75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Les meilleurs films du studio Pixar selon le staff SFU (1ère partie)
Notre classement de la 20ème à la 11ème place

Alors de Toy Story 4 est sur le point de pointer le bout de son nez dans les salles de cinéma, nous avons eu envie de revenir sur les productions Pixar pour vous proposer un petit top totalement subjectif. En 25 ans, le studio est parvenu à la fois à inventer et à continuellement renouveller le cinéma d'animation, tout en offrant au public un nombre conséquent de chefs d'oeuvre.

Voici donc notre classement des films Pixar, de la 20ème à la 11ème place.

 

20-Le Voyage d'Arlo

Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l'extinction des dinosaures n'avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s'étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ? Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

À l’époque du Voyage d’Arlo, Pixar sort tout juste de Vice-Versa, un petit bijou d’inventivité doublé d’une réelle prise de risque. Tout le monde attendait donc leur prochain long-métrage avec impatience… Hélas, ce fût la douche froide : le scénario du Voyage d’Arlo est convenu, son rythme mou du genou et l’ensemble – pour tout dire – ne casse pas trois pattes à un canard. Pourtant, il y avait moyen de livrer un dessin-animé au sous-texte intéressant. Le film inverse en effet la place de l’homme et de l’animal, ce qui aurait pu nous renvoyer directement à notre relation à la nature et aux autres formes de vie. Mais le résultat porte beaucoup trop la patte Disney : la moindre aspérité est lissée afin que pas une oreille (de Mickey) ne dépasse. Ne reste qu’un film visuellement magnifique, mais ne proposant qu’une quête initiatique mollassonne et déjà vue mille fois.

 

19-Cars 2

Flash McQueen, la star des circuits automobiles, et son fidèle compagnon Martin la dépanneuse reprennent la route pour de nouvelles aventures. Les voilà partis pour courir le tout premier Grand Prix Mondial, qui sacrera la voiture la plus rapide du monde ! Mais la route du championnat est pleine d’imprévus, de déviations et de surprises hilarantes, surtout lorsque Martin se retrouve entraîné dans une histoire comme il n’en arrive qu’à lui : une affaire d’espionnage international ! Ecartelé entre son désir d’assister Flash McQueen dans cette course particulièrement difficile et celui de mener à bien une mission d’espionnage top secrète, Martin se lance dans un voyage bourré d’action et une course-poursuite explosive sur les routes du Japon et de l’Europe, suivi par ses amis et regardé par le monde entier.

Cars 2 est un divertissement efficace pour les plus jeunes, mais il fut également une grande déception pour tous les adultes. Avant ce film, Pixar avait habitué le public à une telle qualité scénaristique qu'adultes comme enfants se laissaient entraîner dans leurs histoires. C'était d'ailleurs la force première du studio vis à vis de sa concurrence : savoir parler à toutes les générations en mêlant habilement différents niveaux de lectures. Cars 2 s'avère très linéaire, s'adresse avant tout aux plus jeunes et il est difficile, passé un certain âge, de voir autre chose dans ce film qu'un long métrage certes brillamment réalisé, mais doté d’un humour profondément enfantin et des personnages bien moins travaillés qu'habituellement. Reste juste un message à l'encontre de l'industrie pétrolière qui emporte quelque peu notre sympathie, et cela même si la fin semble plus douteuse sur ce sujet (comme une impression de marche arrière par rapport aux intentions premières affichées sur ce sujet).

 

18-Monstres Academy

Bob Razowski et Jacques Sullivent sont inséparables, mais cela n’a pas toujours été le cas. Quand ils se sont rencontrés, ces deux monstres très différents se sont tout de suite détestés. Ce film révèle comment Bob et Sulli ont réussi à surmonter leurs différences pour devenir les meilleurs amis du monde.

Si Monstres Academy ne fait pas aussi bien que son glorieux prédécesseur, il n'en demeure pas moins un bon film, qui emprunte autant au films de campus qu'au buddy movies. En dépit d'une structure trop classique, le scénario s'avère intéressant car il pose intelligemment toutes les bases de l'histoire racontée par le premier film, tout en offrant suffisamment de gags et de péripéties pour ne jamais s'ennuyer. De plus, le film est d'une beauté à couper le souffle, rempli d'une flopée de monstres plus réussis les uns que les autres. Néanmoins, il manque au tout ce supplément d'âme, ce petit quelque chose en plus que l'on trouve chez les grand Pixar, simplement parce qu'il n'y a aucune prise de risque dans ce projet : tout y est pensé pour ne pas que le public soit jamais déstabilisé. Monstre Academy a finalement tout du bon produit industriel, divertissant mais sans aucun génie.

 

17-Le Monde de Dory

Dory, le poisson chirurgien bleu amnésique, retrouve ses amis Nemo et Marlin. Tous trois se lancent à la recherche du passé de Dory. Pourra-t-elle retrouver ses souvenirs ? Qui sont ses parents ? Et où a-t-elle bien pu apprendre à parler la langue des baleines ?

Le Monde de Dory remplit tous les critères que l'on est en droit d'attendre de la suite du Monde de Némo. L'histoire est calibrée pour plaire à toute la famille, offrant ce qu'il faut d'humour, de suspense, d'excitation et de tendresse pour ressortir du cinéma avec une grande satisfaction. Techniquement, on est une nouvelle fois époustouflé par le niveau du long métrage, qui repousse encore les limites de l'animation 3D. Néanmoins, malgré toutes ces qualités, l'effet "suite" se fait beaucoup trop ressentir : l'effet de surprise est atténué, on reste continuellementen terrain connu et le scénario verse un peu trop dans la nostalgie. Résultat : tout divertissant soit-il, le film ne parvient jamais à se hisser au niveau des plus grands classiques du studio.

 

16-Cars 3

Dépassé par une nouvelle génération de bolides ultra-rapides, le célèbre Flash McQueen se retrouve mis sur la touche d’un sport qu’il adore. Pour revenir dans la course et prouver, en souvenir de Doc Hudson, que le n° 95 a toujours sa place dans la Piston Cup, il devra faire preuve d’ingéniosité. L’aide d’une jeune mécanicienne pleine d’enthousiasme, Cruz Ramirez, qui rêve elle aussi de victoire, lui sera d’un précieux secours...

Cars 3 est un divertissement honnête qui bénéficie d'un savoir-faire technique impeccable ainsi que d'un scénario bien construit. Le film ne parvient toutefois jamais à susciter la moindre émotion tant il semble simplement suivre une formule balisée. Le spectacle s'avère finalement très consensuel, rempli de thématiques sous-exploitées et de critiques tout à fait insignifiantes. Sans surprise, sans folie non plus, ce troisième opus s'apparente à un vrai produit calibré, efficace et divertissant, certes, mais tout aussi anecdotique et sans âme.

 

15-Rebelle

Fille du roi d'Ecosse, Merida, jeune fille impétueuse et echevelée, préfèrerait être archer. Une dispute avec sa mère la pousse à faire un choix désespéré, dont les conséquences vis-à-vis du royaume de son père et de la vie de sa mère pourraient être graves, ce qui l'oblige à braver de forces de la nature, de la magie et une sombre malédiction, pour remettre les choses en ordre.

Si Rebelle n'est pas en soit un mauvais film, il ne s'agit finalement que d'un recyclage de l’éternelle histoire de la jeune princesse qui refuse d’assumer ses responsabilités et, par son insouciance, va créer une situation chaotique. De cette situation, elle ressortira grandie et gagnera en maturité et en respect des autres, tout en assumant sa personnalité bien sûr. Par bien des aspects, Rebelle est le plus disneyien des films du studio Pixar, à tel point qu'il peine à se trouver une identité et à se distinguer de Raiponce, Elsa et consorts. Il manque au film de la nouveauté ou une touche d'audace, bref, un petit quelque chose qui lui aurais permis de se trouver une identité forte. Reste, comme d'habitude, une perfection technique qui ne peut qu'emporter l'adhésion : le film est un véritable enchantement pour les yeux : les textures, la variété des décors, la précision de chaque élément apparaissant à l’écran, les effets de coiffures, l’animation des personnages, tout est émerveillement.

Oscar du meilleur film d'animation en 2013.

 

14-Les Indestructibles 2

Notre famille de super-héros préférée est de retour ! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

Les Indestructibles 2 s'impose comme une suite des plus correctes. Le film s’inscrit dans la continuité des évènements du premier film, et le scénario reprend des thématiques chères aux fans de comics (comme être considéré comme des hors-la-loi au sein d’une société qui ne veut pas payer les pots cassés). Malgré tout, le plaisir procuré par les nombreuses scènes d’action ainsi que les clins d'œil divers à la pop culture ne comblent pas les manques d’une histoire bien trop prévisible. Les Indestructibles 2 arrive finalement peu tard, le matraquage du MCU et du DCEU ayant entre temps pas mal éculé le sujet. 

 

13-Cars : au pays des 4 roues

Flash McQueen, une splendide voiture de course toute neuve promise au succès, découvre que dans la vie, ce n'est pas de franchir la ligne d'arrivée qui compte, mais le parcours que l'on a suivi. Parti pour participer à la prestigieuse Piston Cup, il atterrit suite à une déviation dans la petite ville tranquille de Radiator Springs, sur la Route 66. McQueen va apprendre à connaître Sally (une élégante Porsche 2002), Doc Hudson (une Hudson Hornet 1951 au passé mystérieux) et Mater (une dépanneuse rouillée mais à qui on peut faire confiance). Ils vont l'aider à découvrir qu'il y a des choses plus importantes que les trophées, la gloire et les sponsors...

Réalisé par John LasseterCars dispose d'un scénario béton, bâti à partir de soigneuses études de caractères, doté d’une écriture bien équilibrée, mélangeant avec subtilité des argumentations sur des valeurs que l’on trouveraient, en d’autres occasions, bien naïves. Dans cette histoire finalement profondément humaine, l’équipe de Pixar entre de plein pied dans la comédie sentimentale -se déroulant sur fond de critique sociale. De plus, le film met en avant des éléments critiques comme la désertification des campagnes, la fracture sociale entre les différentes composantes d’une Amérique Nouvelle qui a oublié les valeurs d’hospitalité et humilitée inculquées par les premiers colons, et surtout la mise au rancard de la petite entreprise et de l’initiative personnelle au profit des grandes corporations. Un sacré challenge – une conception également fortement Républicaine - au cœur d’un film d’animation destiné en priorité à la jeunesse.

 

12-1001 Pattes

Tilt, fourmi quelque peu tête en l'air, détruit par inadvertance la récolte de la saison. La fourmilière est dans tous ses états. En effet cette bévue va rendre fou de rage le Borgne, méchant insecte qui chaque été fait main basse sur une partie de la récolte avec sa bande de sauterelles racketteuses. Fou de rage, ce dernier annonce qu'il reviendra à l'automne prélever le double de sa ration habituelle. Tilt décide alors, pour se faire pardonner, de quitter l'île pour recruter des mercenaires capables de chasser le Borgne.

Bien qu'il fut en son époque le film de la confirmation, celui qui imposa définitivement Pixar dans la cour des grands, 1001 pattes est aujourd'hui une oeuvre injustement considérée comme mineure dans le catalogue du studio. Certes, l'histoire reste trop légère pour pouvoir se hisser au niveau des plus grands chefs d'oeuvres, néanmoins, il serait injuste de s'arrêter à cet aspect en oubliant toutes les autres réussites du film : des personnages très bien écrits, un humour parfaitement dosé, une inventivité visuelle de tout les instants, une mise en scène incroyablement riche ainsi que (Pixar oblige) une perfection technique indéniable (vingt ans après sa sortie, le film reste très beau). Et puis il y a le coup de génie du film : offrir un bétisier final permettant une mise en abime réjouissante (une idée qui reviendra un temps dans tous les films du studio). 1001 pattes est un tout petit chef d'oeuvre, mais un chef d'oeuvre quand même.

 

11-Toy Story 3

Woody le cowboy, Buzz l'Eclair et les autre jouets se retrouvent confrontés à ce qui devait bien arriver un jour : le départ d'Andy pour l'université... Délaissée, la plus célèbre bande de jouets se retrouve... à la crèche ! Les bambins déchaînés et leurs petits doigts capables de tout arracher sont une vraie menace pour nos amis ! Il devient urgent d'échafauder un plan pour leur échapper au plus vite. Quelques nouveaux venus vont se joindre à la Grande évasion, dont l'éternel séducteur et célibataire Ken, compagnon de Barbie, un hérisson comédien nommé Larosse, et un ours rose parfumé à la fraise appelé Lotso.

Retrouver les personnages de Toy Story plus de dix ans après le second volet fait souffler sur ce Toy Story 3 un agréable vent de nostalgie. Jouant avec la mélancolie liée au temps qui passe, Lee Unkrich livre l'opus le plus touchant de la saga, mais sans jamais tomber dans la mièvrerie ou le pathos. Fonctionnant à un rythme démentiel, mettant en scène des personnages aujourd'hui cultes et s'adressant aux grands comme aux petits, Toy Story 3 conclue une saga mythique de manière aussi intelligente qu'efficace. Dommage, cependant, que le film ne fasse que reproduire les moments forts et les thématiques de Toy Story 2, ne réussissant jamais à réinventer la saga et à l'amener sur les sentiers nouveaux qui l'auraient élevé au rang de ses deux prédécesseurs.

Oscar du meilleur film d'animation en 2011.

Auteur : Vincent L.
Publié le jeudi 28 février 2019 à 08h00

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

  • -


    Les films sont hors série et plus que j'aime regarder des films à https://www.dreamfilm.mobi/
    ralma123, le 24 mars 2019 00h52