75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Sang Rancune
Sang Rancune >

Critique du Jeu de société : Sang Rancune

Avis critique rédigé par Benoît F. le mardi 7 mai 2013 à 1240

L’aventure c’est l’aventure !

Jadis  édité en 2007 dans la langue de Chuck Norris sous le nom de Cuttroat Caverns, c’est en français et sous le doux sobriquet de Sang Rancune que ce jeu réapparaît 5 ans plus tard sous la houlette de Iello. Aventuriers, monstres, gloire, trahisons, demandez le programme !


 

Une "geste" de toute beauté

D’un point de vue graphique, on peut dire que l’éditeur français a déployé le grand jeu en confiant les illustrations de cette nouvelle version au talentueux Loïc Muzy qui avait précédemment œuvré sur Mythic Battles. Ce dernier nous présente donc un univers « donjonesque » particulièrement sombre, à la fois très « BD » et teinté d’une petite dose de Brom (célèbre illustrateur américain). Bref, le décor est posé et vous n’êtes pas là pour développer vos compétences en macramé. Par ailleurs, l’ensemble du matériel est d’une qualité correcte avec de grandes cartes particulièrement lisibles. Quant à la boîte, celle-ci adopte le même format que King of Tokyo également édité par Iello.

 

 

Backstab & Co

Cela fait des années que vous traînez vos guêtres d’aventuriers dans tous les donjons du monde, à massacrer de viles créatures et à partager votre butin avec vos gentils petits camarades. Mais maintenant, il suffit ! Ce dernier donjon avant la retraite vous permettra d’acquérir l’Artefact de l’Ultime, l’objet le plus convoité et le plus puissant de l’univers et çà, pas question de le partager !

 

Une partie peut se jouer de 3 à 6 joueurs. Au début du jeu, chaque participant reçoit un personnage ainsi qu’une main de 7 cartes Action (Attaque, Coups Bas ou Objet). Votre but : survivre à neuf « mauvaises » rencontres et être celui à détenir le plus de points de prestige à la fin de la partie.

A chaque tour, les participants jouent une carte Attaque face cachée qu’ils révèleront selon l’ordre d’initiative. Ces cartes infligent des dégâts à l’ennemi (monstre ou piège) et sont soustraits à son nombre de points de vie. L’effet « comique » vient du fait que seul le joueur ayant achevé la bestiole recevra des points de prestige. Tout cela est évidemment enrobé de crasses et coups de poignards dans le dos entre joueurs consentants.

 

Trahison, gloire et beauté

Reprenant les principes « donjonesques » du genre, Sang Rancune s’attache à un point précis et particulièrement drôle des « dungeon crawler » à savoir : qui a porté le dernier coup et qui rafle la mise ? Une question à laquelle l’auteur Curt Covert s’est amusé à répondre avec ce jeu à la fois très individualiste et hautement opportuniste. Il est évident que Sang Rancune ne fera pas l’unanimité car ses bases reposent avant tout sur l’ambiance et le « roleplay » produits par les joueurs. Ceux qui auront à cœur de s’y investir seront récompensés par un bon moment de petites trahisons entre amis. Quant aux autres, ils trouveront dans Sang Rancune un jeu un peu trop chaotique dans lequel le fun annihile toute forme de contrôle.

 

 

Par ailleurs, le véritable et seul défaut de Sang Rancune réside dans ses durées de parties un tantinet trop longues pour un jeu de ce format (comptez une bonne heure). D’autant plus qu’un joueur peut être éliminé en cours de partie pouvant ainsi provoquer une certaine frustration chez ce dernier. Un format plus court à la King of Tokyo aurait sans doute été préférable.

On notera également l’intérêt tout particulier porté aux rencontres hostiles. Les effets de ces dernières sont en totale adéquation avec le thème et c’est à chaque fois un plaisir de découvrir à quelle sauce vous serez mangés !

 

 

La conclusion de

Au final, Sang Rancune est un jeu dans lequel il faudra lâcher du leste et se dédouaner de toute notion de contrôle sur vos adversaires. Il s’agit d’un jeu particulièrement amusant pour peu que l’on cautionne l’art de la fourberie et du coup bas à tendance opportuniste.

Que faut-il en retenir ?

  • L'ambiance graphique
  • L'ambiance tout court façon "Donjon"
  • Des méchants aux petits oignons

Que faut-il oublier ?

  • Un peu long

Acheter Sang Rancune en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sang Rancune sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+