75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Le Jour où la Terre s'arrêta
Le Jour où la Terre s'arrêta >

Critique du Film : Le Jour où la Terre s'arrêta

Avis critique rédigé par Sylvain T. le vendredi 19 décembre 2008 à 0200

L’Effet Jumper

Promis « film de l’année 2008 » par les médias étranger, « Le Jour où la Terre s’arrêta » est un film apocalyptique, dans tous les sens du terme.
Baignant dans un discours écologique, ne cherchez pas un scénario travaillé jusqu’à la moelle, puisqu’après tout, c’est un film catastrophe, rien de plus. Le réalisateur s’attarde donc très très peu sur les différents personnages, et le film traine sur la longueur pour ne laisser que quelques minutes à l’action pure pour nous émerveiller.
C’est un peu le syndrome Jumper à dire vrai, dans Le Jour à la Terre s’arrêta, le scénario part sur des bases intéressantes, les premières minutes - intrigantes - donnent vraiment envie de voir la suite, mais au fil des dialogues et des évènements, on commence à s’endormir. Tout s’enchaine pourtant très vite, et la première « attaque », très bien orchestrée, va être expédiée au plus vite. L’univers visuel reste pourtant convaincant, car si l’on doit se raccrocher aux dialogues et à l’interprétation des différents acteurs, il faudra repasser. L’inexistence totale de Keanu Reeves en Klaatu, sortant des phrases ultra-kitch comme « Si la terre meurt, vous mourrez. Si vous mourrez, la Terre survit » toutes les 15 minutes, et qui ne nous donne rien de concret sur l’origine de ce fameux extra-terrestre. Ainsi, durant une bonne moitié du film, on va assister à une exploration des alentours de New York, pour déterrer des globes dont on ne sait absolument rien, et qui ne servent également, à rien.
Pourtant, les scènes d’actions sont particulièrement réussies, et les bruitages immersifs. La scène du début où l’on voit Gort apparaitre est vraiment impressionnante, mais après cela, pouf, tout retombe à plat comme une crêpe sur le lino. L’histoire est en effet mise en place pour durer sur la longueur, et les évènements secondaires, comme la venue d’une représentante du Président (Katy Bates) ou les phases de bombardements de la grosse boule de Central Park, sont uniquement présents parce que derrière, les scènes d’actions sont quasiment inexistantes. Elles sont très rares, et pourtant intéressantes, c’est dommage car du coup, le réflexe que l’on prend c’est que, dès 15 minutes passées à regarder le film, on s’endort pour ne se réveiller que 25 minutes avant la fin, afin de découvrir le fin mot du scénario.
Et ne parlons pas de la fin expéditive du film. Quel gâchis d’avoir rassemblé en moins de 5 minutes, le sauvetage de la terre par Klaatu et de nous laisser dans l’expectative en nous dévoilant un épilogue complètement à l’ouest par rapport à ce que l’on attend ! Les incohérences scénaristiques sont là aussi légion. Il faut 1h à Jennifer Connelly pour parler à Klaatu et essayer de sauver les humains, alors qu’il ne faut que 2min30 à un vieux prix Nobel, pour le convaincre. L’histoire entre Kate et son fils est également inintéressante au possible et n’est absolument pas convaincante pour un sou, on n’y croit pas une seconde. Les scènes où l’on découvre Gort sont aux nombre de trois, dommage lorsque l’on sait qu’il est l’un des éléments les plus réussis du film et je terminerai cette critique en soulignant l’inénarrable puritanisme d’une naïveté déconcertante, qui fait doucement sourire.

La conclusion de

Visuellement attractif, « Le Jour où la Terre s’arrêta » est une coquille vide scénaristiquement parlant. A cause des scènes d’actions précipitées, le film est ennuyeux au possible durant une bonne heure, et passe aux choses sérieuses trop rapidement. Ce genre de choses marchait peut être dans les années 50, mais en 2008, il est temps de faire évoluer une recette qui a décidément bien mal vieilli.

Que faut-il en retenir ?

  • Bande-son
  • Effets visuels

Que faut-il oublier ?

  • Scénario vieillissant
  • Jeu d'acteur affligeant
  • Action quasi-inexistante
  • Manque de punch

Acheter Le Jour où la Terre s'arrêta en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Jour où la Terre s'arrêta sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le jour où la terre s'arrêta

En savoir plus sur l'oeuvre Le jour où la terre s'arrêta