75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Comics : Halo Uprising - N°1
Halo Uprising - N°1 >

Critique du Comics : Halo Uprising - N°1

Avis critique rédigé par Sylvain T. le lundi 4 janvier 2010 à 0544

Des débuts prometteurs

Prévu pour sortir durant la période séparant la parution de Halo 2 et Halo 3, ce n’est finalement qu’après des mois de retard que le premier numéro de la saga Halo Uprising est sorti.

Disponible depuis 2007 aux Etats-Unis, cette adaptation en comics de l’univers Halo devait permettre à l’origine de commencer Halo 3 en connaissant clairement les évènements s’étant déroulés après la fin du second épisode. N’ayant jamais profité d’une sortie en Europe, il a bien fallu se rabattre sur la version américaine éditée par Marvel qui s’est achevé il y a seulement 8 mois. Avouez que l’on a vu mieux comme timing. Mais trêve de plaisanterie, et revenons-en à notre sujet principal.

En tentant de faire parler un soldat terrien, le commandant Brute Lepidus se rend compte que pour achever le grand voyage, il faut posséder une clef, la clef de Osanalan. Avant de quitter le monde des vivants, le prisonnier, James Ackerson avoue qu’elle se trouve dans la ville de Cleveland. Après avoir fait exploser Mombasa, c’est donc une autre ville du monde que les Covenants vont « visiter » afin de découvrir où se trouve cet élément décisif pour la victoire du peuple alien.

Premier segment d’une histoire en 4 tomes donc, et qui ne fait qu’une vingtaine de pages. Autrement dit, l’action va être assez soutenue, et l’on connaitra les réelles motivations des Covenants assez rapidement. Les dialogues sont couverts d’éléments techniques, et il est donc fortement conseillé de s’y connaitre dans Halo avant de s’y plonger. En effet, si vous ne savez pas ce que sont les Grunts, les Brutes ou encore qui est le Master Chief, passez votre chemin. Ce dernier va d’ailleurs faire une brève apparition en début d’aventure, même si le scénario va plutôt s’intéresser à deux humains banals en apparence. Rowan Ackerson et Myras Tyla sont aux premières loges de l’invasion et ils n’ont qu’une idée en tête : s’enfuir.

Au-delà de la somptueuse couverture que vous pouvez voir ci-contre, le dessin est assuré par Alex Maleev. Il est connu pour avoir œuvré sur Daredevil ou les New Avengers. Autrement dit, les amateurs de comics seront en quelque sorte en terrain connu. Le dessin se veut coloré, à l’image des jeux d’ailleurs, sans pour autant être dénué de détails. Le travail effectué sur les Covenants et sur les scènes de combats donne parfois des décors grandioses. Petit bémol, les dialogues ne sont pas franchement ce qu’il se fait de mieux dans le genre, et l’on a connu plus inspiré. Notons également quelques soucis de cohérences avec notamment une clef qui serait un artefact Forerunner et qui n’a pourtant jamais évoqué dans la saga vidéoludique.

La conclusion de

Partant sur de bonnes bases sans bousculer les habitudes, ce premier numéro est une franche réussite graphique avant d’en être une scénaristiquement parlant. Mais l’équipe en charge du projet est suffisamment rodée pour ne pas que l’on se fasse de soucis sur la suite de l’aventure.

Acheter Halo Uprising - N°1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Halo Uprising - N°1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Halo

En savoir plus sur l'oeuvre Halo