75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Au-delà de la rivière noire #3 [2018], par NURTHOR

Avis critique rédigé par NURTHOR le dimanche 9 décembre 2018 à 09h00

Le mercenaire Conan dans l'enfer vert

L’heure est grave, la province de Conajohara connait des heures sombres. Les Pictes ne franchissent que rarement le fleuve Tonnerre, aussi appelé la rivière noire, récente frontière depuis la construction du fort avancé Tuscelan. Les sauvages sont de plus en plus nombreux à passer sur la rive habitée depuis peu par les colons civilisés. Le grand sorcier picte Zogar Sag, emprisonné au fort, s’en est échappé. Depuis, il exécute froidement sa vengeance. Ses victimes finissent décapitées et les corps ramenés au fort lors de leurs découvertes par des soldats en patrouille. Conan, de nouveau par hasard, rencontre et sauve Balthus un jeune homme qui hésite entre la vie de colon ou celle de soldat du fort. Avec ce dernier et à la tête d’une douzaine d’hommes de Valannus chef du fort Tuscelan, ils partent en expédition punitive contre le sorcier afin de l’empêcher de réunir les clans Pictes pour reprendre le fort et cette partie éloignée et isolée par la jungle de la province de Conajohara.

Ce troisième opus de la saga Conan le Cimmérien de Glénat est issue d’une des meilleures nouvelles de Robert E. Howard. Ce dernier est, alors, en pleine possession et maturité de ses écrits sur Conan. Ici pas de jeune fille dévêtue, pour augmenter ses ventes, à sauver mais une histoire de colons et de mission punitive. Une fois encore Conan n’est que le catalyseur de l’histoire et malgré sa renommée rien ne semble pouvoir arrêter les Pictes. L’histoire est solide et riche en événements et rebondissement. Pas de mièvrerie, ni de happy end, on sent le mal vivre de l’auteur à travers sa nouvelle écrite deux ans plus tôt et ce sentiment de dégoût de l’homme civilisé est très justement porté dans la BD par les deux auteurs.

Anthony Jean, que nous avons interviwé (lien vers celle-ci) lors de son passage sur Grenoble, est au dessin. Il illustre idéalement mais froidement le Conan de notre inconscient collectif avec ses cicatrices au visage, signe de ses batailles passées et son expérience. Il donne par ses crayons une forte aura au personnage en plus de ses attributs classiques de forces, de félinités et de dégoût du monde civilisé. Les illustrations d’Anthony Jean sont plus matures avec ses traits précis et ses visages plus réalistes que les tomes précédents. La mise en couleur avec des fonds de scènes semblables sur toute la page rend immersive la narration plongeant le lecteur dans l’action aux côtés des personnages. Mathieu Gabella transpose une des meilleures nouvelles de Robert E. Howard avec maestria. Il réussit à capter l’attention de son lecteur et monter le suspense par petites touches pour nous mijoter à petit feu puis nous ébouillanter avec une intensité énorme dans les scènes finales et la chute de l’histoire. La complicité des deux auteurs, aussi auteurs de la série La Licorne, se ressent par une symbiose parfaite entre le scénario et le dessin.

L’enfer vert que les colons, les hommes civilisés se croyant supérieurs, tentent d’occuper et de maîtriser n’est qu’une excuse pour Robert E. Howard de montrer que Conan le barbare aux manières brusques et aux moeurs sauvages est bien plus humain qu’eux au final. Ici les auteurs parviennent à nous passer ce même message avec un Conan qui contrairement aux hommes civilisés croit aux démons et à la magie mais les craint pas. Ces deux magnifiques citations, issues des traductions récentes menées par Patrice Louinet des écrits originaux de Howard illustrent pleinement les convictions de Conan « il n’y a rien que l’acier ne puisse tuer » et « la civilisation n’est qu’un accident. La barbarie finira toujours par triompher ».

Des pages bonus, exclusives à cette première édition de la BD, présentent un court texte de Patrice Louinet qui plante clairement et précisément le contexte historique de la vie de Howard en lien avec cette nouvelle parue pour sa première publication chez Weird Tales. Les recherches graphiques d’Anthony Jean y sont également mises en lumière par différents dessins dont un Conan magnifique avec ses deux haches qui fut refusé par Patrice Louinet car l’épée reste l’arme de prédilection du Cimmérien. D’autres superbes illustrations de différents dessinateurs viennent compléter ce cahier bonus.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Au-delà de la rivière noire #3 [2018]

NURTHOR
90

Ce troisième tome de la saga Conan le Cimmérien confirme le choix parfait de Benoit Cousin directeur des éditions Glénat et de Patrice Louinet spécialiste mondial de Robert E. Howard de confier à des auteurs chaque fois différents la transposition en BD de chacune des nouvelles de l’écrivain texan.

Le duo Anthony Jean et Mathieu Gabella aux commandes, marquera cette série par leur Conan mature et plus en phase avec la vision classique, souvent issue des film, que nous nous représentons. Le suspense crescendo du scénario mais aussi les dessins de personnages, en particulier des visages, réalistes et précis créent une BD qui confirme, en montant d’une belle marche, la qualité de cette saga.

Une BD indispensable pour tout amateur ou expert de Conan le Cimmérien.

On a aimé

  • Très belle nouvelle de Conan sans princesse ou jeune femme à sauver loin des clichés habituels.
  • Dessins d'Anthony Jean et scénario de Mathieu Gabella magnifiques de deux excellents auteurs de BD actuels.
  • La richesse du Conan originel traduit par Patrice Louinet qui supervise cette collection, est toujours aussi exaltante.

On a moins bien aimé

  • Parution de la suite de la série uniquement tous les trois ou autre mois.

Acheter la Bande Dessinée Conan le Cimmérien : Au-delà de la rivière noire #3 [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Conan le Cimmérien : Au-delà de la rivière noire #3 [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Conan