75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Portal 2 >

Critique du Jeu Vidéo : Portal 2

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mercredi 4 mai 2011 à 02:23

Récit d’une réussite ludique

Après un étrange premier épisode qui avait divisé les joueurs, Valve remet le couvert avec une suite désormais vendue sans l’aide d'Half Life 2.

L’intrigue, si on peut l’appeler ainsi, nous place quelques années après vos méfaits survenus dans Portal. Et pour cause, vous êtes découvert par un petit robot plutôt sympathique qui va vous aider à vous enfuir de la base désormais quasiment détruite, d’Aperture Science. Seulement, voilà, durant vos pérégrinations pour retrouver la sortie, votre compagnon d’infortune va sans le faire exprès réveiller votre pire ennemie : GLaDOS, une forme de vie robotique qui a encore en tête sa mort prématurée dont vous êtes seule responsable.

Surprenante production de Valve en 2007 et couplée avec l’Orange Box, Portal avait pourtant su marquer les joueurs grâce un gameplay aussi mystérieux qu’efficace. Voyez plutôt. Portal 2 est un FPS en apparence classique où la mitraillette est ici remplacée par un portal-gun qui vous donnera accès à deux portails, un orange et un bleu. Lorsque vous en lancerez un sur un mur, le second pourra par exemple être lancé sur une plateforme en hauteur afin de l’atteindre plus facilement. Un exemple parmi tant d’autres épreuves qui mettront vos nerfs à vif. Les célèbres salles de tests sont toutefois en mauvais état, si bien qu’il vous sera parfois nécessaire d’arpenter les coulisses de ces dernières et surtout d’assister à la construction de celles-ci. Le but reste d’ailleurs le même durant une bonne partie de l’aventure : vous devez aller d’un point A à un point B. Rien de bien farfelu là-dedans, si ce n’est que contrairement au premier épisode, sa suite s’avère un brin plus recherchée.

Car pour justifier un second épisode, les petits gars de chez Valve ont développé de nouvelles façons de s’amuser. Ici, outre les portails et les cubes pour appuyer sur un interrupteur, on a désormais droit à des couches de peinture. Comprenez que désormais, il est possible d’ouvrir des valves afin de faire sortir du gel coloré qui influera sur le gameplay du jeu. Ainsi, la couleur bleue vous permettra de rebondir, le blanc, d’ouvrir des portails sur n’importe quelle surface immaculée, et l’orange qui offre une très grande vitesse à celui qui la chevauche. Additionnés au portal-gun, ces gels offrent donc leurs lots de challenges supplémentaires dès la seconde partie de l’aventure. Car si la diversité est de mise, elle est surtout à mettre du côté de la durée de vie qui s’approche sans peine de la dizaine d’heures. C’est presque trois fois plus que Portal et c’est sans doute ce que réclamaient le plus les joueurs… en plus d’un mode multi !

L’autre grosse nouveauté de ce second opus, c’est l’apparition d’un mode coopératif qui permettra à deux joueurs de s’entraider afin de continuer le travail accompli dans le solo. Autrement dit, il est fortement conseillé d’en avoir terminé avec l’aventure en solitaire. Un poil plus court, le coop est pourtant fichtrement passionnant car il offre un challenge tout à fait différent puisque l’on passe de deux à quatre portails ! Les épreuves demanderont donc un temps d’adaptation et si l’on ne crache pas contre une coopération vocale, Valve a mis à disposition des joueurs des indications à donner à son coéquipier pour clairement lui expliquer ce que vous attendez de lui. Tout est là pour vous faciliter la tâche en somme. Et que dire de l’ambiance, en solo comme en coop. Exit l’univers un peu sombre, place à la détente et aux répliques assassines et aigries de GLaDOS, ainsi qu’aux maladroits-conseils de Wheatley, un petit robot qui vous viendra en aide. L’humour est donc bien présent et c’est tant mieux. On regrettera toutefois le cruel manque de lien scénaristique avec la saga Half Life dont la série Portal est issue. Pas même une ombre d’indication sur un possible HL2 : Episode 3.

Quant à la partie technique, le moteur Source a certes un vieil âge, mais sur PC, il en a encore dans le ventre. Évidemment, la simplicité des décors de Portal 2, y compris ceux se déroulant dans des environnements détruits par la végétation, aide grandement, mais tout de même, certaines salles méritent le coup d’œil et les animations restent plutôt jolies à regarder dans l’ensemble. Musicalement en revanche, c’est le calme plat, et la traditionnelle musique de fin n’est pas aussi marquante que celle de Portal.

95

Portal 2 offre une aventure d’une envergure si captivante que l’on ne peut que rester estomaquer devant tant de travail accompli. Valve a mis les petits plats dans les grands pour offrir aux fans du premier épisode une suite digne de ce nom avec un lot de nouveautés indéniablement satisfaisantes et une ambiance aussi particulière que fascinante.

Critique de publiée le 4 mai 2011.

Acheter Portal 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Portal 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !