75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : La fille du géant du gel #4 [2018], par NURTHOR

Avis critique rédigé par NURTHOR le lundi 10 décembre 2018 à 14h00

Un Conan ardent face à la déesse du gel

Conan en plein de champ de bataille se retrouve face à une femme rousse nue à la beauté divine qui l'aguiche, après la destruction de l'armée qu'il affrontait et la mort de son dernier adversaire le vénérable Heimdul chef du clan des loups des Vanirs ennemis jurés de Aesirs. Le sang du barbare ne fait qu'un tour, réveillant sa passion et ses ardeurs. Puis le pousse à la poursuivre au milieu des forêts enneigées et des montagnes de glace sans qu'il parvienne à la saisir. Elle, Atali la Déesse, s'en amuse et lui fait vivre des épreuves pour s'assurer qu'il soit digne de son père le géant Ymir.

Le dessinateur et le scénariste n'est autre que Robin Recht qui réalisa le fantastique triptyque BD de Elric chez Glénat également. Il a composé de véritables tableaux de paysages du grand nord nommé Nordheim dans le monde Hyboréen. Il transpose avec justesse les passions de Conan dans ses magnifiques dessins. Mais c'est surtout dans le scénario que l'on se régale. Son jeu avec Atali au début jeune fille presque innocente qui provoque le barbare puis au fur et à mesure, qu'avance le scénario, elle semble devenir de plus en plus maître d'elle-même pour se révéler Déesse ou sorcière comme la qualifiera Conan. Sans révéler son final, la chute classique pour les lecteurs de Robert E. Howard surprendra les novices et leur donnera l'envie de lire cette nouvelle puis les autres.

Une préface touchante de Michael Moorcock affirmant que Howard serait contant et fier de cette BD illustrant sa nouvelle, lève le rideau de l'histoire. Cette très belle BD, qui est aussi le quatrième tome de la saga Conan le Cimmérien des éditions Glénat, met en images la première nouvelle créée pour Conan que Robert E. Howard écrivit. On apprend dans le bonus exclusif de cette première publication qu'elle vivra un parcours de publication assez chaotique car refusée puis légèrement remaniée mais aussi paraphrasée puis enfin restaurée en américain et traduite au français chez Bragelonne par Patrice Louinet qui repartit des textes originaux de Howard. De magnifiques peintures numériques de Robin Recht et une de Mathieu Lauffray en hommage à la BD, terminent royalement ce cahier bonus.

Il ne vous reste plus qu'à courir chez votre libraire préféré ce mercredi 12 décembre 2018, date de la sortie officielle de ce superbe tome 4 de la saga Conan le Cimmérien !

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : La fille du géant du gel #4 [2018]

NURTHOR
85

Ce conte d'hiver mettant Conan face à sa passion et sa faiblesse pour cette déesse rousse montre une nouvelle facette du Cimmérien qui est magistralement mis en scène et dessiné par Robin Recht.

Laissant le lecteur aux prises avec les démons intérieurs de Conan, il ne pourra pas lâcher cette BD avant la fin.

Une oeuvre incontournable à posséder dans sa bibliothèque, que l'on soit un inconditionnel de Conan ou simple amateur.

On a aimé

  • Les dessins grandioses des paysages et de la Déesse Atali à la beauté divine sont exquis.
  • Une aventure de Conan qui respecte les textes d'origines restaurés et traduits par Patrice Louinet.

On a moins bien aimé

  • La parution d'un album de cette magnifique série que tous les 3 mois.

Acheter la Bande Dessinée Conan le Cimmérien : La fille du géant du gel #4 [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Conan le Cimmérien : La fille du géant du gel #4 [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Conan