75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Téléfilm : Les Enfants de Dune
Les Enfants de Dune >

Critique du Téléfilm : Les Enfants de Dune

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 4 janvier 2004 à 0652

Le retour en grande forme de Mauad’dib


Après un premier téléfilm adaptant le roman de Frank Herbert "Dune", qui a remporté un joli succès, "Tomorrow films" décide de produire sa suite. Si cette production porte le nom des "Enfants de Dune", il s'agit en fait de la fusion de deux ouvrages de l´écrivain : "Le Messie de Dune" et "Les Enfants de Dune". Le film est ici coupé en 3 parties. La première relate le devenir de Paul Muad´dib Atréides, devenu malgré lui une sorte de dictateur et se laissant conduire vers ses funestes visions. Les deux autres parties se passent quelques années plus tard, et traitent de la descendance de Muad´dib et Shani.
Alors que "Dune" faisait passer les Atréides pour les gentils et Paul pour le sauveur, ici les choses deviennent beaucoup plus nuancées. La force de ce téléfilm est d´avoir réussi à mettre des tonalités sur chaque personnage : il n´y a plus des bons ou des mauvais, mais des êtres qui doivent prendre des décisions délicates et conflictuelles.
Si Alec Newman manquait de présence sur le premier téléfilm, il est indéniablement parfait dans cette suite et crée un personnage tout en nuance, prisonnier de ses visions et ne voulant ou pouvant lutter contre elles. Ainsi le sauveur guidé par un destin devient un tyran, appliquant sa religion sur toutes les planètes grâce à son monopole sur l´épice. Le personnage de la soeur de Paul, Alia, n´est pas en reste, et malgré toutes les horreurs qu´elle commet, on ne peut s´empêcher de la plaindre et d´être ému par cette femme qui fut très vite abandonnée par sa mère, et appelée dès son plus jeune âge "l´Abomination". Il y a aussi la reine, Irulan, jouée par Julie Cox, femme forte d´apparence, et pourtant cherchant désespérément le respect de la famille Atréides et l´amour de son mari. Il serait bien long d´évoquer chaque protagoniste important tellement ils sont nombreux, et pourtant tous magnifiquement écrits et interprétés.
Il faut saluer aussi le travail du compositeur Brian Tyler qui signe ici une partition musicale de toute beauté. Et en particulier sur la musique se passant pendant l´accouchement de Shani et concluant en parallèle sur des destins. Certains pourraient reprocher à Tyler de s´être inspiré largement du style de Hans Zimmer et en particulier de la bande original de « Gladiator », mais vu le résultat on lui pardonnera. Tous simplement épique !
Un gros reproche fait sur le premier téléfilm portait sur les effets spéciaux (les scènes de désert faisant vraiment trop "prise de vue studio"). Dans cette suite, même si la qualité a été nettement améliorée, cela reste encore beaucoup trop visible et si les toiles de fond sont remplacées par un écran bleu, le désert manque encore cruellement de profondeur.

La conclusion de

"Les enfants de Dune" est si réussi (excepté les effets spéciaux), qu´on aimerait qu´il soit plus long, surtout sur la première partie. Une suite vraiment de toute beauté, surpassant le premier téléfilm autant au niveau de l´interprétation que de la mise en scène.

Acheter Les Enfants de Dune en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Enfants de Dune sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dune

En savoir plus sur l'oeuvre Dune