclu ». La 3éme version est un nouveau montage de Roméro de 12 minutes qui selon lui correspond le plus à sa vision du film où d’après lui cela donne plus d’épaisseur aux personnages. Je n’ai personnellement vu, comme la plupart, que le montage d’Argento sur laquelle donc je base cette critique.
La distribution est encore une fois parfaite et en choisissant un casting d’inconnu Roméro ne se trompe pas, puisqu’il permet un suspense entier sur les personnages. D’autant plus que l’esprit de groupe est respecté et qu’aucun prend plus d’importance que les autres. Roméro dans la continuité de surprendre apporte aussi du caractère au personnage féminin joué par Gaylen Ross qui tiens largement tête aux trois autres acteurs masculins et qui à l’époque se démarque des productions où les blondes au cinéma étaient souvent des cruches.

89

Roméro, avec Zombie, signe là son meilleur film et certainement le meilleur film de Zombie à ce jour. Pas le plus gore ou le plus amusant, mais par contre le plus intelligent offrant une critique sur la consommation toujours d’actualité. Si vous deviez voir qu’un film de Zombie dans votre vie c’est celui-ci !

Critique de publiée le 23 août 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • meilleur film de Zombie
  • Intelligent et offrant une critique sur la consommation

Acheter Zombie en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Zombie sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !