75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Sin City
Sin City >

Critique du Film : Sin City

Avis critique rédigé par Jerules le jeudi 30 juin 2005 à 1706

La version pour adulte de Sim City...

Sin City.. Dès le départ, le contenu du film n’était pas une surprise : violence, nudité et vengeance. Le tout était de voir la transposition de la BD à l’écran, sur une durée de 2 heures. Et c’est réussi ! Dès le début, la scène d’introduction nous plonge dans l’ambiance et confirme ce que la bande annonce laissait deviner : le spectateur va en prendre plein la vue.
Trois histoires, trois règlements de comptes. Hartigan (Bruce Willis)/Nancy (Jessica Alba) et la corruption. Marv (Mickey Rourke) et Goldie (Jamie King ) contre des cannibales envoyés de Dieu. Dwight (Clive Owen)/Gail (Rosario Dawson)et Jackie Boy (Benicio Del Toro). Toutes trois égales (ou presque) en intensité et en spectacle, chacune avec son casting cinq étoiles, son quota de morts, ses scènes prenant au tripes (sans jeux de mots). Malgré quelques longueurs ; le spectacle est permanent ! Véritable claque visuelle, les images de Sin City ne seraient rien sans un bon scénario. A l’inverse de Capitaine Sky et le Monde de Demain qui lui aussi a été tourné devant un écran vert, le scénario est brillant, les histoires s’emboîtent parfaitement, nous montrant, associé à un excellent montage, que Sin City est une véritable ville du vice et de débauche.
L’association Robert Rodriguez / Franck Miller nous confirme que toute grosse production cinématographique Nord-Américaine n’est pas forcément aseptisée et convenue. Dans Sin City, tout se finit par un bain de sang. Le réalisateur n’a pas lésiné sur les scènes de violence, n’oubliant aucun détail et passant de temps en temps, comme Quentin Tarantino dans Kill Bill Volume 1, à une véritable bande dessinée. Chaque personnage à un secret, quelque chose à cacher mais tombent par moment dans la caricature (Shellie et Dwight). Ce qui n’enlève pas le fait qu’ils soient attachants, en particulier Marv que l’on aurait pu suivre pendant la totalité du film. Beaucoup critiqueront la violence omniprésente et les multiples rebondissement (les morts ne le sont pas toujours) mais une chose est sure, Sin City fera date dans l’histoire du cinéma.

La conclusion de

Un concentré de violence qui en l’absence du traitement de l’image Noir/Blanc/Couleur, aurait directement mené le film à une interdiction au moins de 18 ans. Malgré cela, le film est un réussite totale ! Les acteurs, la musique, l'image, le scénario,...bref, du grand cinéma !

Que faut-il en retenir ?

  • les acteurs
  • l'image
  • la musique !
  • Nancy, Goldie,Gail...
  • les apparitions de Tarantino et Franck Miller !

Que faut-il oublier ?

  • Les rebondissements
  • les "beurk" de l'assistance.

Acheter Sin City en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sin City sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Sin City

En savoir plus sur l'oeuvre Sin City