75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Lara Croft and the Guardian of Light
Lara Croft and the Guardian of Light >

Critique du Jeu Vidéo : Lara Croft and the Guardian of Light

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 7 mai 2016 à 17:52

Un excellent spin-off

Testé sur PS3

Après une trilogie aux airs de reboot, la saga Tomb Raider s'offre une petite pause à l'aide d'un spin-off aussi surprenant que réussi.

Tomb Raider Underworld, sorti en 2008, concluait avec réussite la trilogie initiée par Tomb Raider Legend deux ans plus tôt et qui voyait l'héroïne Lara Croft partir à la recherche de sa mère disparue. Avant de relancer la machine, le développeur Crystal Dynamics décide d'expérimenter avec un jeu téléchargeable en se basant sur l'ADN de la licence mais aussi le moteur de jeu créé pour Underworld. Une mise en chantier rapidement validé par l'éditeur Eidos Interactive, racheté par Square Enix pendant le développement, et c'est entre le printemps et l'automne 2010 que les plates-formes de téléchargement virent débarquer ce Lara Croft and the Guardian of Light. Les mots « Tomb Raider » n'apparaissent pas dans le titre comme pour souligner le caractère singulier du spin-off puisqu'il s'agit d'un titre en 3D isométrique proche du hack'n'slash et pourvu d'un mode coopératif...

Malgré ces changements assez audacieux, l'histoire reste dans la droite ligne de la série. Lara Croft sert ici de narratrice à son aventure racontée à l'aide d'images fixes ayant un rendu proche des comics et de quelques cinématiques faîtes avec le moteur du jeu. On retrouve notre Anglaise en plein milieu d'une jungle d'Amérique centrale alors qu'elle découvre un artefact aztèque qui est volé par un seigneur de guerre local, ce qui entraîne le réveil de Xolotl, divinité de la mort et du feu... Autant dire que le dieu n'est pas du genre sympathique quand il sort de l'artefact dans lequel il était emprisonné... Et il peut même s'en servir pour asservir l'humanité entière en réveillant d'immondes créatures... Mais sa libération entraîne aussi le réveil du guerrier aztèque Totec qui avait réussi à emprisonné Xolotl 2 000 ans plus tôt. Lara s'associe donc avec ce valeureux guerrier car ils n'ont qu'une nuit pour empêcher la fin du monde.

Le scénario du jeu n'est clairement pas ce qu'on peut en retenir, il ne propose aucun enjeu dramatique et sert juste à baliser les actions du joueur sans aucune ambition que se soit pour l'intrigue (aucun rebondissement) ou les dialogues... L'alchimie entre Lara et Totec est inexistante et le méchant Xolotl trop caricatural. Mais le jeu vaut surtout pour son ambiance qui nous plonge dans l'Amérique centrale des civilisations pré-colombiennes avec ses temples perdus dans la verdure et ses montres/divinités caractéristiques. La vue en 3D isométrique est loin d'être un cache-misère car le titre est vraiment sublime avec beaucoup de détails, de beaux jeux de lumière, des textures plus que correctes mais aussi une bonne direction artistique afin de donner vie aux temples aztèques. Les animations des personnages et des ennemis ne posent aucun problème et on apprécie les beaux effets de particules comme la gestion des végétaux qui pullulent dans les lieux visités. Les ennemis sont aussi variés et parcourir un temple rempli d’araignées géantes fera forcément plaisir à tout amateur de fantastique qui se respecte... Entre ses temples remplis de pièges, ses mystères et ses ennemis sous formes de créatures dangereuses, le jeu fait vraiment penser à une ambiance pulp et autres sérials des années 1930 dont il semble bien s'inspirer. On regrettera seulement un manque de variété dans les décors...

Le gameplay du titre est en tous points merveilleux avec un mélange de plates-formes, d'énigmes et d'action. Ce mélange prend forme sans aucun problème et le temps d'adaptation de la vue isométrique est quasiment inexistant. Le jeu prend d'ailleurs toute sa saveur en coopération à deux, en local ou en ligne. Votre partenaire prend ainsi la possession de Totec et les énigmes s'adaptent au fait que vous soyez deux à jouer en modifiant légèrement celles du mode solo. Ainsi le grappin de Lara sera complémentaire avec le bouclier de Totec sur lesquel notre héroïne peut monter. Par exemple pour atteindre une corniche élevée, Totec doit lancer une lance sur le mur qui sert de point d’appui pour Lara afin de se hisser. Elle pourra ensuite faire monter son allié en lui envoyant son grappin. Les énigmes se font donc à base de boules géantes, plates-formes/boutons et autres mécanismes à activer afin de progresser ou déjouer les nombreux pièges qui pullulent durant l'aventure. En plus d'utiliser leur cerveau, nos héros devront jouer des muscles car Xolotl enverra des hordes d'ennemis à nos trousses qu'il va falloir rapidement dézinguer à l'aide d'armes à feu mais aussi de bombes/mines (on les place avec triangle et on rappuie dessus pour les faire exploser). Les phases d'actions ne dépaysent pas les connaisseurs des productions téléchargeables du genre car on oriente toujours son tir avec le stick droit en appuyant sur R1 pour tirer...

Le gameplay est donc assez riche pour bien s'amuser d'autant plus que les énigmes ne se contentent pas de faire de la figuration. La difficulté est extrêmement bien dosée puisqu'elle demande un petit temps de réflexion mais sans jamais imposer de résolution tirée par les cheveux. Même chose pour les phases d'action car les différentes armes offrent une confortable puissance de feu mais il faudra bien jongler entre elles, bien esquiver et rapidement comprendre quelle est la technique la plus efficace face à un type d'ennemi. La durée de vie n'est pas vraiment conséquente pour votre premier run (seul ou à deux) mais assez confortable pour un titre téléchargeable pour moins de 15 euros (prix à la sortie du jeu) puisque vous pouvez compter entre 4 et 5 heures. Mais Crystal Dynamics a vraiment fait des efforts pour rendre la rejouabilité des plus intéressantes avec un système de score intelligent et des défis à réaliser pour obtenir de nouvelles armes mais aussi des reliques et artefacts octroyant différents bonus. Les développeurs ont aussi implémenté des objets à collecter ou des salles de défis facultatives qui nécessitent différentes conditions afin d'être réussies... Un moyen très intelligent de rajouter de l'intérêt à un titre qui n'en manque pourtant pas.

82

Lara Croft and the Guardian of Light est une vraie réussite. Ce simple spin-off fait assurément partie des tous meilleurs titres de la licence Tomb Raider. Si le scénario est vite oublié, on apprécie surtout son ambiance fantastique et son gameplay aux petits oignons qui est un délice en coopération. Un mélange efficace de plates-formes, d'action et d'énigmes au plus profond de temples aztèques remplies de créatures inquiétantes...

Critique de publiée le 7 mai 2016.

Acheter Lara Croft and the Guardian of Light en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Lara Croft and the Guardian of Light sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !