75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Série Télé : Kaamelott
Kaamelott >

Critique de la Série Télé : Kaamelott

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 12 août 2018 à 0900

Saison 3 : Une série qui en a gros !

Vous pouvez vous reportez aux critiques de la première et de la seconde saison pour en apprendre plus sur la genèse de Kaamelott et surtout sur l'aspect global de l'intrigue qui change peu dans la troisième saison.

Après deux saisons de qualité, la série Kaamelott semble avoir réuni assez de fidèles et de fans pour entamer sereinement la troisième saison qui poursuit cette saga arthurienne avec une force tranquille. Peut être un peu trop tranquille...

En ce qui concerne l'histoire globale, on avait quitté Arthur (Alexandre Astier) et ses chevaliers de la table ronde accumulant les échecs pour retrouver la trace du Graal créant une brouille entre le roi et son plus fidèle chevalier, Lancelot (Thomas Cousseau). Ce dernier ne sert qu'Arthur qu'à mi-temps et souhaite reprendre son activité de « chevalier errant ». Malheureusement cette situation n’apaise pas les esprits des deux anciens amis et la brouille s'aggrave lentement mais sûrement. Lancelot reproche à Arthur son entourage de chevaliers inutiles et sa trop grande légèreté face à la quête du Graal qu'il juge comme étant la mission d'une élite dont peu font partie à ses yeux. Le roi a d'ailleurs bien du mal à rester motiver dans cette quête du Graal entre le manque d'aide des dieux ainsi que des chevaliers ridicules ou peu intéressés par la quête. Il doit faire face à sa femme (Anne Girouard) et ses beaux-parents (Lionnel Astier et Joelle Sevilla) qu'il a de plus en plus de mal à supporter du fait de l'absence d'héritier. D'autant plus qu'Arthur semble s'intéresser d'un peu trop près à Mevanwi (Caroline Ferrus), la femme du chevalier Karadoc (Jean-Christophe Hembert).

Depuis le milieu de la seconde saison, on sentait qu'Alexandre Astier avait envie d'étoffer sa légende arthurienne et d'aller plus loin que la simple succession de gags que le programme court requiert. Kaamelott reste évidemment une série comique ou chaque épisode peut être vu sans problème indépendamment mais une trame globale s'installe et quelques épisodes (surtout vers la fin de cette saison) montrent un changement de dynamiques entre les personnages. Si la bande d'incapables autour d'Arthur fait rires, ils ont une vraie incidence sur le scénario puisque leurs bêtises plongent la cour du roi dans la division du fait du stationnement de la quête du Graal. Le génie d'Alexandre Astier est de se servir du ressort comique de la galerie de personnages de la série comme un moyen de créer des tensions entre-eux. Les colères légendaires du roi Arthur qui font rire quand il part dans les tours révèlent dans cette saison un personnage fatigué et de plus en plus cynique voir infect avec sa cour... On décèle une gravité plus importante derrière ce personnages notamment en ce qui concerne ses relations avec sa femme. Si Kaamelott fait toujours autant rire, on commence vraiment à s'attacher à des personnages plus épais qu'il n'y paraît et à se demander ce que va devenir le royaume de Bretagne. Une prouesse pour un programme court simplement censé accompagner les spectateurs vers le prime-time...

Le mérite revient encore une fois à l'excellent travail d'écriture d'Alexandre Astier qui réussit à nous faire rire par des dialogues bien ciselés mais aussi surprenants, souvent grivois sans jamais être trop vulgaires, à l'image du personnage de Karadoc qui fait plus rire par sa naïveté que par son trop grand laisser-aller. On reste toujours aussi hilare devant la franchise grinçante de Léodagan, les incompréhensions coupables de Perceval (Franck Pitiot), la couardise de Bohort (Nicolas Gabion), l'incompétence de Merlin (Jacques Chambon)... Chaque personnage a son ressort comique et les dynamiques fonctionnent toujours admirablement comme confronter Bohort et Léodagan ou voir Arthur tenter d'améliorer Perceval et Karadoc... Les situations et les dialogues sont donc très bien écrits avec des rythmes différents comme le phrasé de Séli (la belle-mère d'Arthur) que ne renieraient pas les personnages de Michel Audiart... L'adaptation décalée du mythe arthurien ou de la société médiévale n'est donc plus le seul ressort comique et on commence à vraiment aimer ces personnages autrement que pour ceux qu'ils parodient.

C'est plus en ce qui concerne l'aspect technique de la série que l'on est un poil déçu car on reste trop dans la lignée des saisons précédentes. La mise en scène n'est pas plus ambitieuse et Alexandre Astier à toujours du mal avec les quelques scènes « d'action » qu'il a à réaliser. Du côté des décors, on est aussi déçu car la diversité amorcée dans la seconde saison se freine un peu si ce n'est que les cadres sont plus importants montrant un plus grand travail fait pour intégrer les personnages dans un environnement crédible. Mais seule la salle de classe des jeunes chevaliers marque les esprits comme décor véritablement nouveau. Les effets spéciaux restent corrects mais les créatures et les armées ennemis restent de l'ordre du hors-champ ce qui est logique pour une production comme celle de Kaamelott. Enfin, le générique toujours aussi aggressif pour entamer la volonté des spectateurs voulant regarder la saison sur DVD...

La conclusion de

Une troisième saison dans la lignée des précédentes. Peut-être un peu trop faisant qu'on reste sur sa faim plus par la redondance que par une quelconque baisse de qualité de la part du programme court d'Alexandre Astier. On apprécie toujours son humour très efficace mais aussi le côté dramatique qui commence à bien ressortir.

Que faut-il en retenir ?

  • L'intrigue globale progresse en dramaturgie...
  • Toujours aussi drôle
  • Des personnages vraiment attachants

Que faut-il oublier ?

  • ... trop lentement
  • Une certaine redondance
  • L'aspect technique/artistique évolue peu

Acheter Kaamelott en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Kaamelott sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Kaamelott

En savoir plus sur l'oeuvre Kaamelott