75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Prince of Persia >

Critique du Jeu Vidéo : Prince of Persia

Avis critique rédigé par Sylvain T. le vendredi 16 janvier 2009 à 22:19

Prince of Casual

Le nouveau Prince of Persia est enfin arrivé, l’occasion de découvrir un univers entièrement repensé, pour le meilleur, et surtout pour le pire…
Testé sur PC.

Alors qu’il recherche son âne, le prince tombe sur une mystérieuse jeune femme dotée de pouvoirs magiques. Poursuivie par son père, elle tente de rejoindre un temple servant de prison au dieu des ténèbres, Arhiman. Malheureusement, ce dernier va s’en échapper et laisser derrière lui des soldats ténébreux, désireux de se battre pour tenter de corrompre un monde en paix. Ces soldats ont en effet la possibilité de détruire les terres Fertiles, des jardins censés alimenter les « barrières » de la prison d’Arhiman. Si le prince et Elika ne purifient pas de nouveau ces terres, le dieu maléfique va pouvoir conquérir le monde, pour ce faire, le duo d’infortune devra tuer 4 corrompus pour enfin atteindre, au final, Arhiman.
Après une première trilogie convaincante sur la précédente génération de console, le Prince de Perse revient sur console nouvelle génération en apportant avec lui, un certain nombre de nouveautés. La plus flagrante vient des graphismes, entièrement repensés puisque l’on peut désormais admirer le Prince et toute sa clique, dans un univers en Cell Shading. Esthétiquement très réussi, ce nouveau Prince of Persia est un véritable plaisir pour les yeux, et si les options pour rendre l’aliasing inexistant ne sont malheureusement pas légion, elles ont quand même le mérite d’exister sur PC. Mais soit, il faut dire que la liberté de mouvement est grande, pour ainsi dire, on peut s’aventurer partout où il est possible de grimper, de glisser ou encore, de courir, car Prince of Persia, c’est avant tout un environnement ouvert sans temps de chargements impromptus, à l’exception de rares moments où vous devez vous téléporter. Cette force est également un défaut, car si les décors sont immenses, ils sont malheureusement vides, peu de créatures viennent vous barrer la route, et ça manque cruellement d’ambiance.
La prise en main est également de qualité, même sans manette, si l’aide à la jouabilité nous propose des boutons d’une manette officielle Xbox 360 PC, le gameplay au clavier reste très intuitif et rapide, ce qui n’est pas forcément une mince affaire, surtout pour un jeu d’aventure/plateforme. Mais le problème vient du fait que vous êtes pris par la main constamment. Cela vient du pouvoir d’Elika, qui, lorsque vous tombez, vous propose de vous « sauver » en vous retenant par la main, ce qui veut dire que dans Prince of Persia, vous ne pouvez pas mourir, à l’exception des combats. C’est très sympa, je ne dis pas le contraire, mais lorsque le jeu se met en pause pour vous expliquer sur quelle touche appuyer, ça va bien une fois, mais quand c’est constant, ça gâche le rythme du jeu, vous finissez par terminer le jeu sans avoir la satisfaction d’avoir accompli une action seul. En prenant le pari de devenir plus accessible, Prince of Persia se met à dos tous les joueurs qui cherchent du challenge.
Malgré tout, il y a quand même un minimum de chose à effectuer, mais c’est tout aussi énervant. Dans le sens où, pour pouvoir récupérer de nouveaux pouvoirs, il va vous falloir chercher des sphères disséminées un peu partout dans un niveau fini. Une épreuve sympathique si elle n’était pas plombée par un résultat décevant. Car si l’intention de rajouter de nouvelles possibilités de combats est louable, elle devient répétitive, et n’apporte, au final, pas grand-chose aux combats. Car si l’on peut reprocher quelque chose au jeu, c’est sa trop grande répétitivité. Le peu d’ennemi que vous rencontrerez sont pour la plupart, des soldats des ténèbres, ils se combattent tous de la même manière, pour peu que vous ayez un ravin sur la plateforme où vous vous trouvez, et le tour est joué. Bref, pas beaucoup d’originalité et surtout peu de variations dans vos actions.

55

Ne restent finalement qu’une Bande Son agréable et une ambiance graphique unique, Prince of Persia laisse un sentiment d’inachèvement. A l’image d’Assassin's Creed l’année dernière, dans une moindre mesure toutefois, ce nouvel opus à la saga déçoit par une répétitivité accrue mais impressionne grâce à son univers et son ambiance unique.

Critique de publiée le 16 janvier 2009.

Que faut-il en retenir ?

  • Graphismes uniques
  • Bande son et VF agréables

Que faut-il oublier ?

  • Manque de challenge
  • Trop facile
  • Répétitif
  • La collecte des sphères obligatoire

Acheter Prince of Persia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Prince of Persia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !