75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Le jour où la terre s'arrêta
Le jour où la terre s'arrêta >

Critique du Film : Le jour où la terre s'arrêta

Avis critique rédigé par Nicolas L. le vendredi 12 mai 2006 à 0801

Quand Jesus a un garde du corps

Une soucoupe volante entre dans l’atmosphère terrestre et se dirige directement vers Washington, siège du gouvernement américain (et du monde, si l’on peut dire). Une fois que l’astronef a atterri, un sas s’ouvre et en il sort une créature d’apparence humaine, qui dit se nommer Klaatu. Il est accompagné de Gort, son garde du corps, un colossal robot puissamment armé et à l’aspect très inquiétant.
Pourtant, selon ses dires, la mission de Klaatu sur notre planète bleue est pacifique. Mais devant l’agressivité des forces militaires présentes sur les lieux, il va devoir faire preuve de prudence. En effet, au moment où il compte présenter aux membres du gouvernement un artefact de communication intersidéral, Klaatu est atteint d’une balle. Activée par cette agression, le robot Gort utilise son armement inconnu pour mettre hors d’état de nuire toutes les forces militaires présentes, démontrant ainsi son omnipotence.
Blessé, Klaatu est transporté dans un hôpital, alors que Gort reste sur place pour surveiller le vaisseau. Rapidement rétabli, il va se trouver confronté à la stupide obstination humaine et il décide de se mêler à la population en s’enfuyant. C’est donc sous le nom de Carpenter que l’extraterrestre Klaatu va se réconcilier avec l’humanité, et cela en grande partie grâce à sa rencontre avec la douce Helen et son fils Bobby.
Pourtant, trahi par son entourage, Klaatu est retrouvé par les militaires qui n’hésitent pas à l’abattre. Et c’est Helen qui, en allant quérir Gort – elle active le robot en prononçant la fameuse phrase Klaatu Berada Nikto ! – au péril de sa vie, parvient à ressusciter l’extra-terrestre, et sauver ainsi la Terre de la destruction.
Le Jour où la Terre s’arrêta est un des plus grands films de l’histoire du cinéma de SF. De part son esprit d’une part, avec son aspect pacifiste alors que tous les autres films des années 50 ne présentait la venue d’ET que sous le coté agressif (Maccarthisme oblige) mais aussi par l’intelligence de son traitement.
En transgressant volontairement un sujet habituellement politiquement formaté, le cinéaste Robert Wise a eu le nez fin, choquant les critiques de l’époque et flattant la classe moyenne dans le sens du poil. De plus, il choisit d’utiliser une mise en scène sobre, presque solennelle, à la manière d’un mélodrame social. Ainsi, Le Jour ou la Terre S’Arreta est l’un des tous premiers films dans lequel un extraterrestre se voit mélangé à la population, et il est avec le Starman de John Carpenter le plus réussi dans le genre, grace à cette réalisation sobre et dramatique.
Evidemment, le symbole christique est omniprésent, le déroulement du séjour sur Terre de Klaatu étant identique à celui des dernières années du Christ et le message d’amour est exactement le même. Mais cela reste suffisamment sous-entendu pour ne pas devenir un lourd discours de prêcheur. Le regard que porte le cinéaste sur la réaction de ses concitoyens est intéressant et parait, encore de nos jours, incroyablement d’actualité. Une réaction paranoïaque, agressive, et surtout complètement immature avec son manque de clairvoyance. Une attitude menaçante qui vient essentiellement des hautes sphères dirigeantes de la société humaine, car en restant dans la lumière christique, Robert Wise considère que l’amour est encore dans le cœur des gens les plus humbles, et qu’il suffit de leur montrer la voie.

La conclusion de

Film intelligent, à la forte teneur messianique, le Jour où la Terre s’Arrreta est un des plus grands classiques de l’histoire du cinéma. Il peut paraître un peu désuet de nos jours avec son coté technique très épuré et son aspect psychodrame social un peu kitch. Mais il suffit de se pencher un tant soit peu sur le sujet pour découvrir en ce film un magnifique conte moderne, prônant l’humilité et la concorde, et nous donnant à réfléchir sur la condition humaine. Un très beau film, dans le sens littéral du terme.

Que faut-il en retenir ?

  • Scénario intelligent
  • Réalisation s’effaçant au profit de la trame
  • Interprétation de qualité
  • Gort, l’autre Robot avec Robby.

Que faut-il oublier ?

  • Cachet un peu désuet qui peut gêner
  • Les effets spéciaux, vraiment pas terribles

Acheter Le jour où la terre s'arrêta en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le jour où la terre s'arrêta sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le jour où la terre s'arrêta

En savoir plus sur l'oeuvre Le jour où la terre s'arrêta