75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : BO-OST Predator 2, Bande originale
BO-OST Predator 2, Bande originale >

Critique du Musique : BO-OST Predator 2, Bande originale

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 24 septembre 2006 à 0801

Alan Silvestri persiste et signe

La première BO de Predator nous avait enchanté par son atmosphère si spéciale, à la fois si cosy et si effrayante, tout en décrochement de rythme avec ses mouvements rapides et d'autres plus lents. C'est avec les mêmes ingrédients thématiques que Alan Silvestri revient pour cette bande originale de Predator 2.
Main title commence donc cette bande originale avec un thème très proche de jungle trek de Predator. La continuité dans l'esprit du premier volet semble être le maître mot de ce réalisateur de talent. Le rythme est soutenu puis cassé avec ces cuivres employés contre nature, puisque ces barrissements nous replongent dans la jungle et nous mettent mal à l'aise. D'autres bruitages viennent tendre un peu plus l'atmosphère, associés extraits électroniques, first carnage est un modèle du genre pour vous glacer le sang. Et toujours ces cuivres en background, avec quelques passages déjà expérimentés dans Abyss, composé un an plus tôt.
Puis le rythme s'accélère de nouveau avec tunnel chase avec les percussions (xylophone, grosse caisse) avec toujours ce décalage des cuivres, qui au lieu de rendre un son chaud, rend l'ambiance plus froide et nauséeuse. Truly dead est en plein dans la continuité de first carnage: le synthé en fond avec les bruitages. On est presqu'en apné sur ce morceau jusqu'à la montée des rythmes tribaux et explosant en un feu d'artifices de percussions et choeurs maléfiques et infernaux. ce morceau est un bijou ! Après cette montée d'adrénaline, on respire un peu avec Danny gets it, pour nous retourner en fin de morceau.
Comme dans Predator, voici un petit morceau qui commence sur air très militaire plein d'hommage pour une fois encore vous surprendre: rest in pieces. Le reste de cette OST n'est que multiples variations de ces morceaux et thèmes qui montrent toute l'étendue de ce compositeur incroyable Alan Silvestri, notamment end titles et le brillant Dem bones tout en ambiance glauque.

La conclusion de

Dans la lignée de Predator, Alan Silvestri nous régale tout autant. Predator est un exercice de haute volée qui confirme ce compositeur dans mon panthéon des meilleurs compositeurs américains de ces vingt dernières années.

Acheter BO-OST Predator 2, Bande originale en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de BO-OST Predator 2, Bande originale sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Predator

En savoir plus sur l'oeuvre Predator