75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Beelzebub
Beelzebub >

Critique du Manga : Beelzebub

Avis critique rédigé par Lionel B. le lundi 9 mai 2011 à 1115

Un vrai petit Diable

Assistant de Toshiaki Iwashiro sur la série Psyren, Ryuhei Tamura signe son premier manga à la suite avec Beelzebub. Il s’agit d’un shônen complètement délirant, dans la lignée d’un Excel Saga, dans lequel un lycéen bagarreur va devoir adopter  le fils du Diable…

« Tatsumi Oga, dit "le Fou Furieux", est la terreur d'un des lycées les plus craignos du Japon ! Un jour, alors qu'il donnait une leçon de politesse à une bande de racailles imprudentes, il repêche un géant moustachu dénommé Alindolon, qui aussitôt se fend en deux pour laisser entrevoir un nouveau-né. Ce bébé, qui se prend immédiatement d'affection pour le jeune voyou, n'est autre que... le fils du Diable ! Tatsumi va alors vite comprendre qu’il a été choisi pour l'éduquer et en faire le destructeur de l’humanité... »

Sur bien des aspects Beelzebub pourrait faire penser à un Crows Zero ou Cromartie High School avec son lycée dans lequel sa population pense plus à s’affronter qu’à s’instruire. Toutefois, ce nouveau titre se rapproche plutôt sur certains points d’un Excel Saga tant Beelzebub s’avère survitaminé et riche en humour. En effet, difficile de s’ennuyer dans ce manga. Les rapports d’une véritable racaille, d’un bébé tout ce qu’il y a de plus mignon (du moins en apparence) et d’une nounou des enfers promet beaucoup de gags en tout genre mais également énormément d’action.

Ce mélange permet à l’œuvre de Ryuhei Tamura de créer un titre atypique qui offre un véritable plaisir de lecture. Il faut dire que les personnages principaux sont tous très attachants. Ainsi Tatsumi Oga, derrière ses allures de bagarreur semble avoir un cœur d’or. Mais il joue les gros durs tout en gardant la « cool attitude » et se moque de tout. Son lien avec le fils du Diable évolue tout au long de se premier tome. Un bébé très mignon mais qui provoque des dégâts dès qu’il n’est pas content. Hildegarde, la nounou des enfers, est là pour veiller au grain. Voilà une très jolie fille qui va véritablement perturber la vie de notre jeune héros qui semble ne pas vraiment apprécier sa présence.

L’effet Beelzebub prend également grâce à son dessin, certes tout ce qu’il y a de plus banal en s’inscrivant d’un  style purement shônen, mais le dynamisme du manga est bien retranscrit au travers de l’image.  Peut-être peut-on tout de même regretter des décors qui manquent de profondeurs et des plans trop serrés mais cela ne choque pas vraiment.

La conclusion de

Beelzebub s’avère être une très bonne surprise, un manga qui donne la patate grâce à son mélange d’humour et d’actions servis par une histoire assez originale.

Que faut-il en retenir ?

  • Un manga survitaminé
  • Beaucoup d'humour
  • Des personnages attachants

Que faut-il oublier ?

  • Des décors qui manquent de profondeurs

Acheter Beelzebub en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Beelzebub sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+