75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Marvel : Les Agents du SHIELD >

Critique de la Série Télé : Marvel : Les Agents du SHIELD

Avis critique rédigé par Andre C. le mercredi 21 octobre 2015 à 1300

saison 2 : SHIELD Uprising

Pour tout un genre dans sa globalité autant pour que la Marvel en particulier, la saison 2014/2015 a marqué un vrai tournant. Non seulement la série-phare de la Maison des Idées a dû affronter une concurrence qui n'a jamais été aussi intensive (pas loin de 5 séries estampillées DC Comics à l'antenne, du jamais vu!), mais surtout cette même série se devait de transformer l'essai et faire oublier ses débuts hasardeux. En d'autres termes, ce que beaucoup ont perçu en simple potentiel, Agents of SHIELD a dû l'établir en valeur acquise en lançant, pour de bon, sa mythologie. Et le moins que l'on puisse dire est que, après une première année bancale, la série est maintenant sur de bons rails.


Ainsi, cette seconde cuvée n'a pas été de tout repos pour Marvel Television, puisque, d'un côté la compétition a été particulièrement féroce avec le lancement de The FlashGotham et Constantine, sans compter Arrow déjà bien installée, et de l'autre l'éclosion d'un univers et de thématiques dont toutes les graines étaient disséminées ici et là. Les auteurs devaient prouver qu'ils avaient appris des leçons de l'an dernier. Ces bonnes résolutions amènent le plus simplement du monde un changement d'axe : suite au démantèlement de l'organisation du SHIELD (cf. Captain America : The Winter Soldier), nous ne suivons plus un petit groupe en marge, mais, au contraire, cette même poignée de personnages qui tente de rassembler les morceaux de ladite organisation.

C'est bien simple, entre la saison qui nous occupe et la précédente c'est le jour et la nuit. Que ce soit dans la production design (nous ne sommes plus dans un avion privé, style Airbus de première classe, mais dans une base secrète proche d'un bunker), la dynamique des personnages (Coulson est maintenant le Directeur et Skye une agent aguerrie par exemple) ou simplement le ton de l'ensemble (le temps du confort est révolu, place aux jours sombres où l'on doit se cacher pour mener les missions à bien), tout respire un ravalement de façade salvateur.


Tout cela passe par l'arrivée de nouveaux visages, ceux-ci font souffler un vent de fraîcheur au maincast déjà établi. Ces petits nouveaux (Lance Hunter joué par Nick Blood, Bobby Morse Adrienne Palicki et Alphonso « Mack » Mackenzy Henry Simmons) prennent un peu de temps pour trouver leurs marques : si Nick Blood parvient très vite à être à son aise, Henry Simmons se trouve souvent relégué à de la figuration. Mais il s'agit probablement des effets secondaires d'un moment d'acclimatation, un moment qui doit permettre de justifier l'intégration de ses nouvelles têtes à l'intrigue de la série. En effet, à l'instar des personnages principaux, les nouvelles recrues ont, eux aussi, leur propre fil rouge, aux auteurs de les mêler harmonieusement afin de maintenir une narration fluide.

Il est vrai que, cette année, les scénaristes se retrouvent avec près d'une dizaine de personnages à gérer (sans compter les récurrents comme le général Talbot, maintenant bien implanté, ou le mystérieux docteur interprété par Kyle McLacklan, le Dale Cooper de Twin Peaks), et non une petite poignée comme auparavant. De cette manière, il était aisé de s'emmêler les pinceaux avec toutes les histoires potentielles que chaque protagonistes réservent. En cela, les auteurs s'en sortent avec les honneurs en ménageant à merveille la place de chacun dans le tableau d'ensemble. Bon, tout n'est pas parfait et on peut déceler quelque choix qui ne sont pas des plus judicieux : les difficultés de Mack à s'intégrer donc, mais aussi le cas de Tripplett qui perd beaucoup de son utilité avec l'arrivée de nouvelles recrues.


Il y a aussi quelques partis-pris et traitement qui pourraient décevoir quelques spectateurs. Quelques idées sont ainsi très prometteuses sur le papier mais qui ne parviennent à s'épanouir totalement à l'écran. La sous-intrigue autour de HYDRA en est symptomatique : alors que tout concourt pour faire de cette organisation du Mal la grande menace de la saison (elle est tout de même l'alter-ego maléfique du SHIELD dans les comics), elle est reléguée en tant que simple McGuffin destiné à pousser nos agents à découvrir les secrets qu'ils se sont, jusqu'à présent, évertués à préserver. Résultat des courses, l'HYDRA n'est pas aussi charismatique qu'elle aurait dû l'être et ceci en raison d'une idéologie un peu flou : si les motivations de Whitehall, l'un des badguy de la saison, sont claires, on ne peut pas en dire autant des membres de sa section, on a même du mal à croire que HYDRA puisse rassembler autant de gens aussi vite.

Mais tout cela n'est qu'un bien maigre bémol lorsque l'on constate toute la mythologie que les auteurs parviennent à brasser sans que celle-ci ne soit, pour le moins du monde, embrouillée. Cette saison voit donc l'émergence d'un postulat qui permet dorénavant l'introduction en masse d'individus avec des super-pouvoirs. Sans trop vous révéler, disons simplement que la mythologie d'Agents of SHIELD marque l'arrivée d'une nouvelle race de personnages dans le MCU, une race de personnages qui aura droit aux honneurs du grand écran dans quelques années.


​En fait, tout va à 100 à l'heure dans cette cuvée, les temps faibles sont rares (il doit y avoir quelques épisodes un peu faible par-ci, par-là, mais rien de bien méchant) et les révélations s'accumulent. Contrairement à la première saison, les auteurs sont parfaitement à leur aise, prennent des risques (n'hésitent pas à prendre des moments de pause pour tout mettre à plat, limiter le fan-service à son strict minimum pour le faire exploser ensuite, etc) et si quelques parti-pris peuvent décevoir, d'autres, en revanche, sont particulièrement gratifiant.

La conclusion de

Une cuvée d'un excellent cru, passionnante et haletante. Si tout n'est pas parfait et que quelques points sont encore à corriger, il n'en demeure pas moins que Agents of SHIELD vient de gagner, tranquillement la palme de la série la plus captivante du moment. Pour un non-converti aux comics, elle est juste une série d'aventure de très bonne facture, pour un fan de Marvel, elle est incontournable, tout simplement !

Que faut-il en retenir ?

  • Une mythologie en pleine essor ;
  • Une dynamique des personnages et des story-arcs plus convaincants ;
  • Une production design revue et corrigée ;
  • Un fan-service savamment bien dosé.

Que faut-il oublier ?

  • Quelques personnages sous exploités ;
  • Un traitement de l'HYDRA trop vite expédié.

Acheter Marvel : Les Agents du SHIELD en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Marvel : Les Agents du SHIELD sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Vengeurs

En savoir plus sur l'oeuvre Les Vengeurs