75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Hunger Games >

Critique du Roman : Hunger Games

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 18 juin 2012 à 17:07

Divertissant...

« Un autre geai moqueur, un jeune visiblement, se pose devant moi sur une branche et me chante la mélodie de Rue. Trop novice pour avoir retenu mon propre chant ou le signal de l'hovercraft, il a tout de même mémorisé les quatre notes. Celles qui signifient qu'elle est en sécurité.

- Saine et sauve, dis-je en passant sous la branche. Plus la peine de s'en faire pour elle, à présent. »

Nouvelle saga phare de la littérature adolescente, la trilogie Hunger Games semble aujourd'hui bien partie pour succéder aux deux gros cartons commerciaux que furent Harry Potter et Twilight (comme tend à le démontrer l'attachement des studios hollywoodien, qui ont d'ores et déjà commencé à l'adapter au cinéma). Ainsi, après la fantasy et le fantastique, c'est désormais au tour de la science-fiction de ce devenir le nouvel incontournable en terme littérature jeunesse via les aventures de la jeune Katniss Everdeen, jetée dans les tourments des Jeux de la Faim pour éviter à sa soeur cadette une fin funeste.

De part son simple pitch, Hunger Games ne manque pas de rappeler une tripotée d'autres oeuvres SF. Tout à long de la lecture, le récit nous amène tour à tour côté de Battle royale (pour ces jeunes devant s'entretuer), de Running Man (pour l'aspect télévisé) ou de Marche ou crève (pour cet aspect inexorable). Suzanne Collins, romancière auteure des trois romans, a ainsi été piocher chez les autres ce qui fonctionne, et force est de constater qu'elle l'a relativement bien fait ; ainsi, si Hunger Games souffre d'un manque flagrant d'originalité, il réussit pourtant à reprendre tout ce qui faisait le charme de ses ainés.

La chose passe d'autant mieux - et évite ainsi l'accusation de n'être qu'un simple plagiat - que le récit s'avère très ambitieux au regard du lectorat visé. Destiné à un public jeunesse, Hunger Games traite d'un sujet adulte dans lequel une société force vingt-quatre adolescents à s'entretuer pour le plaisir télévisé de riches bourgeois. Certes, le récit demeure malgré tout très édulcoré - par sa grande passivité, l'héroïne n'assiste à quasiment aucune mort, et réussit quasiment par miracle à rester presque extérieure au carnage orchestré - il n'en demeure pas moins être une bonne introduction aux univers dystopiques pour les plus jeunes d'entre nous.

Ainsi, les divers éléments SF s'avèrent plutôt bien utilisés. Si la société décrite dans ce premier volume reste trop caricaturale pour être vraiment crédible (on ne comprend pas très bien comment elle fonctionne concrètement), les éléments constitutifs des Hunger Games sont souvent bien amenés, ramenant aisément le lecteur aux dérives que l'on peut entrevoir dans nombre d'émissions de télé-réalités. Les plus grincheux pourront toujours retorquer que le roman enfonce des portes ouvertes, mais au regard du public ciblé, disons plutôt qu'il s'appuie sur un quotidien aisément abordable pour traiter ses éléments science-fictionnesque.

Cet aspect ludique au coeur des Hunger Games est ainsi correctement traité et permet astucieusement de contourner les quelques faiblesses de l'histoire. Recherche de sponsors pour obtenir des cadeaux, concours de popularité pour s'attirer l'affection du public, démonstrations physique pour obtenir de bonnes cotes pour les paris, mise en scène truquant les règles du jeu pour faire en sorte que l'audimat ne décroche pas, mensonges pour s'assurer de l'empathie des spectateurs, le roman exploite plutôt bien ses élèments dystopiques, et ce même si quelques bonnes idées s'avèrent finalement sous-exploitée du fait du parti pris d'écriture.

En effet, Suzanne Collins a choisi de traiter l'histoire par un narrateur personnage. Le livre est ainsi écrit à la première personne du singulier et l'on suit uniquement le personnage de Katniss, tant dans ses actions que dans ses reflexions. Il nous est ainsi impossible de voir ce qui peut se passer en dehors de son champ de vision, et notamment à l'extérieur de l'arêne dans laquelle se déroule les Hunger Games. Ce faisant, le livre justifie certaines de ces lacunes (l'univers n'est pas décrit outre-mesure car le personnage principal ne le connait pratiquement pas), mais ne parvient pas non plus à acquérir plus d'envergure.

En fait, si Hunger Games s'avère au final être un roman très plaisant, cela tient surtout à la plume efficace de Suzanne Collins. Simple et rapide à lire, Hunger Games ne s'essoufle jamais et parvient à tenir le spectateur en haleine de la première à la dernière page. L'écriture est rythmée, les péripéties et autres révélations arrivent toujours à point nommé pour relancer l'action, les personnages sont attachants, et même la narration à la première personne ne souffre d'aucune véritable lourdeur. Ainsi, en dépit de ses défauts, Hunger Games parvient à donner envie au lecteur de découvrir sa suite, que l'on suppose déjà plus ambitieuse.

60

Premier volet de la trilogie éponyme, Hunger Games s'avère être un roman SF plutôt divertissant. Bien construit, le récit alterne habilement entre deux genres que sont la dystopie et le survival, parvenant à tenir le lecteur en haleine grâce à un style d'écriture rythmé et agréable. On pourra cependant reprocher à ce premier tome son histoire particulèrement convenue - qui ne manque pas, de plus, de rappeler un certain nombre d'ouvrages autrement plus réussis - ainsi que son propos finalement très édulcoré. Au final, Hunger Games aurait donc pu être bien plus que ce qu'il est, mais en l'état, force est de constater qu'il s'avère tout de même être un roman très sympathique.

Critique de publiée le 18 juin 2012.

Que faut-il en retenir ?

  • Histoire ambitieuse au regard du public ciblé,
  • Dystopie correctement utilisée,
  • Style d'écriture efficace,
  • Ne s'essoufle jamais,
  • Personnages attachants.

Que faut-il oublier ?

  • Histoire convenue,
  • Propos très édulcoré,
  • Quelques idées sous-exploitées,
  • Influences très visibles.

Acheter Hunger Games en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hunger Games sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !