75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Cache moutons [2009], par Amaury L.

Avis critique rédigé par Amaury L. le vendredi 12 novembre 2010 à 01h12

Quand le loup adore les agneaux...

Maman Mouton donne ses dernières consignes à ses turbulents enfants, « surtout, si Monsieur le Loup vient frapper à la porte, ne lui ouvrez pas, cachez vous vite et ne faîtes pas de bruit ». Evidemment, les petits insupportables n’écoutent pas leur maman et profitent du caractère jovial du loup pour entamer un cache-cache amusant dans toute la maison. Monsieur le Loup a-t-il conservé son flair légendaire ?



Un matériel à ne pas cacher

Cache moutons contient un matériel adorable qui, malheureusement, ne masque pas une impression mitigée de « boîte vide ». On découvre sept Meubles en carton (une porte, un poêle à bois, une horloge, un lit, une armoire, une table, une bassine) qui ne résisteront pas à une utilisation intensive ou maladroite. Une plastification semble indispensable pour allonger la durée de vie de Cache moutons, surtout dans les ludothèques professionnelles. On continue avec onze Agneaux en bois mignonnets, une boîte Loup, trente cinq cubes en bois et cerise sur le gâteau, une Marionnette Loup rigolote. La règle tenant sur deux pages ne souffre d’aucune imprécision. Gigamic livre une prestation honnête, preuve d’un savoir-faire.

Un matériel qui rend chèvre…


Pas de règles cachées

Avant de commencer la partie, on dispose tous les meubles sur la table de jeu (sauf un à deux joueurs). Un joueur incarne le loup et enfile sur son doigt la marionnette, les autres prennent en main un agneau. Ensuite, le joueur Loup ferme les yeux et compte jusqu’à dix. Pendant ce temps, les joueurs Agneaux cachent leur figurine sous un meuble. Le loup doit soulever deux meubles (trois à deux joueurs) pour retrouver des agneaux. Tous les moutons découverts font marquer un point au loup et vont dans sa boîte. Si non découverts, les joueurs prennent un cube en bois qui correspond à un point. Dès que le loup a mangé sept agneaux ou qu’un joueur a récupéré sept cubes, il gagne la partie. Il existe deux meubles spéciaux, la bassine (on marque deux points) et l’horloge (on délivre un agneau précédemment dévoré).

Monsieur le Loup a senti l’odeur d’un agneau caché à l’intérieur de l’horloge…


Un jeu qui ne cachera pas la poussière…


Inspiré du conte de Grimm, Le loup et les sept chevreaux, Cache moutons ne déçoit pas les amateurs de jeux familiaux dont l’unique prétention demeure le divertissement des petits et des grands. Le charme naïf surprend agréablement et on se laisse séduire par ce cache-cache qui se déroule sur la table du salon. Les enfants comprennent intuitivement les mécanismes épurés et s’amusent énormément, surtout s’ils incarnent le loup et les parents, les moutons. Des sourires illuminent leur visage quand ils « mangent » le mouton de papa ou de maman. Cache moutons a reçu l’As d’or en 2010 au festival de Cannes en tant que meilleur jeu enfant. Cette distinction apparaît complètement légitime tant le jeu fonctionne à merveille, et correspond précisément à la tranche d’âge ciblé, les enfants de trois à huit ans.

La partie de cache-cache peut commencer…


De plus, même entre adultes, le jeu conserve une fraîcheur étonnante et ravive nos âmes d’enfants. Cache moutons nous replonge avec délice dans une époque révolue, celui de l’enfance avec son insouciance et ses jeux depuis longtemps oubliés. L’auteur a personnalisé intelligemment son œuvre en insérant des meubles spéciaux, la bassine et l’horloge, qui introduisent des notions psychologiques subtiles. Le bluff, la prise de risque s’invitent joyeusement à ce cache-cache endiablée et burlesque, même si le hasard semble omniprésent. Avec une durée de partie n’excédant pas les vingt minutes (même au-delà de six joueurs), les enfants comme les adultes ne ressentent pas de temps mort et profitent totalement de ce moment de partage et de convivialité. Seule la fragilité réelle du matériel, surtout pour un public enfant, ternit cette réussite.

Tous les meubles de Cache moutons…

La conclusion de à propos du Jeu de société : Cache moutons [2009]

Amaury L.
90

Cache moutons ne souffre que d’un seul défaut par rapport au public ciblé, un matériel insuffisamment renforcé qui faillira avec les manipulations maladroites et brutales de certains enfants. Sinon, Frédéric Moyersoen délivre un concentré de subtilités et d’ingéniosités en quelques mécanismes. En s’appuyant sur un jeu enfantin traditionnel extrêmement pratiqué, le risque d’offrir un jeu sans originalité et sans intérêt semblait important. L’auteur a déjoué tous les pièges et propose une alternative intéressante aux parents quand la météo pluvieuse confine les enfants à l’intérieur des maisons, autre que de les laisser regarder la télévision. Un jeu à ne pas cacher au fond de l’armoire !

Que faut-il en retenir ?

  • Mécanismes simples.
  • Illustrations charmantes.
  • La marionnette du loup.
  • Intergénérationnel.
  • Amusant.
  • Reprise réussie du traditionnel Cache-cache.

Que faut-il oublier ?

  • Matériel fragile.
  • Beaucoup de hasard.

Acheter le Jeu de société Cache moutons en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cache moutons sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Cache moutons