75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : La Communauté de l'Anneau #1 [2002], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 16 avril 2018 à 14h00

Le Seigneur des Anneaux, l'autre adaptation...

Testé sur PS2.

La trilogie maintenant culte du Seigneur des Anneaux réalisée par Peter Jackson, adaptant le chef-d'œuvre littéraire bien plus culte de J.R.R. Tolkien, du début des années 2000 entraîna un engouement planétaire pour la Terre du Milieu voyant poindre de nombreux produits dérivés comme des jeux vidéo adaptés des films et un autre plus surprenant.

Si on retient surtout les productions éditées par Electronic Arts, des beat'em all très efficaces directement adaptés des films, on oublie aussi qu'une adaptation de l'œuvre littéraire sorti aussi en 2002. Un titre PC & PS2 identiques et des versions Xbox et GameBoy Advance différentes furent éditées par Universal/Vivendi (à travers sa filiale Black Label Games) ayant acquis les droits d'adaptation des livres de Tolkien. Encore une histoire de gros sous et de licences partagées entre plusieurs éditeurs. Ce projet plutôt opportuniste, puisque le dernier jeu adaptant le Seigneur des Anneaux date de 1994 sur Super Nintendo, veut surfer sans complexe sur le succès des films de Jackson. Vivendi décide donc d'adapter les romans dont seulement le premier aura finalement droit à un jeu... Une adaptation confiée aux Américains de Surreal Software pour la version PC/PS2 (qui nous intéresse ici) qui s'y connaît un peu en heroic-fantasy puisqu'ils ont créé la duologie Drakan.

Le souci quand on se lance dans une telle adaptation c'est de se confronter à deux œuvre phares. L’œuvre originale d'abord et surtout les adaptations de Tolkien comme Les Deux Tours sorti au même moment. Surreal Software nous offre donc la première partie de cette grande trilogie en adaptant La Communauté de l'Anneau de manière finalement assez abrupte. Si le jeu est assez fidèle à l'univers de Tolkien, il propose des coupes franches dans le récit et ne met en avant que quelques passages surtout orientés exploration/action. Ainsi après un court passage dans la Comté, on prend rapidement la route de Bree puis de Fondcombe avant de se battre dans la Moria et sur les rives du fleuve Anduin. Ces coupes franches ont pour conséquence le premier problème du titre : il s'adresse avant tout aux fans qui se satisferont de cette adaptation au sécateur vu qu'ils connaissent déjà le récit et seront à même de pardonner les errements du gameplay. Les autres préfèreront logiquement les deux beat'em all d'Electronic Arts.

Ce travail d'adaptation était donc périlleux mais les lecteurs ne se sentent pas forcément lésés par les choix opérés par les développeurs (et probablement l'éditeur). On comprend tout à fait ces choix et cela nous permet de jouer les moments les plus dynamiques du roman tout en gardant une trame narrative cohérente. Mais les développeurs, malins, nous offrent aussi quelques passages absents des films comme le voyage des Hobbits entre la Comté et Bree alors qu'ils croisent la route de Tom Bombadil. Cela s'avère autant une bonne idée qu'un piège. En effet, le personnage de Bombadil s'exprime souvent en chants. Ce qui fait penser à une très mauvaise comédie musicale pendant les cut-scenes même si ces événements nous font affronter le Vieil Homme-Saule ou un être des Galgals. De manière générale les doublages sont très inégaux, les personnages jouables sont bons mais certains plus secondaires sont risibles voire pénibles à écouter. Même idée pour la musique qui est honnête sans arriver à la cheville des compositions d'Howard Shore.

On apprécie donc de retrouver les lignes et l'univers de Tolkien qui prennent vie sous nos yeux grâce à quelques cinématiques réalisées avec soin. C'est en revanche un peu moins la fête quand on retrouve le moteur du jeu qui n'est pas des plus reluisant même pour 2002. Le titre de Surreal a clairement mal vieilli malgré une direction artistique solide qui s'exprime notamment dans les couloirs de la Moria ou pour le character design assez réussi pour les personnages principaux et les créatures que l'on croise. Sauf lorsqu'on s'approche un peu trop des personnages dont l'animation et la rigidité faciale sont dépassées, même pour 2002 encore une fois. Les décors restent toutefois dans l'esprit de la licence et affronter des araignées géantes, des loups, des orcs et autres uruk-hai en contrôlant Frodon, Aragorn ou Gandalf nous font parfois oublier les imperfections techniques...

Il y a donc trois personnages jouables pour des gameplay légèrement différents. On commence logiquement l'aventure avec Frodon qui dispose de l'anneau lui permettant de se rendre invisible quelque temps puisque l'utilisation de l'anneau est limité par une jauge. Frodon propose ainsi un gameplay plus axé sur « l'infiltration » et sur la plates-formes puisqu'il ne peut pas combattre convenablement tous les ennemis. Le seul passage original du jeu nous impose d'éviter les cavaliers noirs mais le moment est mal fait et s'avère finalement pénible. De même, l'idée de l'anneau n'était pas mauvaise mais elle est mal mise en scène faisant qu'on ne l'utilise pas vraiment puisque notre Hobbit est bien plus rapide que les ennemis qu'il peut esquiver facilement. Le mérite reste de nous propose un personnage vraiment vulnérable dans un monde dangereux.

Les deux autres personnages jouables sont Aragorn et Gandalf au gameplay plus orienté action. Si le premier se bat surtout à l'épée et à l'arc, le second utilise son épée et surtout son bâton pour lancer des sorts. Aragorn se révèle finalement le personnage le plus agréable à incarner puisque le plus simple avec sa force et son aisance à l'épée lui permettant de terrasser de nombreux ennemis. Gandalf sait faire parler sa puissance à l'aide de sorts assez variés : boule de feu, onde de choc mais aussi éclairs et la capacités de se redonner de la vie. Toute la panoplie du grand magicien. Malheureusement il n'existe pas de raccourci manette pour lancer les sorts que l'on doit préalablement choisir dans un menu ce qui casse un peu le rythme. C'est la même chose pour les objets de soins. Malgré l'action que propose le titre, elle s'avère aussi décevante car le système mis en place est trop limité entre le fait de parer et d'attaquer. Pas de combo prévu et les combats manquent donc cruellement de dynamisme.

Cela n'empêche pas le titre de proposer plusieurs boss qui sont assez différents et intéressants à combattre pour peu qu'on comprenne vite la méthode. Les différents niveaux se font en étant accompagné des membres de la communauté même s'ils ne sont pas tous toujours à nos côtés. Si les quatre Hobbits se défendent comme des chefs face aux araignées, on arpente la majorité du niveau de la Moria avec seulement Gimli à ses côtés, dommage... Mais quand on doit dégager les rives de l'Anduin en contrôlant Aragorn avec l'aide de Gimli, Legolas et Boromir on frémit de plaisir sur ce que aurait pu être le titre. Un jeu qui au final accumule les erreurs malgré les bonnes idées et qu'on imagine aisément d'abord pensé sur PC. En effet le système de sauvegarde doit être automatique alors qu'il faut passer par des menus sur PS2. On sauvegarde quand on veut sans qu'il n'y est de checkpoints et on retourne au menu principal à chaque mort. Rien de tel pour casser le rythme. On regrette aussi que les développeurs n'aient pas implanté de tutoriel afin que les joueurs occasionnels attirés par la licence puissent correctement s'y retrouver.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : La Communauté de l'Anneau #1 [2002]

Bastien L.
45

Malgré le potentiel d'une telle licence, cette Communauté de l'Anneau est plutôt faiblarde. Si la fidélité à l'œuvre de Tolkien fait plaisir, on regrette une durée de vie trop faible qui propose des coupes franches dans l'histoire. D'autant plus que la localisation est loin d'être irréprochable. Du côté du gameplay, les bonnes idées sont là mais les mécaniques sont déjà datées pour l'époque et peu excitantes...

Que faut-il en retenir ?

  • Une adaptation assez fidèle dans l'esprit
  • Plusieurs personnages jouables
  • La Moria agréable à parcourir

Que faut-il oublier ?

  • Trop daté, même pour l'époque
  • Un peu mou du genou
  • Le système de sauvegarde

Acheter le Jeu Vidéo le Seigneur des Anneaux : La trilogie du Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau [#1 - 2002] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de le Seigneur des Anneaux : La trilogie du Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau [#1 - 2002] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Seigneur des Anneaux