75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : L'enfer des zombies
L'enfer des zombies >

Critique du Film : L'enfer des zombies

Avis critique rédigé par Christophe B. le jeudi 8 juin 2006 à 0417

Zombis party !

A gauche Lucio Fulci se met lui-même en scène dans le rôle d'un patron de presse. A droite, l'amorce d'une scène d'énucléation censurée à la sortie en salles en France...

L’industrie cinématographique italienne des années 70/80 a certainement été championne toutes catégories du pompage et du copiage, cherchant son inspiration dans tout ce qui pouvait marcher, outre-atlantique notamment, transformant et adaptant les films pour en tirer de formidables (ou lamentables) séries B, voire Z. L’Enfer des Zombis, longtemps titré Zombi 2, fait partie de cette première catégorie de films : Les formidables !
Orchestré par le maître absolu du gore (c’est mon avis et je le partage !), le génial Lucio Fulci, non seulement L’Enfer des Zombis ne déçoit pas les espérances des amateurs de tripailles, mais surpasse l’œuvre de laquelle il prétend s’inspirer ou prendre la suite : le Zombi de George Romero, sorti sur les écrans quelques mois auparavant. Mais soyons clairs : Fulci ne s’inspire nullement du film de Romero. Les producteurs se sont simplement servis du titre Zombi, qui à cette époque rimait avec succès, pour donner un coup de pouce à leur production. Car, si ce n’est la présence de morts-vivants, les deux œuvres ne supportent aucune comparaison possible. (D’ailleurs ce « coup de pouce » n’était valable que pour certains pays européens, le Zombi de Romero ayant pour titre original Dawn of the dead)
Mais revenons à nos moutons ! Ou plutôt à nos morts-vivants…
Autre scène censurée à la sortie en salle en 1979 : le festin des zombis

Sur un scénario basique mais intriguant, qui relate les méfaits d’un médecin réanimateur de cadavres, le réalisateur conçoit un film outrancier et terriblement gore, multipliant les scènes choc où un groupe d’humains isolé tente de survivre face à des morts-vivants affamés. Fulci replace les zombies dans leur zone géographique d’origine : les Antilles. Après une intoduction New-Yorkaise, le cinéaste s’installe dans un village perdu d’une île tropicale. Ce décor putride, seulement troublé par le vrombissement des mouches butinant d’un cadavre à l’autre, est un univers effroyable.
La représentation graphique des atrocités commises par les morts-vivants, dont la moindre est le cannibalisme, bénéficie d’un superbe cinémascope composé d’images claires, nettes, somptueuses. Les maquillages et les effets spéciaux horrifiques sont impressionnants. Fulci soigne ses zombis et en fait des créatures bien pourries, décomposées, de véritables monstres. (Alors que Romero à la même époque se contentait d’enduire ses acteurs d’un peu de fond de teint verdâtre…)
Au panthéon des scènes marquantes de L’Enfer des Zombies citons : Le combat d’un zombi, d’un requin et d’une actrice uniquement vêtue d’un string (Punaise ! je viens d’inventer une définition du cinéma bis Italien !), une énucléation via une écharde pénétrant longuement, en très gros plan, dans l’œil d’une actrice, un festin anthropophage, une horde de conquistadores zombifiés se relevant d’un antique cimetière, un égorgement tout en gargouillis et giclures, un assaut final comptant de multiples démembrements et explosions de viande froide… J’en passe !
Les restes d'un conquistadore et le combat épique d'un zombi et d'un requin

La conclusion de

Fulci ne crains pas de montrer le gore en gros plan, sa photographie est littéralement lumineuse. La mise en scène est diablement efficace et prouve que le réalisateur maîtrise au plus haut point le sens du suspens. Il sait faire monter doucement la tension, qui culmine lors des apparitions macabres. Ajoutez une bande son réellement angoissante, et vous avez ce petit chef d’œuvre qu’est L’Enfer des Zombis.

Acheter L'enfer des zombies en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'enfer des zombies sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Zombie

En savoir plus sur l'oeuvre Zombie