75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Priest >

Critique du Manga : Priest

Avis critique rédigé par Lionel B. le dimanche 4 décembre 2005 à 12:24

L’histoire de Nella

Ce douzième numéro est un peu spécial. Il ne s’agit pas de l’histoire d’Ivan mais plutôt de Netellafim, un disciple de Temosare. Celle-ci est désormais connue sous le nom de Nella et semble s’être éloignée de son maître, menant ainsi une vie paisible. Cette histoire insolite ne fait pas avancée la série, cependant Hyung Min-Woo parvient encore une fois à captiver le lecteur bien que le ton soit légèrement différent. En effet, ici l’histoire est nettement moins sombre. L’action et l’hémoglobine se font plus rare que d’habitude même si ceux-ci demeurent toujours présents. Le récit de Nella présente une femme qui semble heureuse de vivre et qui est prête à tout pour protéger ses compagnons. Ivan ne sera présent que deux fois au cour de ce tome. La première sera pour introduire le personnage de Netellafim et la seconde sera une nouvelle confrontation avec cette dernière. Pourquoi l’auteur attache t-il une telle importance à Nella ? Si on en croit ses propos dans la préface, il ne le sait pas lui même. A noter d’ailleurs que Ivan se retrouve face à Nella sans même que le lecteur ne comprenne qui elle est en vérité. Il faudra lire le résumé se trouvant au dos du manhwa pour comprendre que Nella et Netellafim sont la même personne.
Le trait de Hyung Min-Woo reste toujours propre à lui-même, identifiable entre mille. Ce style graphique si particulier ne perd pas en qualité dans ce nouveau tome. Avec l’introduction de ce nouveau personnage féminin qu’est Nella, le dessinateur nous prouve qu’il est également capable de reproduire toutes sortes d’expressions sur les visages. Les décors apparaissent dans leur ensemble complet, sans défaut apparent de perspective, et un grand soin est apporté à la sensation du mouvement ainsi qu’à la mise en page. Cette dernière est égale à elle-même avec des pages sur fond noir et des tableaux anciens entrecoupant les scènes.

70

Légèrement moins bien que les précédents tomes, Priest tome 12 n’en demeure pas moins un très bon manhwa qui mérite d’être lu pour son style graphique et sa mise en page si particuliers.

Critique de publiée le 4 décembre 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • Le dessin si particulier
  • Une excellente mise en page

Que faut-il oublier ?

  • L'histoire de Nella est-elle vraiment nécessaire ?

Acheter Priest en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Priest sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !