75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le Corbeau Noir
Le Corbeau Noir >

Critique de la Bande Dessinée : Le Corbeau Noir

Avis critique rédigé par Sylvain T. le dimanche 11 juillet 2010 à 0115

Un désir inavoué

Avant même la sortie du MMO éponyme, l’univers de Wakfu, basé sur celui de Dofus, est déjà fort complet et l’arrivée d’une BD consacrée à l’étrange Corbeau Noir ne fait que renforcer ce sentiment.

Depuis déjà quelques mois, Ankama s’efforce à assembler les pièces d’un puzzle qui a l’air gigantesque. Mettant en avant les personnages de la série, alliés ou ennemis, on s’aperçoit que la volonté des grandes pontes du studio est avant tout d’offrir un univers riche et complet. Le Corbeau Noir nous entraine dans la vie d’un vieil aventurier qui se reconvertit dans le commerce d’objets anciens. Lorsqu’il va rencontrer l’une de ses nouvelles collègues, sa vie va changer jusqu’à l’arrivée de son plus grand ennemi : le fameux Corbeau Noir.

Tot est de retour à la tête d’une bande dessinée Wakfu. C’est plutôt bienvenu puisque notre homme était désespérément absent, laissant la place à Ancestral-Z notamment. Même si le style de ce dernier n’est pas déplaisant, la qualité reste toutefois un cran au-dessous de celui qui est à l’origine de cette grande saga. Vu dans l’épisode 3 de la première saison, le Corbeau Noir fait parti de ces personnages emblématiques comme on aimerait en voir plus souvent, et l’idée de connaitre davantage les dessous de son histoire m’enthousiasmait quelque peu. C’est donc avec passion que je me suis mis à lire ce one-shot (en tout cas, ça semble en être un) doté d’un dessin absolument incroyable. On est bien loin de l’aspect enfantin de la série et des BD Dofus, puisque le style général embrasse à pleine bouche le réalisme. Cela donne des passages vraiment magnifiques dotés de plans aux couleurs joliment choisies (page 40 notamment). La bataille de fin, point ultime de cette aventure, et superbement retranscrite, claire et prenante à la fois.

Marque de fabrique du studio depuis ses débuts, l’humour est toujours très présent avec des scènes plus ou moins réussies, mais qui permettent d’humaniser le personnage de Kabrock et donc, de s’y intéresser. Malgré tout, et c’est comme ça dans toutes les bandes dessinées basées sur une grande saga, il est obligatoire de connaitre l’univers dans lequel on met les pieds. Et c’est sans doute ça le plus grand défaut du Corbeau Noir, qui ne s’ouvre donc qu’aux potentiels fans de la série et de la licence. Bourrés d’allusions (d’Ogrest aux races du MMO) mais aussi d’expressions propres à Dofus/Wakfu, les dialogues seront la plupart du temps incompréhensibles à ceux qui ne s’intéressent pas aux univers d’Ankama.

La conclusion de

Le Corbeau Noir est une sympathique bande dessinée comme on aimerait en voir plus souvent. Malgré tout, le fait qu’elle ne soit réservée qu’aux fans joue clairement en sa défaveur. Cela dit, les amateurs de dessins y trouveront leurs comptes tant le travail réalisé sur le graphisme est épatant.

Acheter Le Corbeau Noir en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Corbeau Noir sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Wakfu

En savoir plus sur l'oeuvre Wakfu