75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Serie Dark Angels: Les Anges des Ténèbres #1 [2006], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 29 mai 2006 à 07h33

Gloire au Lion !

Le chapelain-Interrogateur Boreas, établit sur le système Piscina IV détient, en tant que membre de la Deathwing du chapitre des Dark Angels, un terrible secret. Lorsqu’il apprend qu’un mystérieux astronef, le Saint Carthen, a atterri sur l’astroport de la planète, des souvenirs douloureux reviennent à sa mémoire mais, plus que ça, il sent monté en lui la crainte que des révélations gravissimes pour l’avenir des Space Marines ne soient dévoilées…
Qui d’autre de Gav Thorpe aurait pu mieux parler du chapitre le plus glorieux, mais aussi le plus hermétique, comptant parmi les prestigieuses unités de Space Marines de l’Imperium. Pilier central du staff créatif de la compagnie Games Workshop depuis longtemps et considéré par beaucoup comme le Maître du Savoir de l’univers de Warhammer 40000, ce génial concepteur est également doté d’une excellente plume. Dans Les Les Anges des ténèbres, l’auteur britannique a donc choisi de traiter son œuvre à la manière d’une double narration, qui se porte sur les deux composantes autrefois réunies de ce chapitre ancestral, mais qui se considèrent réciproquement aujourd’hui comme des ennemis intimes.
Pour cela, il choisit de nous raconter l’histoire de deux icônes de ces différents aspects protagonistes. Boreas est le représentant de la Loi. Chapelain-investigateur (une sorte d’inquisiteur) des Dark Angels, âgé de plusieurs centaines d’années, il en est arrivé à se poser des questions sur la justification de sa propre existence et sur le devenir de son ordre. Confronté à ses démons, il trouvera une réponse à travers un acte sacrificiel au fort message humaniste. De l’autre coté du miroir, l’ancien maître de chapitre Astelan, autrefois proche de l’Empereur et aujourd’hui maudit, est la face cachée du visage des Dark Angels. En ayant succombé à l’ambition et au doute sur la légitimité de son Primarque (prince impérial dont le code génétique a servi à la fabrication des surhommes que sont les Space Marines), il voit sa croisade hérétique s’achever dans les geôles de la Tour des Anges. Pour Boreas, il est l’Entropie… mais aussi la honte !
L’originalité de l’ouvrage est que la narration alterne, chapitre après chapitre, le récit des actes des deux hommes, mais de façon très liée. En effet, le récit d’Astelan, même s’il est traité à la première personne, est exposé à la manière d’un souvenir de Boreas et apparaît sous la forme d’une confession recueillie alors qu’il soumettait à la question le maître de chapitre déchu dans un cachot de la Tour des Anges. Et c’est cette confession, entendue il y a plus d’un siècle, d’un être qu’il hait plus que tout qui va être l’élément déclencheur des évènements dramatiques et qui va entraîné la propre destruction du chapelain-investigateur et de ses hommes.
La paix ne viendra plus avant la fin des âges, Car il n’y a que la guerre… Le ton est nihiliste, sombre et glauque, délicieusement maudit. Si le style est simple, direct, et de lecture facile, il n’est jamais vulgaire et le rythme soutenu démontre que Gav Thorpe a énormément de choses à nous raconter. Franchement, je trouve que cette absence totale d’héroïsme est rafraîchissante. Adieu la condescendance ! Les Space Marines ne sont pas des héros, ce sont des machines humaines sans sentiments, des colosses génétiquement modifiés et soumis au plus fort des conditionnements psychologiques. Pourtant, grâce au talent narratif de l’auteur, Astelan, et encore plus Boreas, deviennent sous sa plume des personnages ‘’attachants’’ (si l’on ose qualifier ainsi ces individus sans pitié) et l’on en vient souvent à espérer au cours de la lecture qu’un rayon de lumière parvienne à éclairer leurs esprits fanatisés et dangereusement pragmatiques. Heureusement pour l’avenir des Space Marines et de l’esprit de Warhammer 40 000, il n’en est rien… Quoique…

La conclusion de à propos du Roman : Serie Dark Angels: Les Anges des Ténèbres #1 [2006]

Nicolas L.
80

Les Anges des Ténèbres est d’une lecture indispensables à tous les fans de l’univers de Warhammer 40 000. Les autres y trouveront un roman de SF épique bien écrit, facile à lire, très sombre et violent, et éloigné des standards du Space Opéra. Il faut cependant signaler que l’absence d’un véritable héroïsme dans cette croisade haineuse peut être un élément dérangeant.

Que faut-il en retenir ?

  • Riche en informations pour le fan
  • Ambiance originale de Warhammer 40 000
  • De lecture facile et agréable
  • Violent et Epique

Que faut-il oublier ?

  • Esprit nihiliste qui peut déranger
  • Un univers très particulier

Acheter le Roman Serie Dark Angels: Les Anges des Ténèbres en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Serie Dark Angels: Les Anges des Ténèbres sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Warhammer 40 000