Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman graphique : Le Molosse [2021], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le lundi 19 avril 2021 à 08h00

Une nouvelle moins connue dans une version sublimée

Les Carnets Lovecraft, collection publiée par Bragelonne, s’étoffent d’un nouveau titre, une nouvelle de Howard Phillips Lovecraft moins connu et qui ne se situe pas en Nouvelle –Angleterre : Le Molosse. Avec un trait toujours aussi fin et maitrisé, le talentueux Armel Gaulme illustre richement ce texte effrayant.

Le Molosse (The Hound) est publié pour la première fois en février 1924 dans le magazine Weird Tales. La nouvelle est achevée par Howard Phillips Lovecraft dès septembre 1922 et c'est la première mention directe du Necronomicon, ce livre impie écrit par un fou qui plonge ses lecteurs dans la folie.

Terrifiante à souhait, cette histoire est racontée par un narrateur anonyme profondément traumatisé par la mort atroce de son ami Saint John. Les deux hommes ont une passion singulière pour l’étrange et la mort. Blasés des aventures que la vie peut offrir, les jeunes gens cherchent un nouvel attrait esthétique et intellectuel pour ne pas être accablé par l’ennui. Les voici à la poursuite d’énigmes symboliques autour de l’œuvre des préraphaélites. Seule la sombre philosophie des décadents semblent les tenir en haleine.

Puis la lassitude encore. Baudelaire et Huysmans ne suffisent plus. Il leur faut un nouveau défi ! Le pillage écœurant de tombes devient leur lot régulier. Ils en tirent des objets et trophées qui forment un musée atrocement morbide et terrifiant. Mais même là, l’ennui les rattrape.  Ils partent alors en Hollande explorer une sépulture à la réputation sulfureuse. Mais cette fois, en plus de la pourriture, il croise le mal.

Cette nouvelle d'Howard Phillips Lovecraft traduite par Arnaud Demaegd est un petit bijou et les illustrations crayonnées d’Armel Gaulme l’écrin parfait. On sent à la profusion de détails, à la multitude de dessins que l’artiste s’est amusé sur ce thème de musée maudit (Vous retrouverez en fin d'ouvrage un texte passionnant de l'artiste qui présente son travail). Le Molosse est effrayant, les décors de cimetières glauques et le noir et blanc sublime le tout. Pour les fans du genre, cette collection est un must have et si vous ne connaissez pas Lovecraft, cette nouvelle est une porte d’entrée moins étrange et plus accessible. Bragelonne avec Les Carnets Lovecraft rend un bel hommage au maître de Providence.

La conclusion de à propos du Roman Graphique : Le Molosse [2021]

Auteur Nathalie Z.
92

Nouvelle de H P Lovecraft terrifante et dérangeante, le Molosse est un texte exceptionnel qui introduit pour la première fois le livre impie que vous connaissez tous, le Necronomicon. Agrémenté de dizaines d'illustrations crayonnées d'Armel Gaulme, le texte est sublimé et l'ambiance qui se dégage est palpable. Un must have de la superbe collection des Carnets Lovecraft (les Rats dans les Murs, La Cité Sans Nom, Dagon).

On a aimé

  • Les illustrations sublimes
  • La nouvelle si particulière
  • L'ambiance palpable

On a moins bien aimé

  • Ce n'est pas la nouvelle la plus représentative d'HPL (mais facile d'accès)

Acheter le Roman Graphique Les Carnets Lovecraft : Le Molosse [2021] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Carnets Lovecraft : Le Molosse [2021] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter