75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Aliens vs. Predator Requiem
Aliens vs. Predator Requiem >

Critique du Film : Aliens vs. Predator Requiem

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 4 janvier 2008 à 1747

AvsPR : Un Crash sur la toile ?

Nom de Dieu, je l’attendais cet Aliens Vs Predator Requiem ! Pourtant, on m’avait bien prévenu : « Rappelle-toi à quel point le film de Paul Anderson fut une déception ». Moi bien sûr, en avocat du diable, et surtout en grand fan des deux licences de la Fox, je répondais : « mais non, tu as vu la bande-annonce ? Ce film va être un pur plaisir jouissif ! Puis les frangins Strause, conscients de la platitude du premier Aliens Vs Predator, ils ont promis qu’ils allaient nous combler, nous les fans des deux licences ! ». Et bien oui, avant de me précipiter dans la salle de cinéma, si je ne m’attendais pas à un film de la trempe des deux premiers Alien(s), j’espérais tout de même un film d’un niveau de qualité à la hauteur du très honorable Predator 2.
Maintenant, à l’heure de mon bilan, je vais évoquer les raisons qui font que je suis énormément déçu par cette suite.
Tout commence pourtant plutôt bien. Le film se raccroche directement sur la conclusion du film de Paul Anderson, au moment où un Alien sort de la cage thoracique d’un guerrier Predator. Puis, après que ce "Predalien" ait décimé quasiment tous les passagers du vaisseau, ce dernier s’écrase sur Terre. Heureusement pour nous, pauvres terriens, un Predator, avant de mourir, a eu la chance d’envoyer un message vers sa planète afin qu’un remplaçant vienne sur Terre traquer la menace Alien.


Si dans le premier film les Predator semblaient se faire avoir un peu trop facilement par les créatures sorties de l’esprit de Giger, ici, on tombe dans le piège inverse. Ainsi, un seul Predator se rend sur Terre pour traquer des Aliens - qui se multiplient d’ailleurs sans grand problème. Le scénariste, Shane Salerno, doit indéniablement plus apprécier les Predator que les Aliens, et je me demande même si ce dernier possède une notion de tout ce qui caractèrise un Alien. En effet, en sus de ne jamais respecter les délais d’incubation des créatures, le scénario réduit les Aliens à de simples animaux aussi stupides que dangereux pour les humains, mais inoffensifs pour un Predator (en faisant abstraction de l’introduction). D’ailleurs, est-ce que ces erreurs sont vraiment les seules fautes du scénariste? Évidemment non ! Si on passe outre le fait que je regrette qu’une fois de plus l’action se déroule sur Terre et dans le présent, il reste que Shane Salerno ne fait aucun effort pour rendre les humains moins "clichesques". Une fois de plus le scénario sollicite le jeune homme perpétuellement importuné par les autres de son âge et convoitant secrètement la plus belle fille du quartier - ou bien la "poufiasse blonde" du quartier, selon les points de vues.
Certainement confiants dans le scénario, Colin et Greg Strause, tous deux issus du monde des effets spéciaux, jurent qu’en grands fans des deux sagas, ils feront tout pour que le film soit le plus démentiel possible ! Sur les intentions et à la vue des multiples hommages qui parsèment le film, je veux bien le croire. Car il n’est pas rare de voir des références aux divers films et en particulier à "Aliens le retour" qui voit ses thèmes musicaux souvent repris, de même qu’une scène avec une espèce de gros véhicule rappelle la séquence où Ripley va chercher ses amis Marines piégés dans les bas-fonds de la planète LV-426. Les frangins annonçaient aussi du "sanglant", et à la vue de la bande-annonce, tout portait à le croire. Finalement, cet aspect est correct, sans être excessif, mais comme tout était déjà présent dans la bande-annonce, les meilleures séquences ont déjà été vues et l’effet de surprise est par conséquent supprimé.
Petit détail : Colin Strause et Greg Strause signent ici leur premier film. Autant dire qu’ils ne sont ni Ridley Scott, ni James Cameron, ni John Mc Tierman. Bref, ils n’ont le savoir-faire d’aucun des réalisateurs des deux franchises. Même Paul Anderson semble être un meilleur conteur qu’eux, c’est dire… Parmi les autres éléments déplaisants de la réalisation - si on leur épargne le fait de ne pas avoir su narrer une histoire et diriger des acteurs - on constate que tout est souvent sombre et cadré très serré. Et ce choix de réalisation nuit à la lisibilité des chorégraphies de combats entre les deux catégories de monstres, à l’instar d’un combat final aussi rapide que ridicule (là encore, tout est quasiment dans la bande-annonce).

À tout cela, il convient de rajouter des acteurs d’une médiocrité incroyable, dignes des pires téléfilms diffusés à l’occasion des "Hollywood night" de TF1. D’accord, les dialogues sont superficiels et grotesques et n’aident pas la distribution, mais au final on attend qu’une chose : qu’ils passent rapidement tous de vie à trépas, car il est clair que je ne me suis jamais soucié une seule seconde du sort des habitants de cette petite ville.

La conclusion de

Voir les Aliens aussi facilement massacrés par un Predator et des humains - qui ne sont même pas des soldats expérimentés - ridiculise en tout point la mythologie mise en place depuis l’œuvre de Ridley Scott. Dans ce film, les créatures servent de chair à canon et à rien d’autre ! Cet AvsPR est donc une énorme déception dans lequel l’unique point positif est que l’on peut s’amuser à y dénicher quelques hommages aux deux franchises, ce qui fait que finalement on ne s’ennuie pas trop. Crétin et parfois défoulant : oui ! Mais j’affirme que ces légendes du cinéma méritaient bien mieux !

Que faut-il en retenir ?

  • Le design du Predalien
  • La présence des deux plus belles créatures du cinéma
  • Quelques passages bien crétins et donc amusant
  • Les 5 premières minutes

Que faut-il oublier ?

  • Les aliens réduits aux stades de chairs à canon
  • Des morts prévisibles
  • Des dialogues et des acteurs horriblement mauvais
  • Un combat final très décevant
  • Un Predalien inutile
  • Une mise en scène très bancale

Acheter Aliens vs. Predator Requiem en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Aliens vs. Predator Requiem sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Aliens Versus Predator

En savoir plus sur l'oeuvre Aliens Versus Predator