75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Dune >

Critique du Film : Dune

Avis critique rédigé par Manu B. le jeudi 16 mars 2006 à 06:34

Dune

Paul est le fils du Duc Leto et Jessica, une adepte du Bene Gesserit. Ils sont envoyés sur la planète Arrakis, appelée aussi Dune. cette planète est la planète des épices, qui permet le voyage dans le temps et l'espace. L'établissement sur la planète est un pièges des autres maisons, dont celle des harkonnens...

Dune: Ver de sable
Dune: Ver de sable

L'univers de Dune, comme décrit dans le premier volet du chef d'oeuvre de Frank Herbert est grandiose, riche, aux personnages parfois complexes. Quelles sont les chances pour un réalisateur, même aussi doué que David Lynch, de rendre compte de toute la richesse de cet univers sur grand écran en seulement 2 heures ? Aucune. Initialement prévu en 4 heures, ce film n'est une adaptation que des deux premiers romans (Dune et le messie de Dune), puisque tout le cycle n'était pas encore achevé. Dune est une saga politique, militaire, religieuse, philosophique et sociale. Il comprend les maisons, domaines seigneuriaux, le Bene Gesserit, organisme obscur religieux, les fremens, les rebelles croyant à un mythe. Ainsi Dune est la saga galactique idéale, puisqu'elle aborde tous les aspects d'une société.


Dune: Baron Vladimir Harkonnen (Kenneth McMillan). Un navigateur de la guilde. Alia (Alicia Witt). Chani (Sean Young) et Paul (Kyle McLahan)
Dune: Baron Vladimir Harkonnen (Kenneth McMillan). Un navigateur de la guilde. Alia (Alicia Witt). Chani (Sean Young) et Paul (Kyle McLahan)

David Lynch a donc choisi de privilégier l'aspect action et aventures de Dune qui, comme souvent, au cinéma, est évidemment le plus visuel. Le mythe du messie passe donc en second plan, mais il y est tout de même présent. C'est peut-être dans le choix du personnage de Paul que ça a coincé puisque Kyle McLahan est sensé incarner un jeune homme, presqu'un adolescent. On lui a reproché d'être un peu trop lisse. Peut-être. Sûrement au début, mais il acquiert le charisme de l'élu dans la deuxième partie du film, où Paul chevauche les vers de sable, où Paul conduit les fremens à leur destin. J'ai aimé l'interprétation du baron Harkonnen par Kenneth McMillan, affreux comme il devait l'être, et puis l'incarnation très intéressante de Feyd-Rautha par Sting. Les effets spéciaux ont pris un coup de vieux, mais les décors en extérieur restent somptueux. Surtout pour l'époque.

Dune: Paul (Kyle McLahan) devant Stilgar (Everett McGill), Chani (Sean Young), Jessica Atréides (Francesca Annis) et Gurney Halleck (Patrick Stewart)
Dune: Paul (Kyle McLahan) devant Stilgar (Everett McGill), Chani (Sean Young), Jessica Atréides (Francesca Annis) et Gurney Halleck (Patrick Stewart)

Bref, Dune reste, malgré les années, un film agréable à regarder, qui zappe une partie du mythe de Dune, qu'aucun réalisateur n'aurait pu mieux mettre en avant que David Lynch, à cette époque.

70

Ce film a vieilli, ce qui est d'autant plus frustrant qu'en comparaison, le cycle de Frank Herbert n'a, lui, pris aucune ride. Cependant, ce film retranscrit tout de même globalement l'esprit de Dune, du moins dans les deux romans de la saga.

Critique de publiée le 16 mars 2006.

Acheter Dune en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dune sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !