75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Dice forge [2017], par Amaury L.

Avis critique rédigé par Amaury L. le jeudi 24 août 2017 à 17h37

Forger son destin, écrire ses dés...

Les dieux s'ennuient... Ce n'est pas nouveau. Ils décident d'organiser un concours où les meilleurs héros humains vont devoir mesurer leur adresse et leur habileté à se forger un destin. Le meilleur deviendra un demi-dieu, pas mal comme perspective en ces temps troubles.

Une présentation digne des dieux.

Dice forge revêt une jolie couverture simple et élégante. L'intérieur ne déçoit pas malgré les éléments cartonnés qui gondolent aisément. On découvre le plateau Sanctuaire/Jardin qui comporte 108 faces de dé amovibles, un plateau de jeu tarabiscoté où s'aligne les cartes Exploit (deux jeux distincts), des Armatures de dés qui recevront les faces nouvellement acquises, quatre plateaux individuels, les règles et un guide des cartes Exploits et Faces de dé. L'ensemble impeccablement illustré par Biboun donne une envie de jouer immédiate.

Original le format de la règle est, pas claires les explications sont.

Dans Dice forge, il faut façonner ses dés avec l'objectif d'accomplir des exploits et de capitaliser un maximum de points de gloire. Une partie de Dice forge dure entre neuf et dix tours selon le nombre de joueurs. Un tour se décompose en quatre phases principales. Tous les joueurs lancent leurs deux dés simultanément et reçoivent les bénéfices immédiatement (de l'or, des fragments solaires ou lunaires, des points de gloire). Ensuite, le joueur actif fait appel à des cartes ayant l'effet Renfort, souvent elle octroie un avantage en nature (l'or se transforme en point de gloire par exemple). Il poursuit son tour avec deux possibilités, faire une offrande aux dieux (le joueur achète contre de l'or des nouvelles faces de dé pour renforcer la puissance de ceux-ci) OU accomplir un exploit (le joueur achète une carte contre la dépense de fragments lunaires et/ou solaires). Ces dernières accordent toutes un effet immédiat, ou permanent, ou qui s'active sous certaines conditions. Le joueur actif peut dépenser deux fragments solaires afin d'effectuer une action supplémentaire (transformer ses dés ou acheter une carte). Le tour se poursuit avec le joueur suivant qui devient actif. Quand tous les joueurs ont effectué leur tour, une manche se conclut. Au terme de la neuvième ou dixième manche, la partie se termine et le joueur ayant accumulé le plus de gloire devient un demi-dieu.

Écrire, forger son destin à coups de dés et d'exploits...

Dice forge fait appel à un mécanisme encore original, le dice crafting (les joueurs vont progressivement construire leurs dés). Grâce à un matériel et un thermoformage presque parfaits (si vous protégez vos cartes, les emplacements du plateau principal s'avèrent légèrement exiguës), il demeurera difficile de résister à la tentation de tester l'objet. Dice forge comporte un potentiel intéressant et un atout percutant, un dynamisme qui ne faiblit jamais. En effet, les joueurs lancent leurs dés régulièrement, et surtout pendant le tour des autres joueurs, cela induit plusieurs bénéfices, l'entre-tour passe rapidement (surtout que certaines faces de dé impliquent une interaction entre les joueurs), les choix à faire sont constants et toujours cornéliens (vers quelle stratégie se tourner), le hasard inéluctable aux lancers de dés tend vers une moyennisation homogène (les scores resserrés en fin de partie le prouvent).

Certes, reconnaissons qu'un beau lancer au bon moment augmente vos chances de gain. Pour l'emporter, les joueurs jonglent avec les cartes possédant certains effets pertinents et l'acquisition de faces de dé de plus en plus puissantes mais coûteuses. Leur intérêt et leur impact dépendent du nombre de fois qu'elles sortent. De plus, une acquisition rapide accroît aussi leur force sur le destin de votre partie. La victoire se joue sur des petits riens, des ressources perdues par manque d'optimisation ou de programmation. En effet, Dice forge bloque les ressources à disposition. Au delà de douze ors par exemple, tout excédent est perdu sauf si une anticipation bienvenue a été pensée (achat de cartes adéquates principalement). Quelques ors jetés par les fenêtres empêchent parfois une optimisation idoine et retardent un développement profitable. Il faut donc prévoir chaque lancer afin de ne pas subir les affres de la frustration, un dilemme plutôt coriace. Dice forge s'entoure d'une simplicité relative, les règles restent courtes (environ quatre pages) et sans complexité apparente, même si la présentation déconcerte à la première lecture, surtout la mise en place. Dice forge nécessite quelques parties de découverte (au moins deux) pour que les joueurs comprennent les fondamentaux de ce dernier, comment organiser une stratégie fiable et compétitive et aussi s'adapter aux autres. Certaines faces de dé sont rares (parfois en un seul exemplaire), donc éviter de concentrer ses efforts sur une ligne stratégique semble presque une lapalissade. Toutefois, malgré son séduisant mécanisme de construction de dés, Dice forge ne s'affranchit pas complètement d'un classicisme dans son déroulement. On commence petit pour essayer de devenir de plus en plus gros, un leitmotiv pour de nombreux jeux d'optimisation dont Dice forge appartient. On gère ses ressources, on achète des cartes et/ou des faces de dé afin d'obtenir des combinaisons rentables et performantes. Le renouvellement, en raison d'un nombre assez faible de cartes différentes (environ une vingtaine), contraint, avec l'accumulation des parties, les joueurs vers des automatismes en terme de développement. On opte pour l'or avant de basculer vers des ressources lunaires et/ou solaires ainsi que l'achat systématique de cartes (en début de partie, pour éviter de perdre tout excédent de ressources par exemple). On s'aperçoit rapidement que Dice forge est un jeu à extension, cela devient une évidence tant il s'y prête. Cependant, contrairement à Seasons (lire la critique ici) du même auteur Régis Bonnessée, Dice forge demeure un soupçon en retrait par rapport à ce dernier, un chouia moins profond, un poil moins attrayant, une larme plus linéaire. Attention, l'ensemble reste performant et divertissant. A chacun son destin, à chacun son dé...

La conclusion de à propos du Jeu de société : Dice forge [2017]

Amaury L.
80

Dice forge est encore une réussite d'un auteur talentueux, Régis Bonnessée. On découvre un système original de construction de ses dés plutôt novateur et intelligent. Malgré des règles parfois imprécises, Dice forge demeure un jeu accessible et extremement fluide dans son déroulement, avec un dynamisme toujours présent. Les amateurs de Seasons apprécieront cette nouvelle offrande du créateur de Himalaya, même si Dice forge présente un renouvellement légèrement moindre et induit certainement des extensions futures pour ne pas verser dans un processus un chouia linéaire.

Ecrire ses dés, forger son destin avec Dice forge !

Que faut-il en retenir ?

  • Fluide
  • Dynamique
  • Mécanique originale : le dice crafting
  • Fonctionne très bien à 4 joueurs
  • Thermoformage très bien pensé

Que faut-il oublier ?

  • Thématique convenue
  • Eléments en carton qui gondolent
  • Extensions obligatoires pour assurer un renouvellement des parties
  • Difficile de savoir où la différence se fait pour remporter la victoire

Acheter le Jeu de société Dice forge [2017] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dice forge [2017] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+