75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Dune **
Dune ** >

Critique du Roman : Dune **

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 31 mars 2006 à 0036

Paul Muad'Dib

"- Ils sont morts, Baron, dit Iakin Nefud, le capitaine des gardes. Ils sont certainement morts: la femme et le garçon..."
Les Harkonnens, à cause de la prise de pouvoir de la planète Dune par Leto, se sont vengés, avec l'aide de l'empereur lui-même. L'attaque d'une violence rare contre le palais de Leto a été fatale à ce dernier. Jessica et Paul Atréides ont dû s'enfuir dans le désert, avec le danger omniprésent des vers de sables qui peuvent surgir à la moindre vibration du sol. Paul à l'aide de l'épice révèle à Jessica que le Jihad est en route. Serait il le Kwisatz Haderach tant attendu par le Bene Gesserit ?...
La saga continue... Le miracle de la vie, malgré un environnement hostile, semble résumer cette partie. En effet, on assiste à la visite de Paul et de sa mère Jessica de l'habitat des fremens. C'est comparable à une fourmilière où les insectes seraient remplacés par des hommes, ou du moins, des fremens. Et dans ces conditions atroces, ils leur reste l'espoir reposant sur deux choses: l'eau et la venue du messie qui les délivrera du joug des étrangers à Arrakis.
Ce qui impressionne en lisant le cycle de Dune est cette formidable ingéniosité de Frank Herbert à créer cet univers qui s'enrichit au fur et à mesure de l'histoire. La première partie nous nous avait introduit dans le monde politique, les hautes sphères et les recoins du pouvoir avec ces mystérieuses Bene Gesserit. Cette deuxième partie nous ramène à la base de la civilisation même où les besoins sont complètement différents. D'autant plus que les conditions inhospitalières du désert nous montre combien l'eau est un bien précieux. C'est la source de la vie. On ne la gaspille en aucune façon.
Enfin, le deuxième aspect notable de cette deuxième partie est l'importance grandissante du rôle de Paul parmi les Fremens, puis Arrakis, et plus tard l'univers tout entier. Il est intéressant de noter l'opposition entre la foi des Fremans et celui des Bene Gesserits. Deux buts similaires, deux perspectives différentes.
Du point de vue politique, la maison Harkonnen est au premier plan, avec ses intrigues, ses complots parfois bien complexes.
Frank Herbert prend de la puissance dans le récit, calquant sa plume sur l'importance que revêt le jeune Paul Atréides par rapport au monde. Il est la clé, la solution. C'est tout à fait passionnant.

La conclusion de

Suite de la première partie de Dune, ce roman s'intéresse un peu plus à la composante religieuse de l'univers de Frank Herbert, ainsi que le rôle de l'épice, en décrivant le monde des Fremens et leur espoir de l'arrivée du messie de Dune.
Prix Hugo 1966 Prix Nebula 1965.

Acheter Dune ** en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dune ** sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dune

En savoir plus sur l'oeuvre Dune