75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Prince of Persia [2008], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 30 juin 2009 à 12h41

Prince of Persia version PC

Prince of Persia est une série qui est née en 1989 alors que les PC  connaissaient une puissance exponentielle. Les premières versions en 2D ont été de francs succès (notamment sur Amstrad et Atari) et le passage à la 3D n'a pas été exploité au mieux. Alors que la franchise agonisait, Ubisoft a acquis les droits en 2003 pour le dépoussiérer et créer un titre de très belle qualité: les sables du temps. 2008 voit le deuxième titre créé par Ubisoft avec une nouvelle fois le souci de l'esthétisme. On y voit le résultat de ce qu'on appelle l'art illustratif.

Prince of Persia: Elika et le prince
Prince of Persia: Elika et le prince

Le prince que vous incarnez s'est égaré dans le désert pendant une tempête de sable et, ayant perdu son âne et toutes les richesses (l'or d'une tombe pillée et "des tapis épais comme ça"), il glisse au fond d'un ravin dans lequel il va croiser le chemin d'une jeune femme poursuivie par ce qu'il semble être des gardes armés. Comme il se doit, il la secourt et l'accompagne jusqu'à son humble demeure qui s'avère être un colossal château. Elika est en fait une princesse et elle s'échappait des gardes de son père lorsqu'il l'avait rencontrée. Dans cette forteresse, l'arbre contenant l'âme du démon Arhiman est aussi sa prison. L'altercation entre le prince et le roi se finit mal: l'arbre est coupé et le démon libère son pouvoir de corruption sur le monde sans toutefois pouvoir sortir du temple qui le garde captif, pour un temps. Le prince et Elika doivent parcourir quatre contrées pour les libérer des ténèbres grâce au pouvoir de purification des Terres fertiles de la princesse...

Prince of Persia: Elika et le prince face aux golems de pierre
Prince of Persia: Elika et le prince face aux golems de pierre

Si Les Sables du Temps avait redoré le blason de ce jeu mythique, grâce au talent de Yannis Mallat, c'est un joli tour de force graphique grâce au moteur Scimitar, le même utilisé pour le jeu Assassin's Creed. Ce volet diffère de la trilogie des sables du temps par son gameplay moins tourné vers les acrobaties, même si l'on doit maîtriser un minimum les passages le long des murs, en s'accrochant aux anneaux et en sachant exécuter les sauts à la volée. Si l'on est trop court, Elika sera là pour vous donner le coup de pouce pour franchir l'espace qui vous sépare de la paroi. Avec un peu de dextérité, on est capable d'avancer rapidement dans les décors assez somptueux.


Prince of Persia: les déplacements

Côté combat, les combos sont assez rapides à maîtriser au clavier et il suffit de les tester tour à tour pour connaître le point faible de chaque boss (L'alchimiste, le chasseur, la concubine et le guerrier). Il faut juste y penser car la vitesse des attaques est assez rapide. Etant donné le fait qu'Elika vous rattrape à chaque fois que vous êtes balancé dans les ravins, englouti dans la corruption ou bien dépassé par les attaques de votre adversaire, les combats auraient pu être faciles si ce n'était qu'ils récupéraient pas mal de points de vie pendant votre résurrection. Du coup, il faut un certain temps pour battre chacun d'eux sans avoir à recommencer tout un pan du niveau. Même s'il existe une certaine variété des attaques spéciales, il faut avouer que ça devient assez répétitif au bout d'un moment.


Prince of Persia: Combats

Si le jeu a tout pour ravir les yeux, c'est au niveau scénaristique qu'il pêche un peu. Il aurait gagné à laisser un peu plus de liberté au joueur car la linéarité du scénario l'empêche d'aller où il veut et d'interagir beaucoup avec son environnement. Elika est d'ailleurs là pour vous guider et vous évite de cogiter très longtemps pour trouver la trajectoire à suivre. En un sens, le jeu en devient très fluide mais pour les joueurs qui aiment la difficulté et se torturer le cerveau en sortiront frustrés.

Prince of Persia: le prince en plein combat contre l'alchimiste
Prince of Persia: le prince en plein combat contre l'alchimiste

Ceci dit, dans ce scénario, on aime l'humour et le jeu de séduction des deux protagonistes. Le prince a beau avoir des muscles et une certaine dextérité, il n'est pas dénué de défauts. Voleur, intéressé, volage, c'est une fripouille au grand coeur et certaines réparties sont assez savoureuses.

Ce test a été réalisé avec la config suivante:
- Processeur Core Duo E6750 2.66 GHz
- 2 Go de RAM
- Nvidia Geforce 8600 GT 512 Mo.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Prince of Persia [2008]

Manu B.
70

Graphiquement, ce Prince of Persia est bluffant grâce au côté artistique des personnages. La version PC permet une prise en main plus rapide qu'avec une manette, pour l'execution des combos, notamment. Le seul bémol est la quasi impossibilité de mourir et la linéarité du scénario.

Acheter le Jeu Vidéo Prince of Persia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Prince of Persia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Prince of Persia