75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film d'animation : Shrek 4 [2010], par Sylvain T.

Avis critique rédigé par Sylvain T. le mercredi 9 juin 2010 à 01h27

Une saga s’éteint

Présent en avant-première mondiale au 50ème Festival International du Film d’Animation d’Annecy, Shrek 4 avait invité le réalisateur, le patron de Dreamworks Animation et son doubleur français officiel, Alain Chabat, pour mettre un point d’orgue à son aventure qui aura duré un peu moins de 10 ans.

Critique basée sur la version 3D du film.

Alors que Shrek mène une vie tranquille avec sa femme Fiona et ses trois enfants, le voilà qu’il se demande s’il est réellement fait pour être un ogre que personne ne craint. Après un anniversaire raté, il décide alors de conclure un pacte avec un lutin… pacte qui va le propulser dans une version modifiée de Fort, fort, lointain, où les ogres sont en pleine révolution contre les sorcières et où la romanche entre Shrek et sa bien-aimée n’existe plus. Pour inverser le sort, notre ogre va devoir recevoir un baiser d’amour, mais comment faire lorsque l’être que l’on désire le plus au monde vous déteste ?

Quatrième épisode pour les aventures de Shrek, l’ogre vert de Dreamworks Animation. Après un troisième épisode que je n’ai pas vu, et que je n’ai jamais eu envie de voir, la programmation d’Annecy pour son festival international du film de l’animation m’a tout simplement poussé à aller voir ce dernier chapitre. En effet, c’est la der, des der pour notre héros puant, et elle pourrait bien sceller l’avenir de nos personnages favoris à jamais. Pour ce nouvel opus, on a le droit à un semblant de scénario qui arrive très rapidement. On comprendre en effet ses tenants et ses aboutissants dès les 15 premières minutes. Le tout est donc surtout de savoir comment ils vont arriver à déjouer les plans du méchant. Pas de quoi fouetter un chat donc, et le tant attendu renouvellement annoncé n’arrive pour ainsi dire jamais.

L’intrigue n’est pas très drôle, et l’on reste stoïque pendant pas mal de temps, et Shrek se contente de faire du Shrek, tout comme l’Ane se contente de faire… l’Ane. Hum… Bref, rien d’original là-dessous, les scénaristes essayant vaguement de faire du neuf avec beaucoup de vieux et de surfer sur des acquis qui marchaient bien à l’époque des deux premiers épisodes, mais qui sentent énormément el réchauffés aujourd’hui. Les multiples références (chansons, tirades) sont en revanche tordantes, pour peu qu’on les comprenne bien évidemment. L’animation n’a quant à elle pas, ou en tout cas très peu, évolué. Le réalisateur s’étant visiblement contenté de réutiliser les modèles du troisième opus en y ajoutant quelques petites choses ici et là, et notamment de nombreuses animations au second plan. C’est plutôt anecdotique allez-vous me dire, mais cela permet de renforcer l’ambiance du film.

Cette plongée dans une réalité alternative permet de retrouver Pti Biscuit en gladiateur contre des chevaux sablés, et d’autres protagonistes de l’univers de Shrek dans une tout autre position et c’est plutôt un plaisir de voir ce monde aussi facilement chamboulé. Mais au final, on se demande si ce quatrième épisode n’est pas « l’épisode de trop » justement. À trop tirer sur la corde, on en vient à ne plus être surpris de ce que l’on voit. Dreamworks aurait gagné à ne plus utiliser son ogre vert en développant de nouvelles licences, comme elle l’a fait avec Dragons au début de l’année. Un mot sur la 3D puisqu’il est question ici de « True-3D ». En l’occurrence, l’effet de profondeurs ne se fait que très peu ressentir, car le réalisateur y est visiblement allé mollo pour nos chères petites têtes blondes. Mais elle apporte quand même ce petit plus qui fait la différence, les explosions en tout genre sortent de l’écran, et les scènes d’actions ne se font que plus vivantes encore. Une franche réussite.

La conclusion de à propos du Film d'animation : Shrek 4 [2010]

Sylvain T.
50

Shrek 4 est plutôt inégal, et même si l’on arrive à passer un bon moment, on ne peut se défaire des défauts qui apparaissent tout au long du film. L’ogre vert rempile donc pour une quatrième et dernière fois, et c’est plutôt mieux ainsi.

Acheter le Film d'animation Shrek 4 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Shrek 4 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Shrek