75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Le berceau des esprits
Le berceau des esprits >

Critique du Manga : Le berceau des esprits

Avis critique rédigé par Lionel B. le dimanche 16 octobre 2011 à 1438

L’aventure du Poséidon version horrifique

Le mangaka Kei Sanbe revient après avoir signé une histoire plus que convaincante avec L'Île de Hôzuki. Son nouveau titre, Le berceau des esprits, publié au Japon en 2010 par Square Enix, arrive en France chez l’éditeur Ki-oon qui, décidemment, semble faire confiance à son auteur puisque celui-ci avait édité son œuvre précédente. Alors, abus de confiance ou pas ?

Un peu de la même façon que l’île de Hôzuki, le berceau des esprits débute avec une sorte de flash dans lequel Makoto, une jeune lycéenne, assiste impuissante au meurtre de son amie Miyabi. Un bon moyen de mettre le lecteur dans l’ambiance dès la première page et de présenter ce que sera le manga. Par la suite, nous nous retrouverons dans une pièce sombre en compagnie de Makoto quand surgira une secousse qui provoquera l’effondrement de la pièce qui deviendra ainsi de plus en plus petite. A  ce moment même, le lecteur s’interrogera sur le lieu dans lequel la jeune fille se trouvera. Puis, nous serons transporté en plein milieu d’une scène de massacre dans laquelle des lycéens se feront déchiqueter par un maniaque à coup de hache. Un maniaque qui ne semble pas vouloir mourir…

Voilà à quoi ressemble l’ambiance du dernier titre de Kei Sanbe. Le suspens est intense du début jusqu’à la fin de ce premier volume, tant en raison de l’aspect « jeunes fuient fous dangereux » que « jeunes cherchent une sortie au milieu de nul part ». Ce deuxième point est dû au fait que le groupe de lycéens se trouve à bord d’un bateau de croisière qui s’est mystérieusement retourné et qui est en train de sombrer. Ainsi, le Berceau des esprits est un subtil mélange de l’île de Hôzuki avec le film l’aventure du Poseidon.

Chose amusante. Nous retrouvons ici des personnages qui ressemblent énormément à ceux du précédent titre de l’auteur. C’est le cas de Takigawa à l’aspect physique très proche de celui de Kokoro (héros de l’île de Hôziki) en un peu plus âgé. Il en va de même pour Yume, lycéenne aveugle dont le nom, les caractéristiques et le design du personnages sont les mêmes que ceux du manga précité. Simple coïncidence ? Je ne crois pas…

Si ce nouveau manga fonctionne si bien et que le suspens y est si intense, c’est sûrement en partie grâce au découpage particulièrement dynamique et aux plans rapprochés qui servent ici le manga, puisqu’ils permettent de donner une sensation de renfermement.

Du côté du dessin, nous sommes très proche du style habituel de Kei Sanbe avec  sa patte très manga, c’est à dire des visages, des gros yeux, des nez petits et pointus, des cheveux ébouriffés et de grosses poitrines. Quant aux décors, ils sont fouillés et contribuent ainsi à retranscrire l’ambiance qu’est celle du berceau des esprits.

La conclusion de

Après avoir signé un excellent manga avec l’île de Hôzuki, Kei Sanbe revient avec un titre tout aussi prometteur à la lecture de ce premier volume. Suspens, horreur et catastrophe sont les maîtres mots qui régissent ce nouveau manga et font que nous avons du mal à décrocher. Bref, une vraie réussite !

Que faut-il en retenir ?

  • Une ambiance très prenante
  • Des personnages charismatiques
  • Un dessin de qualité

Que faut-il oublier ?

  • Il faut attendre la suite...

Acheter Le berceau des esprits en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le berceau des esprits sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+