75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Le Seigneur des Anneaux : Tiers Age [2004], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 16 mai 2018 à 14h00

The Final Lord of The Rings Fantasy X

Test de la version PS2

S'il y a bien un type de jeu qui correspond à l'univers de la Terre du Milieu créé par J.R.R. Tolkien c'est le RPG, une tentative réalisée par Eloctronic Arts en 2004 avec plus ou moins de réussite.

On le sait, l'adaptation du Seigneur des Anneaux par Peter Jackson a créé un engouement important pour l'univers de Tolkien dont les jeux vidéos ont pu bénéficier grâce à d'excellents beat'em all accompagnant les sorties des Deux Tours puis du Retour du Roi. En 2004, EA détenteur des droits d'adaptation de la licence décide de poursuivre son exploitation en sortant un nouveau titre en même temps que la version longue du dernier volet de la trilogie. Fini l'action, place au RPG avec pourtant les même développeurs aux manettes. Les Californiers d'EA Redwood Shores (futur Visceral Games, créateurs de la licence Dead Space) enchaîne sur cette licence après Le Retour du Roi.  Un pari audacieux qui subit l'influence des J-RPG et leur système de tour par tour dont Final Fantasy X était le plus digne représentant à l'époque.

Le principal problème de ce titre est finalement son histoire au sein de l'univers de J.R.R. Tolkien. En effet, EA n'avait les droits que des films et pas des romans donc les développeurs durent tricoter quelque chose autour des intrigues des longs-métrages. Et on a du mal à comprendre pourquoi ils sont allés chercher des personnages minoritaires au lieu de mettre en scène les héros que tout le monde connaît. Cela aurait fonctionné si l'histoire avait été un peu solide et ces nouveaux protagonistes charismatiques. On incarne donc le valeureux soldat du Gondor Berethor lancé à la poursuite de Boromir mais se faisant attaquer en chemin par un Nazgul le blessant gravement. Il est sauvé par Idrial, une elfe de la Lothlorien envoyée par Galadriel pour on ne sait quelle raison finalement... Ils finissent par croisé Elegost l'homme du Nord et Ranger de son état accompagné d'un nain qui voyagent ensemble vers la Moria. Les quatre compères se lancent à la suite de la compagnie de l'Anneau car Gandalf le leur demande. Cela à travers des innombrables « contes de la Terre du Milieu » étant des extraits de films remontés et narrés par Gandalf qui nous explique ce qui se passe et ce qu'on doit faire....

On rencontre ensuite d'autres personnages comme Morwenn la farouche guerrière du Rohan et Eoaden, un cavalier de la garde royal du Rohan qui nous prêtent main forte. Tout ce beau monde va tenter de créer un semblant de groupe devant toujours se rendre dans les lieux importants des films au bon moment afin de faire ce que Gandalf leur demande. Par moments, les scénaristes tentent vainement de nous offrir une dynamique de groupe ou de nous proposer des rebondissements comme quelques révélations sur le passé de Berethor. Mais en pure perte puisque les dialogues sont souvent plats et les révélations ridicules faisant qu'on se désintéresse de ces personnages pour se concentrer surtout sur leurs archétypes d'héroic-fantasy (le soldat, l'elfe, le nain, la guerrière/voleuse, le ranger et le cavalier) et la possibilité de parcourir encore une fois la Terre du Milieu.

Si l'histoire n'offre aucun intérêt, ce qui est dommage vu la richesse de l'univers, on se laisse en revanche happé par l'ambiance du titre. L'attrait du monde créé par Tolkien, et magnifié par Jackson, se laisse encore une fois entrevoir. On parcours ainsi les lieux iconiques de la saga comme la Moria, le Gouffre de Helm, le Rohan, Osgiliath en ruines et bien sur les champs du Pelennor. Tout est là pour caresser le fan dans le sens du poil avec la possibilité de combattre en compagnie de Gandalf, d'Aragorn ou de Faramir par moments. Finalement, si on se fiche de l'histoire c'est parce qu'on sait qu'elle est de toute façon impossible à justifier dans l'univers créé par le film. Mais combattre le Balrog aux côtés de Gandalf sur le pont de Kazad-Dûm est tout simplement jouissif ! Pour peu qu'on arrive à accrocher à cette ambiance si particulière, le jeu offre des qualités mais les véritables amateurs de RPG profonds doivent passer leur chemin. Ici c'est un produit dérivé qui fonctionne surtout grâce à son fan service.

La direction artistique est évidemment calquée sur celle des films donc l'esthétisme du jeu est une réussite. On retrouve ainsi les décors et le character design qu'on a apprécié dans les films avec de bonnes palettes de couleurs. En découdre dans les couloirs de la Moria, défendre le gouffre de Helm ou aider les Gondoriens à Osgilitah est un vrai régal tant on a vraiment l'impression de parcourir les décors du film. Le jeu étant assez linéaire, cela permet d'avoir des graphismes assez corrects tout au long du jeu. Les héros comme les ennemis sont bien modélisés et les boss comme le Balrog sont assez impressionnants pour l'époque même si on regrette le manque de skins différentes chez les ennemis. L'ambiance sonore est aussi au top avec des doublages et des bruitages corrects mais surtout la musique d'Howard Shore rythmant très bien notre aventure. L’expérience vaut donc surtout pour son ambiance bénéficiant bien de la licence même si cela empêche toute grand folie.

Le Tiers Age est un RPG s'inspirant fortement des productions nippones qui régnaient en maître sur le genre pendant la génération 128-bits. N'importe qui ayant passé des dizaines d'heures sur Final Fantasy X y verra l'influence. Les puristes du genre seront en revanche assez sceptiques sur les possibilités offertes par le jeu qui finalement récite ses gammes sans jamais innover... De fait, le titre d'EA est un RPG accessible qui sera plutôt une bonne pioche pour ceux voulant découvrir le genre. On est jamais perdu dans les menus et l'aventure se veut assez linéaire et plutôt simple (un mode facile existe même). On déambule dans des couloirs plus ou moins larges et il est très simple de remplir 100% des objectifs de chaque chapitre avec de nombreux coffres à ouvrir et de chemins secondaires à parcourir. Même si on est pas obligé de tout découvrir pour progresser, il est difficile de rater quelque chose tant le titre manque profondeur. Ainsi, il n'y a pas de villes, de marchands ou de world map... Une simplification du genre quasiment à l'extrême pour une durée de vie aussi en deçà de ce qu'on avait l'habitude puisqu'il vous faudra entre 20 et 25 heures pour finir le jeu. Le jeu permet aussi de faire de courtes parties puisque les points de sauvegarde sont peu espacés et restaurent complètement notre groupe.

Le système de combat rappellera encore une fois des souvenirs aux fans de Final Fantasy. On progresse sur la map et, à part à de rares occasions, on se fait attaquer par les ennemis qu'on ne voit pas avant. On a ensuite affaire à du tour par tour classique avec l'ordre d'action des personnages défini sur l'écran et qui se modifie selon les actions effectués. On ne peut aligner que trois personnages en pouvant les changer à n'importe quel moment. On a donc le choix d'attaquer à l'aide de nos armes mais aussi d'utiliser des pouvoirs (de guérison pour l'elfe, de feu pour le nain...) encore une fois très classique pour le genre. Classique mais efficace puisqu'on a vite nos personnages préférés, nos techniques et nos enchaînements pour mettre à mal les différentes types d'ennemis. A défaut d'innover, les mécaniques des combats sont quand même bien huilées. Le vrai défaut que l'on peut trouver reste la propension qu'ont nos personnages à rater les attaques devenant rageant à la longue. On l'a dit, le jeu n'est pas vraiment difficile même si certains combats ou certaines situations peuvent s'avérer compliqués, dommage que la difficulté soit mal dosée. Les boss ne sont malheureusement pas surprenant et on se frotte bien trop souvent aux Nazgûls... Le jeu est souvent prisonnier de son statut d'adaptation.

Les nombreux combats permettent à nos personnages de vite grimper en niveau et d'obtenir des points d'expérience à répartir dans différentes critères pour les augmenter. Les coffres et les combats permettent de récupérer objets et équipements qui servent aussi à l'amélioration permanente ou ponctuelle de nos  héros. Tout est ainsi penser pour que le joueur ait bien le feeling d'avoir un RPG dans le monde du Seigneur des Anneauxx sans pour autant rendre la chose trop complexe. Certains joueurs vont d'ailleurs peut-être trouver l'ensemble rapidement répétitif car seule la possibilités de découvrir de nouveaux lieux et de faire équipe avec les héros des films redonne un peu d'intérêt à la longue. Les développeurs ont quand même eu la bonne idée d'implanter un mode coopération ou un deuxième joueur peut contrôler trois des six personnages pendant les combats. On peut ainsi s'amuser en mettant en place des stratégies... Il existe aussi, en plus de l'histoire principale, un « mode maléfique » nous plaçant dans la peau de nos ennemis pour battre les héros. C'est une succession de combats dans chaque chapitre qui débloquent des objets pour l'aventure principale. Sympa sans plus...

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Le Seigneur des Anneaux : Tiers Age [2004]

Bastien L.
68

Le Tiers Âge est vraiment à prendre comme une adaptation de la saga de Peter Jackson. Les fans pourront y trouver leur compte entre les graphismes, l'ambiance générale du titre et le fait que le titre soit plutôt accessible. Les rôlistes seront déçus par une histoire vraiment faiblarde et des mécaniques de jeu trop classique. L'ensemble reste correct mais manque terriblement d'ambition.

Que faut-il en retenir ?

  • L'ambiance des films de Peter Jackson (musique, DA, décors...)
  • Techniquement solide
  • Un RPG très accessible

Que faut-il oublier ?

  • Un scénario vraiment oubliable
  • RPG simpliste
  • Trop linéaire

Acheter le Jeu Vidéo Le Seigneur des Anneaux : Le Tiers Age [2004] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Seigneur des Anneaux : Le Tiers Age [2004] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Seigneur des Anneaux