75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Les Deux Tours #2 [2002], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le lundi 2 janvier 2006 à 03h40

Les Deux Tours

Deuxième volet de la trilogie de Tolkien. La communauté est maintenant divisée. Frodon et Samsagace ont décidé de continuer malgré tout sur le chemin du Mordor pour détruire l'anneau; Legolas fils du roi des elfes de la Forêt Noire, Gimlin fils Gloïn du Mont Solitaire et Aragron héritier des Rois de l'Ouest partent à la recherche des cousins de Frodon: Meriadoc et Peregrin, enlevés par les Orcs; Boromir héritier de Denethor, seigneur de la Tour de Garde a été tué par les Orcs; Gandalf le gris est tombé dans les Ténèbres après son combat contre le Balrog, un esprit du monde inférieur. Il est bon de remarquer que la dissolution finale de la Communauté a lieu au tout début du deuxième livre de Tolkien. Peter Jackson n'a pas voulu respecter la ligne des livres III et IV du roman, pour une progression des histoires de Frodon et son compagnon d'un côté, et du groupe cosmopolite de l'humain, de l'elfe et du nain, de l'autre. Ce nouveau découpage permet de mettre du rythme au film et de voir l'évolution des personnages, ce qui est évidamment beaucoup plus visuel sur grand écran. On regrettera quelques détails manquants dans cette version cinéma. Ce qui sera amplement compensé dans la version DVD avec près de 3/4 heure de bonus.
Magnifiques effets spéciaux. ce qui m'a marqué dans ce deuxième volet est la multiplication d'effets spéciaux pour donner une vision plus complète de l'oeuvre de Tolkien. On voit l'apparition de Gollum, presque conforme à ma vision de l'être, entièrement digitalisé mais dont les mimiques sont étonnamment humaines. Peter Jackson a voulu donné vie à cette créature et il a réussi. La retraite dans le gouffre de Helm et sa bataille est magnifique. L'arrivée des troupes d'orcs, d'Urukaïs me donne encore la chair de poule à l'heure où j'écris ces mots. Peter Jackson a orchestré avec brio et a développé plus qu'il n'en fallait cette retraite qui, dans le livre est assez courte. Etonnant ce qu'est la vision d'un roman dans la tête d'un scénariste! Et pourtant le résultat est superbe même si le film diffère de beaucoup du roman initial. J'ai été assez déçu par les Ents, par contre que j'avais imaginé différents et plus importants. Silverbarbe est décrit comme suit dans le livre de Tolkien: "ils se trouvèrent alors regarder une figure des plus extraordinaires. Sa forme était semblable à celle d'un troll, de haute taille, quatorze pieds au moins, très robuste, avec une haute tête et presque pas de cou."
Malgré toutes ces différences par rapport à la référence de Tolkien, Peter Jackson nous offre un magnifique spectacle qui respecte finalement l'esprit des Terres du Milieu.

La conclusion de à propos du Film : Les Deux Tours #2 [2002]

Manu B.
90

L'élément qui m'a le plus marqué est la bataille du gouffre d'Helm, magnifique, prenante, héroïque.

Acheter le Film Les Deux Tours en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Deux Tours sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Seigneur des Anneaux