75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Hellboy, l'armée maudite [2007], par Lucie M.

Avis critique rédigé par Lucie M. le dimanche 22 avril 2007 à 22h18

Le colosse rouge est de retour...

1986, Hellboy est dépêché par le B.P.R.D. sur une affaire de la plus haute importance !Dans le désert égyptien, juste à côté de la frontière libyenne, une équipe d’archéologues anglais a disparu en effectuant des fouilles pour retrouver les traces d’une armée de soldats perses disparues en 525 ans avant Jésus Christ. Sur les lieux, Hellboy devra donc combattre des créatures tentaculaires, des machinations machiavéliques et renouer avec une histoire d’amour passée !
Voici encore une toute nouvelle série dérivée de l’univers de Mike Mignola, mais cette fois-ci sous forme de roman ce que nous n’avions pas encore eu en France. Il existe déjà 3 romans racontant des nouvelles aventures de Hellboy écrites par Christopher Golden. C’est à partir d’avril 2007 que les éditions Bragelonne éditent pour la première fois en France l’une de ces novélisations avec de plus de somptueuses illustrations inédites signées Mignola. Christopher Golden puise cette nouvelle histoire dans son imagination mais les thèmes chers à Mignola sont bien présents. Nous retrouvons les bonnes vieilles influences "Lovrecraftienne" comme dans l’élaboration des monstres tentaculaires ou dans l’utilisation d'un vocabulaire dit "Lovecraftien" comme Indicible. Il y également des situations ésotériques proches des mythes des Grands Anciens mais sont également présents les grands thèmes légendaires qui ont su déchaîner la passion de beaucoup de personnes de par leur obscurantisme comme la disparition de la citée d'Atlantis. Somme toute, point de nazis dans ce nouvel opus de Hellboy mais nous aurons à faire à pas mal de soldats; vivants comme morts.
Christopher Golden prend le partie de développer la vie amoureuse de Hellboy en lui associant une liaison avec l’un des personnages principaux. Celle-ci se nomme Anastasia Brainsfield c’est la chef de l’expédition de secours envoyée par le gouvernement anglais. Ils se sont connus bien des années auparavant et se sont aimés et ont vécu ensemble. Seul problème c’est qu’il n’est pas simple de gérer quotidiennement une histoire d’amour avec un démon rouge de 1 m 95, pourvu de sabots, d’une longue queue et ayant ses cornes limées. Notre plongée dans la vie intime du colosse rouge sera somme toute intéressante, il nous paraîtra un peu plus humain sans toutefois nous obscurcir au sujet de sa vraie nature, celle d’être un démon. Un léger point négatif viendra entacher ce tableau idyllique pour ceux qui connaissent un tant soit peu l’univers de Hellboy puisque celui-ci porte quand même une très grande affection à son acolyte du B.P.R.D. Lyz Sherman ; une relation fortement développée dans le film de Guillermo Del Toro.
Le caractère du géant rouge restera en tout point semblable à la bande dessinée ; Hellboy est un castagneur de première, rien ne lui fait peur et ses vannes sont d’une efficacité exemplaire. J’adore son sens de l’humour déplacé par rapport à une situation en cours et son détachement face à sa souffrance. Hellboy pense toujours à la douleur des autres avant la sienne et même s’il se met toujours dans des situations terrifiantes. Il combat avec fureur des créatures plus que dégoûtantes, mais il les attire malgré lui. Il est comme un aimant à démons, à créatures tentaculaires et à tout ce qui touche au paranormal. C’est intéressant de découvrir cette œuvre maintenant culte de Mignola sous un tout nouveau support média. Un roman Hellboy est un véritable événement et les fans seront ravis de pouvoir lire des nouvelles aventures de ce fougueux de Hellboy.
Seulement, quelques points négatifs viennent se greffer dans le creux de notre lecture. La construction du récit est un peu trop linéaire ce qui n’apporte pas assez de punch à un roman destiné à décrire de l’action pure et dure. Heureusement, cet essoufflement se modifie avec le dénouement de L'Armée Maudite puisque Christopher Golden alterne avec brio son histoire en mettant en avant deux situations trépidantes quand Hellboy et ses acolytes se retrouvent aux prises avec les disciplines du terrible Ma Ti Ku et que les soldats restent dans une tourmente de sable défendant leurs peaux contre des zombies déchaînés. Cette conclusion est haletante et nous sommes naturellement conquis.

La conclusion de à propos du Roman : Hellboy, l'armée maudite [2007]

Lucie M.
70

Une bonne petite lecture détente où évolue tous les thèmes qui ont fait de l’univers de Mignola une œuvre culte. Seulement, ce complément à l’univers de Hellboy n’apporte, dirons-nous, pas grand-chose, mais qui détient pourtant le pouvoir de nous intéresser puisque c’est la première fois que nous pouvons découvrir, dans un tout nouveau support média, une nouvelle aventure ésotérique de ce colosse rouge sortie des enfers pendant la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, le style linéaire de Christopher Golden alourdi quelque fois cette histoire qui aurait dû être traité de manière plus rythmée.

Acheter le Roman Hellboy, l'armée maudite en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hellboy, l'armée maudite sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellboy