75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Hunger Games - L'embrasement
Hunger Games - L'embrasement >

Critique du Film : Hunger Games - L'embrasement

Avis critique rédigé par David Q. le mercredi 4 décembre 2013 à 2101

Les gagnants seront les perdants

Hunger Games - L'embrasement porte bien son nom. La révolte gronde dans le peuple mais a besoin d'un catalyseur pour s'exprimer et s'embraser. Ce déclencheur sera bien entendu notre chère Katniss, symbole de défi envers le Capitole et dont le cri de ralliement est le chant de l'oiseau moqueur.

Le défilé des combattants de l'arène comme chez les romains

Cette révolte qui monte se fait bien malgré elle car elle n'en est pas l'instigatrice mais Katniss l'entretien grâce à sa façon d'être et à sa liberté de penser. Rebelle dans l'âme, elle défie le Capitole et son président sur un plan non pas physique mais politique. À force de petites piques, de regards qui en disent long et grâce a ses prises de parole, elle réussit à faire monter la grogne dans tous les camps et à déstabiliser le pouvoir en place.

Un pouvoir totalitaire

Alors en allant voir ce deuxième Hunger Games, ne vous attendez pas à voir un film d'action non stop. De l'action il y en a puisque de nombreux candidats retournent dans l'arène pour s'affronter, mais la plus grande partie du film est centré sur la politique à différents niveaux. Comme dans le premier, l'arène va permettre de départager les districts et comme dans le premier, deux représentants (un homme et une femme) vont se battre pour leur quartier et leur survie. Sauf que cette fois, les sélectionnés ne seront pas pris au hasard. L'idée est intéressante mais le film ne nous permet pas de nous attacher à ces nouveaux personnages que l'on découvre en même temps que Katniss et Peeta. Du coup les morts s'enchaînent sans générer autant de compassion qu'avec Prue. Par contre, les combats et les pièges sont toujours aussi spectaculaires et dès que l'on rentre dans l'arène de cette 75ème édition des jeux, on est véritablement plongé dedans.

L'arène des 75e Hunger Games

Parler d'Hunger Games sans parler des costumes serait comme de parler d'un fraisier sans mentionner les fraises. Impossible de compter le nombre de costumes différents de l'équipe du district 12 tellement ils sont nombreux. Il y a les costumes simples, ceux de la vie de tous les jours ou les costumes d'exercice et de sport. Mais on se laissera surtout impressionner par les costumes utilisés pour faire le show au Capitole, notamment les costumes animés ou "changeants". C'est bien simple, ces vêtements sont des œuvres d'art, tantôt d'un goût douteux, tantôt magnifiques. Le costume enflammé et celui qui se transforme en oiseau moqueur sont tous les deux géniaux.

Habits colorés pour le Capitole et gris pour les districts

Ces habits dénotent de la décadence de la société vivant au Capitole, une société qui vit dans l'opulence et l'excès sans se soucier des conséquences ni des autres. Cette société semble aux romains vit des jeux, des orgies et de la politique tandis que la population moyenne travaille à en crever de faim. Les militaires aux plein pouvoirs font régner l'ordre sans scrupules et le film ne cesse de nous montrer le contraste saisissant entre ces deux mondes qui vivent ensemble mais que tout oppose. Sous couvert d'un film d'action façon Battle Royale, Hunger Games développe en fait bien plus la réflection du spectateur vis a vis du totalitarisme et de la manipulation des foules. Et c'est là où le film, à grand renfort d'images de propagande et de sabotage des médias, nous montre l'envers du décor, un décor pourri jusqu'à la moelle, une façade où tout est illusion, un abcès qu'il faut percer pour purifier l'ensemble. Purification qui devrait avoir lieu dans la suite.

La conclusion de

Hunger Games l'embrasement privilégie la politique et la psychologie au détriment des scènes d'action et c'est un régal que de voir monter la révolution contre le Capitole. On y retrouve toute la déchéance de l'Empire Romain présenté de manière futuriste pour aboutir à un final qui promet un dernier film grandiose.

Que faut-il en retenir ?

  • Les costumes
  • La vue des autres districts
  • Nombreux rebondissements
  • Les dessous de la politique

Que faut-il oublier ?

  • Alliances moyennement crédibles

Acheter Hunger Games - L'embrasement en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hunger Games - L'embrasement sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hunger Games

En savoir plus sur l'oeuvre Hunger Games