75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Devil May Cry 2 [2003], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 6 septembre 2007 à 12h53

Et une déception ! Une !

Devil May Cry 2… Et là, c’est le drame. Sans exagérer, ce jeu est loin d’être une bouse mais après le niveau du premier on avait le droit de s’attendre à mieux, et bien on ne peut que être déçus.
Pour commencer, l’équipe qui à préparer le premier est partit faire un Resident Evil sur Gamecube puis pas mal sont partis chez Clover Studio pour s’atteler à Viewtiful Joe. C’est donc à un autre studio interne de Capcom qu’échoue le projet. Je ne sais pas qu’elles ont été les directives mais c’est assez curieux d’assister à un tel revirement. Souvenez vous, à la fin Dante le mercenaire anti-démons s’associait avec la belle Trish. Et bien cette dernière disparaît purement et simplement sans qu’on sache pourquoi (à l’époque les développeurs disaient que c’était pour faire comme James Bond, à chaque jeu sa fille) et est donc remplacée par une nouvelle Dante-Girl : Lucia qui fait appel à Dante sous l’ordre de sa mère Matier pour éliminer un certain Arius qui compte ouvrir un portail pour que les démons puissent envahir la terre ou alors pour devenir immortelle, peut-être les deux, on sait pas trop en fait… Parce que le scénario est vraiment un des plus plat et des plus absents qu’il m’ai été donné de voir. Aucune profondeur, tout est prévisible et le destin de Lucia est totalement inintéressant, on nous balance tout et n’importe quoi sans nous expliquer le pourquoi du comment et les boss n’ont plus aucune personnalité. On ne peut que être déçus si on rajoute en plus des décors qui au début rappellent le premier opus entre le village européen ou les ruines sous terre mais quand on s’approche d’une ville du genre futuriste, une sorte d’usine à la pointe de la technologie et un gratte-ciel assez chic, on est encore une fois perplexe. Donc l’ambiance bien maîtrisée du premier opus est trahie…
Pourtant il y avait de bonnes idées dans ce jeu, comme par exemple le gameplay toujours aussi simpliste (croix pour sauter, triangle pour se servir de son épée, carré pour ses armes à feu et rond pour esquiver, nouveauté hautement appréciable) et rapide d’accès (les combos sortent tout seul sans besoin de timing ce qui peut énerver les hardcores-gamers) et donc un plaisir de combattre immédiat car Dante est toujours aussi stylé. On peut se propulser en prenant appuie sur les murs, tirer dans deux directions différentes, tomber en piqué sur un ennemi… Le jeu propose sur un second CD de jouer la fameuse Lucia armée de deux lames incurvées et lançant des sortes de shurikens. On peut trouver d’autres armes bien sûr, pour Dante ça donne une épée courte mais puissante et une longue qui l’est moins, un fusil à canon scié, un lance-roquette et une paire de mitraillettes (jouissif), pour Lucia, des lames plus puissantes, des grenades, des épées courtes à lancer et un harpon car on se trimballe sous l’eau avec elle. Niveau armes, rien à redire, et elles ne seront pas de trop pour éradiquer les bestioles de plus en plus nombreuses, les marionnettes de base sont ici remplacées par des squelettes enfermés dans des cages d’acier et tout un autre bestiaire avec des bestioles indescriptibles, des nécromanciens, des oiseaux, des sortes de monstres à tête de bouc… Mais aussi des tanks ou autres hélicoptères qui feront pleurer les fans de la première heure… Petit point noir concernant le fait que le caméra soit désormais vraiment plus loin de l’action (ce qui aide pas toujours) donc on profite mal des actions de nos héros. Les boss sont quant à eux présents à foison avec un nombre incroyable pour Dante surtout, ils sont gigantesques et on est ici servis pour notre plus grand plaisir même si on a plus tendance à s’en débarrasser avec nos armes de jets pour faire monter la barre de combo et pouvoir oser un corps à corps. Bref, malgré le fond bâclé, la forme ne manque pas d’intérêt mais…
C’est vraiment dommage d’avoir une aussi grande confiance en son produit et croire que les joueurs vont vouloir le terminer avec tous les modes… Donc tous les bonus qu’on peut acheter pour améliorer les armes et l’état de notre personnages sont assez chers et augmentent sensiblement (même les étoiles de vie, on peut certes en posséder plusieurs mais les voir augmenter même si on en a plus me rend perplexe) ce qui fait que quand on finit le jeu on a pas augmenté grand-chose (sauf si on s’amuse à faire des allers-retours pour que les ennemis apparaissent encore et encore). Après, concernant le deuxième CD avec Lucia, on peut croire à une blague car si au début on peut voir des différences significatives et intéressantes par rapport à la quête de Dante, on retombe vite dans les mêmes lieux et si on rajoute le fait que ses 13 missions ne m’ont pris que 2h30 avec une facilité déconcertante (je me considère pas comme un joueur extrêmement doué mais j’ai traversé son aventure sans perdre une vie). Pour Dante, ces 18 missions sont plus difficiles mais ne prendront que 4 à 6h selon votre rythme ce qui reste bien maigre. Après au niveau des bonus, quand on finit le jeu, nos héros ont une nouvelle tenue assez stylés et branchés signés Diesel et bien sûr les autres niveaux de difficultés qui permettront au final de débloquer Trish afin de jouer avec mais qui en aura envie ?

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Devil May Cry 2 [2003]

Bastien L.
65

Un jeu décevant de par sa filiation avec le premier opus mais qui reste quand même sympathique, dommage pour la série.

Acheter le Jeu Vidéo Devil May Cry 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Devil May Cry 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Devil May Cry