75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Tomb Raider Legend >

Critique du Jeu Vidéo : Tomb Raider Legend

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 21 février 2016 à 17:36

Lara est toujours en forme(s)...

Testé sur PS2

Sorti durant l'été 2003, Tomb Raider : L'Ange des Ténèbres avait vraiment l'allure du jeu de trop pour l'héroïne la plus connue de l'industrie vidéoludique. Une telle évidence qui poussa l'éditeur Eidos Interactive à chambouler sa licence afin que Lara Croft puisse survivre.

Il faut dire que L'Ange des Ténèbres avait bien déçus la critique, mais aussi les joueurs, malgré des ventes honorables. Le gameplay et le système de sauvegarde étaient bien trop datés tandis que la nouvelle orientation urbaine et science-fiction n'avait pas vraiment convaincu. Le studio britannique Core Design, créateur de la licence, se voit donc dépossédé de la belle qui échoue dans les bras des Américains de Crystal Dynamics surtout connus par la saga des Soul Reaver. Pour assurer la transition en douceur, Eidos Interactive, l'éditeur, s'adjoint les services de Toby Gard vu comme le créateur de la série tout en chapeautant l'ensemble par l'intermédiaire de l'expérimenté Doug Church. Un pari réussit car Tomb Raider Legend fait bien plus que dépoussiérer le mythe.

Si la saga a rarement brillé pour ses scénarios, cela ne l'empêche pas de toujours s'essayer à l'exercice. Cette mouture s'écarte, sans totalement renier, les aventures précédentes de cette Indiana Jones au féminin. Toujours riche héritière d'un grand archéologue, fonction qu'elle exerce elle-même, la belle Lara Croft va devoir fouiller son passé comme les tombeaux qu'elle affectionne. Le jeu relate la disparition de sa mère lors d'un crash aérien dans les montagnes himalayennes alors que l'héroïne avait moins de dix ans. Cette disparition eut lieu dans un étrange temple dans lequel Mrs Croft a été aspirée par un portail dimensionnel. C'est bien des années plus tard que Lara tombe en Bolivie sur des reliques lui rappelant le temple maudit. Un premier indice qui va la faire voyager aux quatre coins de la planète afin de compléter sa collection mais aussi d'élucider la réapparition d'une amie qu'elle croyait morte lors d'une expédition ayant mal tourné.

Rien de bien transcendant pour un scénario qui se laisse néanmoins suivre sans grand déplaisir. L'histoire n'est pas trop envahissante et les embranchements scénaristiques assez logiques pour justifier les différents déplacements. La grande nouveauté est que Lara, à l'instar de ses adaptations cinématographiques, est entourée de quelques spécialistes qui communiquent en direct avec elle lui fournissant informations et support. La belle n'est donc plus isolée et ses actions sont ponctuées de commentaires plus ou moins réussis de la part de ses compères. Heureusement que les doubleurs français sont au niveau entre l'indispensable Françoise Cadol pour Lara et le plus surprenant Omar Sy pour Zip, l'expert informatique. Les férus de fantastique seront aussi servis avec de vieilles légendes de civilisations différentes se mélangeant avec une relecture du mythe arthurien et autres dangereuses expériences soviétiques...

Mais les développeurs l'ont bien compris, ce qui intéresse les fans de Lara, à part ses formes, sont les différentes tombes à explorer. Et on peut dire qu'on est servi avec des ambiances radicalement différentes entre des temples de civilisations pré-colombiennes, un laboratoire soviétique enneigé ou encore la mégalopole tokyoïte... Des changements de décors rafraîchissant qui sont servis par des graphismes qui font honneur à la console 128-bits de Sony. Les décors sont assez détaillés, les textures ont un rendu assez honnête et le titre sait nous offrir de beaux panoramas. Mais les polygones ont clairement été utilisées pour réaliser l'héroïne. Lara n'a jamais été aussi belle malgré des formes et des accoutrements devant s'avérer peu pratique pour un tel déferlement d'action et d'alpinisme. Le jeu bascule sans honte dans le fan service avec beaucoup de tenues différentes faisant la part belle aux pantalons serrés et décolletés généreux. On ne se refait pas... Lara Croft reste autant une femme forte émancipée qu'un fantasme masculin générique.  Cela fait quand même partie des charmes de la série...

L'aspect graphique est donc assez réussi et le dépaysement certain. Le seul bémol vient surtout de la différence flagrante de soin apporté aux ennemis et personnages secondaires par rapport à Lara. On croirait parfois qu'une génération de console les sépare... Le level-design est par ailleurs plutôt réussi puisqu'il est propice à de divertissantes phases de plates-formes avec des panoramas et des hauteurs vertigineuses simulant bien la solitude de Lara dans l'immensité des lieux et tombeaux visités. Que se soit entre des buildings ou au plus profond d'une caverne au Népal, l'ambiance est excellente et rappel bien mieux les premiers épisodes que les Paris et Prague de L'Ange des Ténèbres. L'ambiance aurait été bien meilleure si les musiques composées pour le jeu n'avaient pas été aussi inégales entre des orchestrations lyriques agréables et de la musique électronique insipide...

Le gameplay était en revanche bien plus attendu au tournant pour ce nouvel épisode. Lara Croft est enfin maniable ! Le précédent épisode avait de véritables allures de purge pour tous ceux s'étant essayer aux épisodes 128-bits de Prince of Persia sortis au même moment. On sent par ailleurs que le Prince a été une bonne source d'inspiration pour les développeurs tant les phases de plates-formes et les animations de l'héroïne y font largement penser. Les sauts sont ainsi plus assistés et la belle a gagné en souplesse ce qui permet de bien mieux s'amuser malgré la baisse évidente de la difficulté. Il faut donc enchaîner les différents passages en visualisant rapidement le bon chemin à traverser qui mélange des corniches, barre de fer, lianes et autres plates-formes éphémères. Lara dispose même d'un grappin permettant de sauter plus loin ou de bouger des plates-formes. Le titre se met même à la mode des QTE, de façon assez maladroite mais cela permet de belles mises en scènes. C'est donc un vrai plaisir de parcourir les différents niveaux qui mélangent ces phases de grimpettes aussi fluides et bien réalisées que celles de Prince of Persia (un passage où l'on est poursuivi par un monstre fait clairement référence à L'âme du guerrier).

Les gunfights sont solidement réalisés et peu difficiles grâce à un système de lock (avec L1) permettant de truffer de plomb (avec R1) nos ennemis. Ces phases sont assez simples mais bien réalisés avec la possibilité de se battre à distance ou au corps-à-corps afin de déclencher une sorte d'effet bullet time appréciable. On a quand même l'impression de faire du tir au pigeon tant les ennemis génériques ne brillent pas par leur intelligence, de même pour les espèces menacés qu'on peut encore dézinguer dans les temples... Le jeu se rattrape avec des boss à phases un peu plus retors offrant des combats plutôt intéressants. Enfin les phases de puzzle et de réflexion sont réduites à la portion congrue. Elle se résolvent facilement mais sont quand même présentes et intègrent bien la plate-forme dans leur résolution. Une autre concession qui permet de penser que les fans ont pu parfois être mitigé face à Tomb Raider Legend. Il est vrai que le titre respecte l'esprit de la saga, offre une Lara plus belle que jamais et une héroïne enfin maniable. Mais la facilité de l'ensemble et la réduction drastique de la durée de vie ont du faire tiquer. Sans oublier les phases en moto ratées et trop longues... Il faut entre 5 et 6 heures pour faire un premier tour honnête du titre auquel s'ajoutent le manoir des Croft à explorer et tous les secrets à trouver. Mais l'ensemble est bien maigre comparé aux premiers épisodes.

72

Tomb Raider Legend est clairement une réussite. Un titre d'action/aventure aux structures certes classiques mais à la réalisation maîtrisée. Lara Croft est une héroïne attachante qui permet de s'amuser grâce à une jouabilité remarquable et plutôt accessible. Le titre semble s'inspirer des succès de son époque, Prince of Persia en tête. Malheureusement la belle ne surpasse pas son modèle du moment sur PS2 et sa durée de vie faiblarde ne joue pas en sa faveur. On ne peut que saluer cet excellent retour au premier plan de la licence malgré un pari risqué à la base.

Critique de publiée le 21 février 2016.

Acheter Tomb Raider Legend en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Tomb Raider Legend sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !