75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Krosmaster Arena
Krosmaster Arena >

Critique du Jeu de société : Krosmaster Arena

Avis critique rédigé par Benoît F. le vendredi 24 mai 2013 à 0836

Petites bouffebaffes entre amis !

Après s’être essayé au jeu de plateau avec Wakfu : le jeu d’aventures, le célèbre éditeur Ankama récidive en nous proposant son nouveau jeu Krosmaster Arena. Entre virtuel et réel, qu’en est-il exactement de cette belle passerelle ?

 


PREMIERE CLAQUE

Particulièrement bien illustrée, la boîte de Krosmaster Arena est tout aussi remplie. Le matériel est abondant et d’une qualité irréprochable : plateau de jeu, cartes de profil, verdure et coffres en 3D, dés spéciaux, pions en tout genre, tout fleure bon la maîtrise du sujet ! Ajoutez à cela les huit figurines de 50 mm représentant les personnages du jeu et là, c’est l’extase! En effet, ces modèles en plastique pré-peint sont un véritable régal pour les yeux. Sous leur aspect SD (Super Deformed), ces formidables pièces de jeu brillent par la qualité de leur sculpture et procurent une envie irrémédiable de se lancer dans l’aventure. On notera également la présence salvatrice d’un thermoformage parfaitement adapté afin de ranger cette profusion de matériel.

 

 

DEUXIEME CLAQUE

Ce jeu de plateau avec figurines prend pour cadre l’univers à succès de Dofus et de Wakfu développé par Ankama depuis quelques années. Krosmaster Arena adopte le parti de se jouer à la fois en ligne sur votre ordinateur dernier cri ou bien dans la vraie vie à l’aide du jeu de plateau ici présent.

Les joueurs vont incarner des groupes de personnages enlevés par des démons et voués à combattre les uns contre les autres en quête de galons de gloire. Ces créatures démoniaques s’ennuyant ferme, il faudra donner de votre personne afin de les divertir comme il se doit.

Avant d’entamer la partie, chacun des deux joueurs constituent son groupe de combattants. Plusieurs manières sont proposées à savoir : le choix, le tirage au sort, le « draft » ou l’achat via un pool de douze points. Ce dernier représente la somme des niveaux de tous les personnages que vous aurez recrutés.

 

Une fois les groupes constitués, les éléments du plateau tels que les arbres, les buissons et les coffres sont mis en place. Le plateau de jeu étant recto-verso, vous aurez ainsi deux arènes à votre disposition.

Le but du jeu est le suivant : être le dernier joueur à posséder des galons de gloire. Ces derniers peuvent être obtenus en éliminant les combattants adverses ou en utilisant des kamas (la monnaie locale) pour les acheter.

Le jeu se veut accessible dans la mesure où il repose sur un système archi-connu de dépense de points de mouvement et d’actions. Ainsi, dans l’ordre d’initiative, vos personnages agiront les uns après les autres. Après cela, ce sera à votre adversaire de faire de même. Au rang des actions possibles on notera : lancer un sort, ramasser un kama, acheter un galon de gloire, asséner un coup de poing dans la face, acheter des récompenses démoniaques. Ces dernières sont des bonus et équipements mis à la disposition des joueurs dont les effets peuvent être instantanés, temporaires (jusqu’au début du prochain tour du personnage utilisateur) ou permanents (équipements).

 

Concernant le déplacement des personnages, le plateau de jeu utilise un quadrillage classique imposant la dépense d’un point de mouvement pour chaque case adjacente franchie. Certains éléments de décor tels que les buissons et les arbres bloquent tout mouvement mais rien ne vous interdit de les détruire… Ainsi vous montrerez à cette nature rebelle que vous êtes le maître de ces bois ! Par ailleurs, le quadrillage sert également à évaluer les lignes de vue et portées des différents sorts. De manière classique, une ligne imaginaire est « tirée » entre la case du lanceur et celle de sa cible afin d’établir la validité de la ligne de vue.

 

Côté combat, rien de plus simple ! La plupart du temps, les sorts sont utilisés en lieu et place du banal coup de poing pour catcheur du dimanche. Chaque sort possède un coût en points d’action, un effet (dégâts et autre) une portée et parfois une aire d’effet. De base, une attaque inflige ses dégâts et l’agresseur peut l’augmenter en lançant des dés supplémentaires dans l’espoir d’obtenir des touches critiques. Quant au défenseur, il lance des dès afin de se protéger mais pas totalement. En résumé, une attaque porte toujours des dégâts et les dés ne sont utilisés que pour augmenter ces derniers ou s’en protéger. Les dégâts encaissés sont autant de points de vie en moins. Bien entendu, dès qu’un personnage reçoit autant de touches que de points de vie, il est éliminé.

Par ailleurs, des variantes proposent la pratique du jeu à quatre joueurs, en équipe en divisant les troupes ou chacun pour sa peau.

CLAQUE DE FIN

Depuis son premier jeu de plateau à savoir Wakfu : le jeu d’aventures, on peut avancer sans se tromper qu’Ankama a beaucoup appris dans le domaine. D’un point de vue matériel, l’ensemble est impeccable. De même, une attention considérable a été portée à la rédaction des règles. Claires et concises, ces dernières ont également un support de poids en la personne des sept scénarios d’initiation savamment concoctés. En effet, ce didacticiel prend pour modèle le monde du jeu vidéo, en présentant un apprentissage pas à pas et points par points. Chaque scénario est expliqué en détail sur une page suivi de la mise en situation sur la suivante. Ainsi, les apprentis combattants s’affrontent directement sur le livret de règles avant de passer sur le plateau réservé aux vieux de la vieille. Etant donné cette prise en main particulièrement intuitive, on peut reconsidérer l’âge minimum en le fixant à 10 ans. De plus, vous pourrez apprendre à jouer en ligne, tout seul dans votre coin avant de vous confronter à de vraies personnes.

 

Contrairement à d’autres produits de la même catégorie jouissant d’un plateau modulable et renouvelable à souhait, Krosmaster Arena propose deux arènes fixes. On pourrait alors se poser des questions sur la rejouabilité possible de ce jeu. En effet, l’éditeur a pris le parti de baser le renouvellement des parties sur les profils des personnages. Au nombre de huit dans la boîte de base, c’est sur la sortie prochaine des boosters qu’Ankama compte afin d’apporter un souffle nouveau à son jeu. Ces mini-extensions appelées « blind box » contiendront une figurine et sa carte de profil associée ainsi qu’un mini-plateau de jeu pour un à deux joueurs. D’un prix raisonnable, ces extensions possèdent un léger défaut qui n’en sera pas forcément un pour tout le monde. Comme leur nom l’indique, ces « blind box » seront conçues comme des pochettes surprises : vous achèterez en aveugle et sans connaître l’identité de la figurine située à l’intérieur de la boîte, au risque de retomber sur une figurine de la boîte de base... Ce procédé, utilisé depuis fort longtemps par certains jeux de cartes comme Magic : l’assemblée, induit un principe d’échange entre joueurs que ce soit dans le monde réel ou virtuel. Ainsi, vous pourrez avoir recours aux 42 figurines de la collection dont certaines sculptures ne sont que les adaptations d’autres modèles existants. Cela dit, les figurines proposées dans la boîte de base s’avèreront suffisantes afin de prendre en main le jeu et vous fourniront quelques heures de bonne baston en perspective.

 

 

La conclusion de

L’arrivée de Krosmaster Arena ne bouleverse pas la catégorie des jeux de plateau avec figurines. Cependant, elle apporte un souffle nouveau grâce à l’univers proposé et à la qualité esthétique des éléments de jeu. Ainsi Ankama démontre tout son savoir-faire en la matière et s’appuie judicieusement sur la notoriété des ces MMORPG afin d’en proposer une déclinaison dans le monde réel. Malgré son apprentissage aisé, Krosmaster Arena se veut un jeu très tactique dans lequel la part de hasard est beaucoup moins importante qu’il n’y paraît. Les premières parties pourront s’avérer un peu longues, le temps de prendre en main les pouvoirs de chacun de vos combattants. Après cela, le plaisir viendra avant tout de la possibilité d’optimiser son équipe lors de sa création et d’en constater l’efficacité sur le champ de bataille.

Que faut-il en retenir ?

  • Le matériel
  • Optimiser son équipe
  • Un bon renouvellement
  • La passerelle réel/virtuel

Que faut-il oublier ?

  • Le prinicpe de blind box

Acheter Krosmaster Arena en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Krosmaster Arena sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Wakfu

En savoir plus sur l'oeuvre Wakfu