75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Entretien avec Mathilde Spriet de Gigamic

Publié il y a 6 ans par Amaury L.

Entretien avec Mathilde Spriet de Gigamic : Quand les filles jouent dans la cour des garçons...

Quand les filles jouent dans la cour des garçons...

Gigamic est une société d'édition incontournable dans le milieu ludique français. Il était temps que scifi Universe s'intéresse de plus près à l'éditeur de Tobago, L'escalier hanté, Le labyrinthe magique, La nuit des magiciens, Rök... Dont vous trouverez les critiques sur le site. A cette occasion, une demoiselle courageuse s'est faite le porte-parole de Gigamic, Mathilde Spriet.

Amaury L. : Bonjour Mathilde, pouvez-vous vous présenter ?

Mathilde S. : Oui tout à fait, je m'appelle Mathilde Spriet, j'ai 28 ans et je m'occupe de tout ce qui touche à la communication de Gigamic : site web, presse, réseaux sociaux, catalogues... mais également du développement des jeux (avec d'autres membres de l'équipe bien sur). Relation avec les auteurs, rédaction et traduction de règles, tests...

Mathilde Spriet, chargée de communication et développement chez Gigamic.

 

Amaury L. : Comment êtes vous arrivée dans le monde du jeu ?

Mathilde S. : Je suis une « geekette » depuis longtemps, mon frère m'a initié aux jeux de rôle, jeux de cartes à  collectionner, jeux vidéo, jeux de société... Mon jeu préféré quand j'avais 14 ans c'était Pylos, c'était un signe non ?

 

 

Amaury L. : Racontez nous l'histoire professionnelle de Gigamic ?

Mathilde S. : Gigamic a vu le jour en 1991. Nous fêterons donc nos 20 ans cette année !  C'est une histoire familiale: Stéphane, Ludovic et Jean-Christophe, trois des six frères Gires en sont les créateurs. Une rencontre déterminante va décider du destin de ces trois jeunes Dunkerquois, joueurs occasionnels : celle avec Blaise Muller, un créateur qui vient d'imaginer un jeu de réflexion et cherche un éditeur. Ils y ont cru, ont créé quelques boîtes de Quarto et sont allés au salon du jeu de Paris. Quarto sera un grand succès et est toujours distribué aujourd'hui. Il s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires dans plus de quarante pays. En 2000, la société franchit une nouvelle étape en devenant aussi distributeur de jeux francophones. Au fil des ans, la collection s'épaissit et le catalogue compte aujourd'hui 300 références. Les jeux de Gigamic sont aussi distribués à l'étranger et traduits dans plus de trente langues pour certains.

L'équipe compte aujourd'hui 10 personnes :

Jean-Christophe s'occupe des grands comptes et de la distribution.
Stéphane de l'export et du développement.
Loïc et Bertrand gèrent l'entrepôt et les expéditions.
Fred est à la comptabilité.
Etienne est responsable commercial avec l'aide de Christophe.
Jean-Luc gère la logistique et l'approvisionnement.
Simon est graphiste.
Mathilde est chargée de la communication et du développement.

 

Amaury L. : Quelle est la philosophie de Gigamic pour choisir les jeux qu'il éditera ?

Mathilde S. : Depuis sa création, Gigamic s'est spécialisée dans les jeux abstraits en bois avant de s'ouvrir à des jeux plus familiaux comme Marrakech, Kakuzu, Wazabi, Regatta,...La base pour qu'on fasse un jeu, ce sont des règles simples mais intelligentes aux possibilités pratiquement infinies. Il faut que ce soit ludique, original et qu'on ait de beaux matériaux et un beau design. Quand nous recevons un prototype nous le testons avec plusieurs membres de l'équipe, et là ce sont aussi les joueurs qui parlent, parfois le coup de cœur est immédiat, parfois il faut du temps, des tests avec des associations, des évolutions, cela peut prendre de 6 mois jusqu'à 2 ans...

 

Amaury L. : Dans ce monde du jeu très concurrentiel, qu'est-ce qui selon vous vous démarque des autres éditeurs ?

Mathilde S. : Notre exigence sur la qualité de nos produits est sans nul doute une des raisons pour laquelle les jeux Gigamic ne se noient pas dans la quantité de jeux publiés chaque année. De plus les jeux Gigamic ont l'avantage de proposer des règles simples mais aux possibilités pratiquement infinies. Le jeu s'adapte à l'esprit de ses joueurs et peut donc être abordé de façon très simple mais aussi bien plus complexe. Gigamic a longtemps été un éditeur de jeux abstraits et donc faisant partie d'une niche dont la presse notamment parle peu. Petit à petit nous faisons entendre notre voix en tant qu'éditeur et distributeur de jeux accessibles à tous et dont les médias parlent plus facilement. Enfin il ne faut pas oublier la portée internationale de Gigamic. Nos jeux sont distribués dans plus de 40 pays dans le monde.

 

Amaury L. : Comment ressentez vous en tant que femme ce monde principalement masculin, surtout dans les jeux modernes adultes ?

Mathilde S. : Il est vrai que c'est un milieu assez masculin, pourquoi ça, je ne sais pas trop, je me suis souvent dit que les thèmes sont souvent peu adaptés aux goûts de la gent féminine : les combats, l'argent... Les femmes s'intéressent peut-être  plus aux jeux de société pour enfants en pensant au plaisir de partager un moment privilégié avec eux. Mais je dirai que les choses sont en train d'évoluer, les adultes ont aujourd'hui le droit de jouer : pour les générations précédentes, le jeu était réservé aux enfants, alors qu'aujourd'hui, on peut jouer à tout âge, du coup on voit de plus en plus de femmes joueuses, c'est assez flagrant sur les salons. Elles ne sont pas attirées forcément par les mêmes jeux que les hommes. Dans le milieu professionnel de plus en plus de femmes prennent une réelle place, que ce soit dans les entreprises d'édition mais aussi dans le journalisme, les ludothèques, les jurys ludiques, et l'organisation de grand événements comme le festival des jeux à Cannes que Nadine Seul organise chaque année avec passion. Ce sont ces femmes qui sont en train de faire bouger les choses.

 

Amaury L. : Vous étiez sur le monde du jeu (10 au 12 septembre 2010) récemment ? En quoi ces salons sont ils importants pour une société comme Gigamic ?

Mathilde S. : Les salons sont d'indispensables vecteurs de communication pour nous, d'abord avec le public, nous nous confrontons à leurs avis et à leurs envies, c'est aussi un moyen de donner un visage à notre entreprise, de montrer que derrière leur boîte de jeux il y a une équipe de passionnés qui sont à leur écoute. De la même façon les salons sont aussi l'occasion de rencontrer nos clients, nos fournisseurs,... Ces événements nous donnent  l'occasion de présenter nos nouveautés de façon plus humaine et attractive qu'une page de catalogue. Enfin les salons nous permettent de rencontrer des auteurs et de tester des nouveautés.

 

Amaury L. : Quelques mots (discrets) sur des projets en cours ?

Mathilde S. : Nous travaillons actuellement aux sorties 2011, et il y en aura beaucoup, tant en distribution qu'en édition. Je ne peux pas te révéler grand-chose mais ce qui est sûr c'est que 2011 sera un très bon cru !

 

Amaury L. : Merci Mathilde pour toutes ces réponses.

 

Les liens vers quelques critiques des jeux Gigamic sur Scifi Universe :

Air sorcière (6,5 / 10)

cache moutons (8 / 10)

Cot cot collec' (8 / 10)

Kamisado (8,7 /10)

La nuit des magiciens (8 / 10)

Le labyrinthe magique (8 / 10)

L'escalier hanté (9 / 10)

Marrakech (8 / 10)

Pique plume (9 / 10)

Rök 7,5 / 10)

Tobago (8, 8 / 10)

Vampires de la nuit (7 / 10)

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »