75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Hellboy [2004], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 12 juillet 2004 à 11h23

Le garçon des enfers passe au format Live !


Hollywood a toujours aimé les adaptations de comics pour le meilleur (Superman de Donner, X-Men 1 et 2 de Singer, le Spider-Man de Raimi ou encore Batman de défi de Burton…) mais aussi pour le pire (Superman 4, Men in black 2, Hulk, La ligue des gentlemen, …). HellBoy était jusqu’ici passé au travers de l’adaptation, mais voilà la demande en la matière est telle depuis 2/3 ans que Hollywood se décide à adapter l’œuvre de Mignola, chose à la base qui paraît bien difficile vu l’aspect très sombre qui se dégage du comics. Finalement cette adaptation de Del Toro se situe dans la moyenne.
Del Toro était très enthousiaste de mener ce projet (on le comprend) et il a dû se battre avec la production pour imposer Ron Perlman à la place de stars, et cela est un double choix judicieux. Déjà parce que une star aurait difficilement accepté de se faire maquiller le visage de tout le long du film et ensuite parce que Perlman est vraiment Hellboy en chair et en os, il est vraiment parfait dans son rôle. Si la ressemblance avec les créatures du comics et de mise pour la suite du casting on reprochera l’arrivée du personnage de John Myers (Rupert Evans) qui n’est pas du tout dans le comics « les germes de la destruction » dont le film s’inspire.
Se n’est pas seulement là, la seule liberté que prend Del Torro par rapport à l’adaptation du comics (pourtant Mike Mignola a travaillé sur le film) puisque le film est délibérément moins violent mais surtout se situe en grosse partie en ville alors que le comics s’attarde plus sur la confrontation Rapoustine/ HellBoy. Le décès du professeur Bruttenholm est aussi mené de manière totalement différente et on notera une relation amoureuse Liz Sherman/ Hellboy sacrément accentué pour les besoins du film. Par contre quel plaisir d’assister à la naissance du héros ou encore de voir le personnage d’ Abe Sapien représenté pratiquement tel qu’il est dans le comics.
Par contre la mise en scène du réalisateur ne perd rien de son adresse et se révèle extrêmement efficace, surtout quand HelllBoy rentre en scène ou on sent que Del Torro aime vraiment ce personnage. Par contre son compromis sur la violence du comics et regrettable et le final fait plutôt bâclé et se rapproche du film de série « B » (d’ailleurs a ce niveau il se rapproche du film Spawn qui lui aussi pour sa transposition cinématographique était devenu bien plus gentil).

La conclusion de à propos du Film : Hellboy [2004]

Richard B.
70

Libre adaptation d’Hellboy enthousiasme et déçoit. Il enthousiasme par la mise en scène rythmée de Del Torro et la prestation de Perlman mais déçoit par son approche plus gentillette du héros et par certaine liberté prise par rapport au comics d’origine qui rend le film plus grand public. Hellboy live est une bonne série B, mais ne possède pas assez de piquant et de parti pris pour se hisser au rang des grandes adaptations de comics.

Acheter le Film Hellboy en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hellboy sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellboy