75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Van Helsing
Van Helsing >

Critique du Film : Van Helsing

Avis critique rédigé par Gil P. le mardi 1 juin 2004 à 1330

Dracula est mort ce soir

Qui veut mon Punisher ?
Van Helsing serait-il la punition pour n’avoir pas bien suivi ce que la mode des adaptations de super-héros pouvait signifier ? Qu’un jour ce genre de film ne serait plus réservé à l’élite des réalisateurs mais que la frange s’y intéresserait ! L’étonnant, c’est qu’un réalisateur somme toute correct comme Sommers parte à l’aventure avec si peu en poche.
Si la réalisation est rythmée et que les plans à effets spéciaux sont splendides, cela se révèle fade en moins de 20 minutes (les scènes de Paris et Rome sont sympathiques). Au fur et à mesure que l’action avance, on finit par se sentir blasé par ce film Z qui tait son nom, si encore une exubérance libératrice voulait bien voir le jour, on y retrouverait tout ce qu’on aime dans le genre : des acteurs mauvais et qui s’en foutent en s’éclatant devant nos yeux mais non ! Les acteurs s’y croient et déroulent leurs dialogues avec conviction mais sans aucun intérêt autre que les scènes d’action. Quant à l’humour légendaire des films de Sommers (vu dans La Momie qui avait des moments de purs délires), il est ici gras et limite vulgaire.J’ai déjà vu cela quelque par : appelez-moi Remember Man
Je ne sais pas pourquoi les références me font sourire dans les bons films et m’exaspèrent dans les mauvais. C’est probablement que les références même appuyées dans les métrages soignés font appel intelligemment à l’esprit du spectateur alors que dans les mauvais, ils participent à un discours proche de l’enrôlement.
Je suis aussi bien que ce film-là, semble murmurer Van Helsing, Vous devriez m’admirer comme ce héros-ci et autres phrases subliminales sont dispersées dans les deux heures du film.
Que ce soit le Q de James Bond (et la base secrète sous le Vatican), les oeufs d’Aliens, les jawas de Star Wars, l’actrice d’Underworld (autant le prendre comme une référence au vu de ses capacités limitées), l’entame du film style horror movis des 50’s, les grappes d’oeufs et une certaine couleur à la Matrix, la scène Predator, le méchant peu charismatique à la Ligue des Gentlemen Extraordinnaires (c'est d'ailleurs le même acteur) ou les trois références à Indiana Jones, tout est fait pour que le spectateur sente que le film s’inscrit dans une grande tradition de films à grand spectacle. Merci pour la mélasse, les gars mais les propos du film est trop courge pour que ça prenne !

La conclusion de

Si les millions de Van Helsing se retrouvent bien dans les effets spéciaux, ils nous laissent dubitatifs devant ce scénario indigent et cette pellicule sans direction d’acteur. Le tout finit par ennuyer sérieusement.

Acheter Van Helsing en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Van Helsing sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Van Helsing

En savoir plus sur l'oeuvre Van Helsing