75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Fondation foudroyée
Fondation foudroyée >

Critique du Roman : Fondation foudroyée

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 1 avril 2013 à 1721

Une ambitieuse Fondation

« Il n'y a pas d'exemples dans toute l'histoire de la Galaxie d'une société assez stupide pour employer les explosions nucléaires comme une arme de guerre ».

Il aura fallu trente ans ! Trente ans pour que les fans de Fondation, et d'Isaac Asimov, aient une suite à cette célèbre saga qui se terminait sans vraie conclusion après trois excellents tomes.

La genèse de Fondation foudroyée et des autres tomes de la série étant parus à partir des années 1980 est connue. Asimov reçue une pression de plus insistante de ses fans comme des éditeurs pour poursuivre cette histoire galactique qui semblait n'en être qu'à sa moitié. C'est ainsi qu'arriva en 1982 ce roman venant nous conter la suite des opérations concernant la bonne tenue du Plan Seldon et l'avènement du Second Empire. Et l'auteur en profite aussi pour donner une plus grand sens à son œuvre complète puisque ce roman fait aussi le lien entre toutes ses grandes sagas.

Mais en ce qui concerne la Fondation seule, on retrouve la galaxie cinq-cent ans après l'instauration des deux fondations par Hari Seldon. Ce qui veut dire qu'on se trouve à mi-chemin de la période de barbarie de l'humanité avant le retour d'un Empire censé apporter de l'ordre dans une humanité éparpillée sur des millions de systèmes. Au moment où l'intrigue démarre, la Première Fondation vient de résoudre haut-la-main une crise Seldon. Peut-être un peu trop facilement pour le jeune conseiller Golan Trevize qui pense que la Seconde Fondation existe toujours et remet ainsi en cause la façon dont son gouvernement voit l'œuvre de Seldon. Il est rapidement emprisonné par l'expérimentée maire Branno qui décide de l'exiler pour qu'il trouve des preuves de ce qu'il avance. C'est ainsi que notre fougueux politicien se retrouve sur un vaisseau dernier cri accompagné d'un historien persuadé qu'ils sont en fait à la recherche de la mythique Terre, berceau de l'humanité.

Parallèlement, on suit les agissements d'un membre important de la Seconde Fondation sur Trantor, ancienne capitale impériale, dont on apprenant que c'était leur siège à la fin de Seconde Fondation. Stor Gendibal, l'orateur, est aussi persuadé que le Plan Seldon est faussé car rendu trop parfait par une troisième force qu'il ne peut identifier. Néanmoins, ses pouvoirs lui font penser avec certitude que Golan Trevize est la clé de cette nouvelle crise et que la Seconde Fondation doit agir ce qui est plus facile à dire qu'à faire.

Ce quatrième tome est ainsi le plus ambitieux de la saga lors de sa parution puisqu'on suit pendant 500 pages une seule et même intrigue s'opposant donc aux compilations de nouvelles qu'étaient les tomes précédant. De ce côté, on peut retirer à Asimov toute intention purement opportuniste de poursuivre sa saga. En effet, on retrouve tout ce qui fait la force de cette série avec sa riche mythologie comme les figures très présentes du génial Hari Seldon, du rusé Salvor Hardin ou du terrible Mulet... L'intrigue est donc assez complexe mélangeant bien l'instant présent des évènements passés, le tout sur une échelle quasi-infinie... C'est avec plaisir qu'on suit les aventures de ces nouveaux personnages et de leurs organisations respectives jouant habillement au chat et à la souris tout au long du roman. L'intrigue reste toujours aussi bien ficelée avec beaucoup de faux-semblants, les longues explications jouissives et ces personnages ne semblant jamais être ce qu'ils sont donnant un final intense digne d'une partie de poker aux enjeux colossaux. Pas de souci de ce côté là, Asimov est toujours aussi en forme ayant même une écriture plus ambitieuse et décomplexée comme en témoigne cent dernières pages apportant une bouffée d'air frai à la série. On pardonnera facilement un personnage principal pas vraiment des plus attachants et une fin pouvant prêter à confusion et n'ayant surement pas satisfait tout le monde.

Si l'œuvre est bien la succession digne de Fondation, il n'en reste que quelques nouveautés apparaissent ici et là comme la fameuse recherche de la Terre. Cette quête nouvelle va permettre à Asimov de plus s'interroger sur l'humanité dans son ensemble allant plus loin que le simple parallèle avec l'Empire romain et le Moyen Âge dont on avait l'habitude. Produit de la guerre froide, ce roman nous montre comment deux grandes puissances (ici les fondations) ont des méthodes et doctrines radicalement différentes tout en essayant de les imposer à tous. Ou du moins limiter l'influence de son adversaire. Ce schéma bipolaire va se trouver bouleversé par un invité surprise qui reprend un message plus pacifique et même environnemental. Isaac Asimov nous apporte donc une grande réflexion sur l'humanité dans son ensemble, son fonctionnement et son devenir, la force des groupes sans jamais oublier l'individu. Et le tout de façon très intelligente puisqu'il ne juge quasiment jamais et quand il le fait c'est souvent pour des éclairs de génie comme le prouve la citation au début de ce texte.

La conclusion de

Les fans ont attendu longtemps cette poursuite du cycle de la Fondation. Et leur patience fut largement récompensée par ce roman ambitieux qui réussi à nous plonger dans une intrigue complexe tout en ouvrant une réflexion pertinente sur l'humanité. Une œuvre importante servant parfaitement une série exceptionnelle réussissant à faire vivre encore une fois sa mythologie tout en apportant du sang neuf.

Acheter Fondation foudroyée en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Fondation foudroyée sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Fondation

En savoir plus sur l'oeuvre Fondation