75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal - Le Comics >

Critique de la Bande Dessinée : Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal - Le Comics

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 26 mai 2008 à 18:43

1957, l'aventure continue...

Après 19 ans d’absence, Indiana Jones revient dans les salles de cinéma. Et comme il arrive très régulièrement à ce type de production cinématographique d’été, ce dernier a droit à son adaptation en comics. Ce n’est pas la première fois que cela arrive puisque dès l’époque des aventuriers de l’arche perdue Marvel s’était occupé de retranscrire les aventures de l’archéologue. Aujourd’hui le principe subsiste donc, mais c’est Dark Horse qui récupère la charge de l’adaptation. Quant à la France, c’est les éditions Delcourt qui ont négocié la distribution du titre.
L’adaptation de John Jackson Miller reprend donc le récit de Georges Lucas et Jeff Nathanson - ainsi que le scénario de David Koepp. Un scénario qui nous amène au cœur de l’année 1957 avec la présence de services secrets russes qui s’intéressent de très près à une découverte américaine dont le nom du docteur Jones fut un temps rattaché. Ainsi, afin que l’archéologue les conduise à la fameuse caisse classée Top Secret, les russes le kidnappent, ainsi que Mac, un ami qui a fait la guerre au côté d’Indiana Jones.
L’exercice d’une adaptation est toujours délicat, déjà parce que le scénariste de la bande dessinée possède souvent le scénario avant que le tournage commence. Une conséquence qui amène souvent le comics à présenter des différences par rapport au film, ce dernier n’ayant pas les honneurs des éventuelles modifications de script durant le tournage. Ensuite, il a pour défi de retranscrire sur un certain nombre de pages - ici 96 – des longs métrages qui avoisinent les deux heures. Le film « Indiana Jones et le royaume de Cristal » possédant un grand nombre de séquences d’actions c’est sur ce point que John Jackson Miller décide de raccourcir au plus son récit, en résumant par quelques commentaires l’action et en l’accompagnant de 2 ou 3 images clefs. C’est aussi lors des scènes d’actions que l’on dénote quelques variations au niveau de l’histoire, souvent assez légères, mais amusantes à constater. Ainsi, John Jackson Miller nous évite de subir la partie ridicule ou Mutts Williams passe de liane en liane afin de rattraper les véhicules. La séquence des chutes d’eau passe aussi beaucoup mieux dans le comics que dans le film. Cependant, il faut bien dire que le manque de pages se ressent et par moment les résumés de situations empêchent la mise en forme d’une atmosphère que l’on aurait pu un peu plus souhaité.


Le dessin est confié ici à Luke Ross, dessinateur né au Brésil, mais qui contribua à des titres de renommée mondiale tels que Spectacular Spider-Man, X-Men ou encore Gen 13 -dernièrement on peut apprécier son style graphique sur L’âme du Samouraï toujours distribué en France chez l’éditeur Delcourt. Et c’est justement la comparaison avec ces références qui fâche. Alors que le dessinateur semble appliqué sur L’âme du Samouraï, son Indiana Jones, bien que graphiquement acceptable, est loin de présenter la qualité graphique qu’il fournit sur son autre titre. C’est certainement parce ce travail est moins personnel. Il n’empêche que, par exemple, Doug Weathey s’était montré plus convainquant sur la revanche des Sith. Sur la fin on notera cependant que le destin d’Irina Spalko est beaucoup plus graphique que dans le film, et Luke Ross nous dévoile une vision que l’on aurait bien aimé voir dans le film de Steven Spielberg.

70

Voici une adaptation amusante qui permettra de faire replonger les fans dans les aventures du docteur Jones. De même, quelques différences entre le film et le comics permettront d’appréhender différentes interprétations d’un même scénario. Cependant dans l’exercice de style, force est de reconnaître qu’il y a eu parfois mieux.

Critique de publiée le 26 mai 2008.

Acheter Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal - Le Comics en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal - Le Comics sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Indiana Jones