75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : J'ai tué pour elle
J'ai tué pour elle >

Critique du Film : J'ai tué pour elle

Avis critique rédigé par David Q. le mercredi 1 octobre 2014 à 1310

Du noir, du blanc et du sang

Roman graphique de Frank Miller, Sin City est un regroupement d'histoires liées entre elles par leurs personnages. Ce deuxième volet de Sin City au cinéma garde ce schéma directeur et nous raconte quatre histoires, quatre parcours à travers la ville des péchés.

Que l'on soit bien clair dès le départ, Sin City: J'ai tué pour elle ne fait pas dans la dentelle. C'est un film violent, cru, parfois gore, et qui ne s'en cache pas. Il faut avoir vu le premier pour apprécier certaines parties du scénario et retrouver avec délectation le personnage de Marv. C'est aussi un film réservé à un public avertit, à la fois cinéphile, bédévore et qui n'a rien contre la surenchère car c'est avant tout une adaptation de bande dessinée qui ne cherche pas le réalisme. C'est une sorte de polar noir sans optimisme dans une ville pourri et qui gangrène tout ce qu'elle touche.

Moi aussi je tuerais pour elle :)

Outre l'affichage en noir et blanc, ce qui saute aux yeux dès les premières images est le style graphique appliqué à l'image. Les scènes sont passées dans un filtre "BD" qui aplatît certains objets ou les rend moins réalistes. Une paire de lunettes sera complètement blanche et opaque, la neige exagérément grosse et blanche, les ombres bien noires et franches. Comme si le film avait été entièrement redessiné par Miller. C'est très réussi et cela contribue grandement à l'ambiance malsaine du film. Comme dans le premier, le noir et blanc s'accompagne de couleurs sur certains éléments clés qui sont à l'origine des péchés : des lèvres pulpeuses, un regard méchant, du sang versé, une bouteille d'alcool, des sous-vêtements...

Nancy arrête de boire

La pléthore d'acteurs typés assure au film un style encore plus caricatural. La gueule et la carrure de Mickey Rourke sont parfaites pour Marv, Eva Green assure dans son rôle de femme fatale (Casino Royale n'était qu'un entraînement) et le sénateur a clairement la tête de l'emploi dans cette ambiance de ville pourrie. Bien sûr le physique ne fait pas tout et ces acteurs viennent rajouter leur touche de cynisme et de dépravation à l'ensemble. La voix off, comme désabusée, qui décrit ce que gambergent les personnages vient parfaire le tableau. On pourra cependant regretter que les personnages secondaires soient si caricaturaux. Ils ne servent pas à grand-chose à part rajouter un peu de spectacle à l'ensemble.

La conclusion de

Ce Sin City est une belle adaptation cinéma du roman graphique de Frank Miller. Certains n'aimeront pas le côté surréaliste de l'esthétique du film, ou sa violence, mais c'est aussi ce qui fait son originalité. C'est un film à prendre ou à laisser qui ne vous laissera pas indifférent.

Que faut-il en retenir ?

  • L'aspect graphique excellent
  • La violence et le côté sombre clairement assumés
  • Ambiance glauque à souhait
  • La voix-off

Que faut-il oublier ?

  • Personnages secondaires pas vraiment développés et caricaturaux
  • Contexte qui ne va pas plaire à tous
  • Ames sensibles s'abstenir (certaines scènes peuvent heurter votre sensibilité)

Acheter J'ai tué pour elle en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de J'ai tué pour elle sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Sin City

En savoir plus sur l'oeuvre Sin City