75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : BO Predator BO-OST
BO Predator BO-OST >

Critique du Musique : BO Predator BO-OST

Avis critique rédigé par Manu B. le vendredi 30 décembre 2005 à 0157

Tribal !

In the jungle. Predator est un film que beaucoup trouvent sans finesse, car joué par Arnold Schwarzenegger et d'autres grosses brutes aux gros muscles. Certaines scènes n'échappent pas à cette réalité, notamment l'attaque du camp. Néanmoins, ce qui me fascine le plus est ce suspense induit par la présence invisible de ce predator. C'est vraiment ça qui m'intéresse, ça et la jungle qui a toujours été le lieu, pour moi, où la peur peut survenir le plus facilement, depuis Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad. Une ambiance moite, des cris d'animaux que l'on ne connait pas, la chaleur étouffante, la menace éventuelle tribale...
Une tension crescendo. Il fallait maintenir ce côté étouffant par le biais de la musique, et ce que Alan Silvestri a réussi à faire, c'est de ne pas nous laisser de minutes de répit: même les morceaux calmes sont empreints d'une certaine menace tangible The chopper est ce genre de morceau qui fait monter la tension, avec une entrée en tambours type tribal, puis ces violons qui virevoltent à coups saccadés, les cuivres, les tambours et bis repetita. Enfin, le thème de Predator: Dog tags. Il a ce côté inquiétant mais rassurant en même temps (Il faut dire que l'on est en compagnie de l'élite des gros bras de l'armée!): tout un paradoxe. Preparing camp attack est semblable au main title, très militaire, avec ces batteries qui retentissent doucement en background. Une fois le groupe de commandos au courant du danger réel qu'ils encourent, les scènes d'action, les morts violentes vont arriver, le rythme des morceaux va s'accélérer, car ils comprennent qu'ils servent de gibier ! C'est à partir de ce moment que l'alternance entre morceaux lents enlevés par les violons et morceaux rapides tout en percussion tels Blain get killed et pig alarm, va s'enchainer. Et ceci jusqu'à la fin.
A noter que cette musique n'a été éditée en tirage limité qu'en 2003 , soit 16 ans après la sortie du film et je l'ai cherchée pendant une bonne dizaine d'années.

La conclusion de

Cette bande originale, ainsi que celle de Predator 2, nous fait pénétrer dans un monde confiné malgré l'étendue de cette jungle immense.

Acheter BO Predator BO-OST en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de BO Predator BO-OST sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Predator

En savoir plus sur l'oeuvre Predator