75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le jour où la terre s'arrêta >

Critique du Film : Le jour où la terre s'arrêta

Avis critique rédigé par Nhaigraoo le vendredi 21 février 2003 à 11:23

Le jour où la terre s'arrêta

Klaatu Barada Nicktu
Voilà un des plus grands classiques du genre qui nous intéresse, la SF. Mais au-delà de son statut, il faut redécouvrir ce beau film, tant il s’avère original au regard de la date de son tournage. "Le jour où la terre s’arrêta" est en effet particulièrement ancrée dans son époque, les années 50, période de tension mondiale, où la peur de l’envahisseur et de la guerre nucléaire était dans tous les esprits. Mais le film n’a pas grand-chose à voir avec les films paranoïaques d’invasion extraterrestres, où les soucoupes volantes étaient des substituts bien trop évidents à la peur qu’avait les américains pour les communistes. Au contraire, le film déroule un discours pacifiste de bon aloi. Malgré la soucoupe volante, malgré le robot massif (l'impressionnant Gort, au visage lisse et sans traits), on n’assiste donc pas ici à une invasion destructrice.
Le but du visiteur est simple : avertir la Terre du danger qu’elle court depuis qu’elle maîtrise l’arme nucléaire. Et lui faire comprendre qu’on ne laissera pas mettre en péril d’autres races. A ce titre, le discours de notre extraterrestre est ambigu : il fait bien comprendre à ses auditeurs que si la race humaine n’est pas capable de se raisonner, d’autres le feront pour elle, ce qui pourrait aller jusqu’à son annihilation. Malgré cela, le message de Klaatu reste un message de paix. C’est un peu une première, et beaucoup considèrent "le jour où la terre s'arrêta" comme le premier film de SF réellement adulte.
Formellement, le film est aussi une belle réussite. Très mystérieux, Michael Rennie compose un Klaatu is très credible. Le film bénéficie également d’une très belle partition de Bernard Herrmann (le compositeur attitré d’Alfred Hitchcock).

80

Malgré les apparences, le film ne dépeint pas une invasion extraterrestre belliqueuse, mais véhicule plutôt un message de paix. Un grand film de science fiction, au propos très moderne.

Critique de publiée le 21 février 2003.

Acheter Le jour où la terre s'arrêta en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le jour où la terre s'arrêta sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !